L'héritage de la femme selon la Bible




Selon la Bible, la femme a une part largement inférieur à celle de l'homme dans l'héritage.

Dans un passage qui traite de l'héritage, il n'est pas question de fille, mais de fils : 

Deutéronome 21
15 Si un homme, qui a deux femmes, aime l'une et n'aime pas l'autre, et s'il en a des fils dont le premier-né soit de la femme qu'il n'aime pas,
16 il ne pourra point, quand il partagera son bien entre ses fils, reconnaître comme premier-né le fils de celle qu'il aime, à la place du fils de celle qu'il n'aime pas, et qui est le premier-né.
17 Mais il reconnaîtra pour premier-né le fils de celle qu'il n'aime pas, et lui donnera sur son bien une portion double; car ce fils est les prémices de sa vigueur, le droit d'aînesse lui appartient.


En fait, la fille hérite seulement s'il n'y a pas de fils :

Nombres 27
8  Tu parleras aux enfants d'Israël, et tu diras: Lorsqu'un homme mourra sans laisser de fils, vous ferez passer son héritage à sa fille.
9  S'il n'a point de fille, vous donnerez son héritage à ses frères.
10 S'il n'a point de frères, vous donnerez son héritage aux frères de son père.
11 S'il n'y a point de frères de son père, vous donnerez son héritage au plus proche parent dans sa famille, et c'est lui qui le possédera. Ce sera pour les enfants d'Israël une loi et un droit, comme l'Eternel l'a ordonné à Moïse.



Dans le cas où la fille hérite, elle doit obligatoirement épouser un homme de la même tribu qu'elle :

Nombres 36
6 Voici ce que l'Eternel ordonne au sujet des filles de Tselophchad: elles se marieront à qui elles voudront, pourvu qu'elles se marient dans une famille de la tribu de leurs pères.
7 Aucun héritage parmi les enfants d'Israël ne passera d'une tribu à une autre tribu, mais les enfants d'Israël s'attacheront chacun à l'héritage de la tribu de ses pères.
8 Et toute fille, possédant un héritage dans les tribus des enfants d'Israël, se mariera à quelqu'un d'une famille de la tribu de son père, afin que les enfants d'Israël possèdent chacun l'héritage de leurs pères.
9 Aucun héritage ne passera d'une tribu à une autre tribu, mais les tribus des enfants d'Israël s'attacheront chacune à son héritage.


Certains chrétiens ont tentés de résoudre ce problème embarrassant en arguant que l'héritage visé n'est que celui des terres, car Job a accordé une part de son héritage à ses filles.

Cette évasion n'est pas bénéfique. Sam Shamoun aurait dû lire ce que disent les savants chrétiens sur ce sujet. En effet, ils ont reconnu que la règle cité dans Nombres 27.8-11 est général, et non spécifique aux terres, mais aussi que le cas de Job était une exception :



Le dictionnaire de Westphal :

    Les héritiers sont, en premier lieu, les fils. Tous les fils d'un «même père» ont droit à l'héritage, quelle qu'ait été la condition de leur mère: Sara fait chasser Agar pour qu'Ismaël n'hérite pas avec Isaac {#Ge 21:10}; Abraham éloigne les enfants de ses autres femmes pour donner tous ses biens au fils de Sara {#Ge 25:5 et suivant}; les frères de Jephté agissent de même envers lui {#Jug 11:2}. Mais l'aîné a un privilège: il devient le chef de la famille et reçoit une double part {#De 21:17}. La règle est formulée d'une manière absolue; les dérogations paraissent cependant avoir été nombreuses, mais l'auteur qui les mentionne justifie toujours leur caractère exceptionnel en les présentant comme l'effet soit d'un châtiment (#Ge 49:3 et suivant et #1Ch 5:1 et suivant: Ruben), soit de l'élection divine (#Ge 21:12: Isaac; #Mal 1:2 et suivant et #Ro 9:13: Jacob; #1Ch 22:9 et suivant: Salomon); voir Aînesse. Après les fils, #No 27:8 et suivant établit ainsi l'ordre de succession: les filles, les frères du défunt, ses oncles et, à défaut, les plus proches parents. Les filles héritent lorsqu'elles n'ont pas de frère; encore est-ce là une nouveauté, si on en juge par le contexte {#No 27:1,4}. Ce texte est d'ailleurs récent, comme tous ceux qui rapportent le même usage {#Esd 2:61,ne 7:63,/APOJER Tob 6:12}. L'héritage des filles de Job {#Job 42:15} est cité comme un cas exceptionnel, montrant la fabuleuse richesse du héros (d'après Bbl. Cent.). L'ancien droit sémitique excluait complètement les femmes de l'héritage: la veuve en était une part plutôt qu'une héritière; suivant la coutume du lévirat (voir Mariage, parag. I), lorsqu'un homme mourait sans avoir de fils, son frère ou, à défaut, son plus proche parent devait épouser la veuve afin de donner un héritier au défunt {#De 25:5}. Dictionnaire Encyclopédique de la Bible de Westphal, définition de "propriété, héritage".



Le dictionnaire de Bost :

Les fils héritaient à l'exclusion des filles, ce qui doit toujours avoir lieu dans une législation qui autorise la polygamie, mais, lorsqu'il n'y avait pas de fils, les filles étaient admises à hériter, à condition qu'elles se marient dans leur tribu pour ne pas y rendre des étrangers propriétaires du sol. {#No 26 36} Le fils premier-né avait une double portion, et était probablement chargé d'entretenir et de protéger ses soeurs: en tout cas, il paraît que son consentement était nécessaire à leur mariage, même du vivant du père. {#Ge 24:50 Ge 34:13-17}.
Dictionnaire de la Bible de Jean Augustin Bost, définition de "fils et filles".



Le dictionnaire de Calmet :

Les filles n'héritaient qu'au défaut des garçons. {#No 27:5,6 36:3,4} Les filles héritières épousaient des maris de leur tribu, afin que les héritages d'une tribu ne passassent point dans une autre. {#No 27:8-11}. Si un homme meurt sans enfants, ses frères hériteront de ses biens: s'il n'a point de frères, la succession ira à ses oncles paternels; et s'il n'a point d'oncles paternels, elle ira' aux plus proches parents. Dictionnaire de la Bible d'Augustin Calmet (Rev.3), définition de LOI (1), XXVII.



Le dictionnaire de l'ABBAYE DE MAREDSOUS :

Les filles n'héritaient qu'en l'absence d'héritiers mâles (Nb 27,1-8; cf. Jos 17,3-6) et uniquement si elles se mariaient dans un clan de la tribu de leur père, afin d'éviter que le bien de famille ne passât à une autre tribu (Nb 36,1-9; cf. 1Ch 23,22; Tb 7,10-13). Dictionnaire encyclopédique de la Bible (DEB) BREPOLS, troisième édition revue et augmentée, publié sous la direction du centre : informatique et Bible, ABBAYE DE MAREDSOUS, définition de héritage.



La Bible Annotée dit :

Sur les filles héritières, voir #No 27:1-12 et chapitre 36 de Nombres.
Bible Annotée sur 1Chroniques 2.31.



Rashi dit :

Et toute fille héritière d’un héritage Son père n’ayant pas eu de fils. Commentaire de Rashi sur Nombres 36.8.



Jacob ben Isaac Achkenazi dit :

Les sages disent également : Cette loi aurait très bien pu être notée dans la Torah en relation avec Moïse comme tant d'autres règles, mais les filles de Tselopkhad méritèrent que cette loi soit inscrite dans la Torah à leur propos. De plus, on sait que les femmes ont introduit la mort sur terre; à cause d'elles, au décès du père, c'est le fils qui hérite. Si la mort n'avait pas existé, la question ne se serait pas posée. Le Commentaire sur la Torah, Tseenah ureenah, Jacob ben Isaac Achkenazi de Janow, Traduction du yidich, introduction et notes par Jean Baumgarten, éditions verdier, page 781.





Voir aussi d'autres commentateurs chrétiens: Keil & Delitzsch Commentary on the Old Testament, Nombres 27.8-11; International Standard Bible Encyclopedia, Inhertance; Smith's Bible Dictionnary, Heir; Fausset's Bible Dictionary, Heir; Easton's Bible Dictionary, Heir; etc...

Nous avons vu que la loi de l'héritage est donc général. Regardons maintenant le cas de Job :

Job 42.15 
Il n'y avait pas dans tout le pays d'aussi belles femmes que les filles de Job. Leur père leur accorda une part d'héritage parmi leurs frères.


Premièrement, s'il est dit que Job a accordé une part d'héritage à ses filles, il n'est pas dit qu'il leur a donné la même somme.

Deuxièmement, à moins d'un cas exceptionnel, Job contredit la loi de Moïse qui interdit à la fille d'hériter de son père s'il y a un fils, comme nous l'avons vu plus haut.

Troisièmement, le contexte nous informe que Job venait d'obtenir plusieurs bien, il était devenu très riche, et c'est la raison pour laquelle il a offert à ses filles une part de ses biens :

Job 42
10 L'Eternel rétablit Job dans son premier état, quand Job eut prié pour ses amis; et l'Eternel lui accorda le double de tout ce qu'il avait possédé.
11 Les frères, les soeurs, et les anciens amis de Job vinrent tous le visiter, et ils mangèrent avec lui dans sa maison. Ils le plaignirent et le consolèrent de tous les malheurs que l'Eternel avait fait venir sur lui, et chacun lui donna un kesita et un anneau d'or.
12 Pendant ses dernières années, Job reçut de l'Eternel plus de bénédictions qu'il n'en avait reçu dans les premières. Il posséda quatorze mille brebis, six mille chameaux, mille paires de boeufs, et mille ânesses.
13 Il eut sept fils et trois filles:
14 il donna à la première le nom de Jemima, à la seconde celui de Ketsia, et à la troisième celui de Kéren-Happuc.
15 Il n'y avait pas dans tout le pays d'aussi belles femmes que les filles de Job. Leur père leur accorda une part d'héritage parmi leurs frères.


Quatrièmement, l'auteur veut nous montrer que ce qui était arrivé à Job était quelque chose d'étonnant qui attire l'attention

:

Job 42
12 Pendant ses dernières années, Job reçut de l'Eternel plus de bénédictions qu'il n'en avait reçu dans les premières. Il posséda quatorze mille brebis, six mille chameaux, mille paires de boeufs, et mille ânesses.
13 Il eut sept fils et trois filles:
14 il donna à la première le nom de Jemima, à la seconde celui de Ketsia, et à la troisième celui de Kéren-Happuc.
15 Il n'y avait pas dans tout le pays d'aussi belles femmes que les filles de Job. Leur père leur accorda une part d'héritage parmi leurs frères.
16 Job vécut après cela cent quarante ans, et il vit ses fils et les fils de ses fils jusqu'à la quatrième génération.
17 Et Job mourut âgé et rassasié de jours.


Job est devenu très riche, il eut plusieurs enfants. Ses filles étaient les plus belles du pays. Elles reçurent une part d'héritage parmi leurs frères. Job a vécu très longtemps. S'il était banales pour un hommes d'offrir à ses filles une part de
l'héritage avec ses fils, alors l'auteur ne l'aurait pas indiqué à côté d'autres informations étonnantes.

Cinquièmement, Job a pu vouloir accomplir un acte surérogatoire mais non obligatoire, d'ailleurs, en aucun cas il n'a ordonné à ce qu'on fasse comme lui.

Sixièmement, les savants chrétiens affirment que c'était une exception dû à sa richesse :

Le dictionnaire de Westphal :

L'héritage des filles de Job {#Job 42:15} est cité comme un cas exceptionnel, montrant la fabuleuse richesse du héros (d'après Bbl. Cent.). Dictionnaire Encyclopédique de la Bible de Westphal, définition de "propriété, héritage".



Le dictionnaire de Bost dit que les filles de Jacob ont hérités de leur père parce qu'il était très riche :

Ces noms, tout à fait dans le goût oriental, indiquent la grande beauté des jeunes filles. Il est dit qu'elles eurent une part dans l'héritage de leur père, ce qui n'avait lieu que lorsque le père de famille était très riche. On remarque aussi avec surprise que les filles seules sont nommées, tandis que les fils de Job ne le sont pas; il est difficile de se rendre compte de cette anomalie, dans l'archéologie du livre de Job. Dictionnaire de la Bible de Jean Augustin Bost, définition de "KÉREN-HAPPUCH".




La Bible de Jérusalem :

c) Régulièrement, les filles n'héritaient qu'en l'absence de fils, cf Nb 27.1-11. Le fait témoigne de la richesse exceptionnelle de Job. Bible de Jérusalem, notes sur Job 42.15, page 862.



Le dictionnaire de l'ABBAYE DE MAREDSOUS :

Les filles n'héritaient qu'en l'absence d'héritiers mâles (Nb 27,1-8; cf. Jos 17,3-6) et uniquement si elles se mariaient dans un clan de la tribu de leur père, afin d'éviter que le bien de famille ne passât à une autre tribu (Nb 36,1-9; cf. 1Ch 23,22; Tb 7,10-13). Il y a cependant deux exceptions notables, celle de Tachel et de Léa, d'une part (Gn 31,14), celle des trois filles de Job, d'autre part (Jb 42,13-15). Les unes et les autres paraissent avoir eu droit à un héritage en dépit de la présence d'héritiers mâles. Ces exceptions doivent être des réminiscences d'une époque révolue, attestée en dehors de la Bible, où un père richissime pouvait attribuer à tous ses enfants une part d'héritage. Dictionnaire encyclopédique de la Bible (DEB) BREPOLS, troisième édition revue et augmentée, publié sous la direction du centre : informatique et Bible, ABBAYE DE MAREDSOUS, définition de héritage.



On peut retenir de la loi sur l'héritage ainsi que des explications des commentateurs que :


- La fille n'hérite que s'il n'y a pas de fils ET si elle épouse un homme de sa tribu
- La sœur n'hérite pas
- La tante et l'oncle maternelle n'héritent pas
- Les tantes paternelles n'héritent pas








22/06/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 50 autres membres