La réalité de la guerre dans l'Ancien Testament



Plusieurs chrétiens ou autres affirment que l'Islam est une religion violente et lui reproche notamment d'avoir parfois prônée la guerre contre les non-musulmans. Ils prétendent aussi que l'Ancien Testament, dans ces passages relatifs à la guerre, est moins brutal que le Coran. Cet article tendra à examiner la valeur de ces accusations. Nous verrons en effet que l'Ancien Testament n'est pas moins violent que le Coran, bien au contraire.

Avant de débuter cette analyse laconique, citons les passages indiquant que la Loi de Dieu est parfaite et impeccable : 

Deutéronome 32:4 
Il est le rocher; ses oeuvres sont parfaites, Car toutes ses voies sont justes; C'est un Dieu fidèle et sans iniquité, Il est juste et droit.

Psaumes 18:30 
Les voies de Dieu sont parfaites, La parole de l'Eternel est éprouvée; Il est un bouclier pour tous ceux qui se confient en lui.

Psaumes 19
7 La loi de l'Eternel est parfaite, elle restaure l'âme; Le témoignage de l'Eternel est véritable, il rend sage l'ignorant.
8 Les ordonnances de l'Eternel sont droites, elles réjouissent le coeur; Les commandements de l'Eternel sont purs, ils éclairent les yeux.

Psaumes 111:7 
Les oeuvres de ses mains sont fidélité et justice; Toutes ses ordonnances sont véritables,


Dès lors, aucun juif ou chrétien ne peut correctement contester l'excellence de la Loi de Dieu. Il est maintenant temps de nous pencher sur les commandements violents de cette Loi divine. La guerre ordonnée par Dieu concerne deux catégories de personnes : Ceux qui résident près de Jérusalem, et ceux qui vivent loin de cette ville sainte.



Ceux qui habitent près de Jérusalem

Du point de vue des habitants vivant près de Jérusalem, la Loi dit que tous les idolâtres doivent être mis à mort, ainsi que leurs enfants et leurs femmes :

Deutéronome 20
16 Mais dans les villes de ces peuples dont l'Eternel, ton Dieu, te donne le pays pour héritage, tu ne laisseras la vie à rien de ce qui respire.
17 Car tu dévoueras ces peuples par interdit, les Héthiens, les Amoréens, les Cananéens, les Phéréziens, les Héviens, et les Jébusiens, comme l'Eternel, ton Dieu, te l'a ordonné.


Le résultat de cette prescription est l'extermination d'un certain nombres de polythéistes passés au fil de l'épée. Dans les versets à venir, les femmes et les enfants des nations idolâtres font également l'objet de massacres, car il ne fallait laisser la vie à rien de ce qui respire (Deut. 20.16) :

Josué 6
17 La ville sera dévouée à l'Eternel par interdit, elle et tout ce qui s'y trouve; mais on laissera la vie à Rahab la prostituée et à tous ceux qui seront avec elle dans la maison, parce qu'elle a caché les messagers que nous avions envoyés.
18 Gardez-vous seulement de ce qui sera dévoué par interdit; car si vous preniez de ce que vous aurez dévoué par interdit, vous mettriez le camp d'Israël en interdit et vous y jetteriez le trouble.
19 Tout l'argent et tout l'or, tous les objets d'airain et de fer, seront consacrés à l'Eternel, et entreront dans le trésor de l'Eternel.
20 Le peuple poussa des cris, et les sacrificateurs sonnèrent des trompettes. Lorsque le peuple entendit le son de la trompette, il poussa de grands cris, et la muraille s'écroula; le peuple monta dans la ville, chacun devant soi. Ils s'emparèrent de la ville,
21 et ils dévouèrent par interdit, au fil de l'épée, tout ce qui était dans la ville, hommes et femmes, enfants et vieillards, jusqu'aux boeufs, aux brebis et aux ânes.

Josué 10.40 
Josué battit tout le pays, la montagne, le midi, la plaine et les coteaux, et il en battit tous les rois; il ne laissa échapper personne, et il dévoua par interdit tout ce qui respirait, comme l'avait ordonné l'Eternel, le Dieu d'Israël.

Josué 11
11 On frappa du tranchant de l'épée et l'on dévoua par interdit tous ceux qui s'y trouvaient, il ne resta rien de ce qui respirait, et l'on mit le feu à Hatsor.
12 Josué prit aussi toutes les villes de ces rois et tous leurs rois, et il les frappa du tranchant de l'épée, et il les dévoua par interdit, comme l'avait ordonné Moïse, serviteur de l'Eternel.

Juges 21.10 
Alors l'assemblée envoya contre eux douze mille soldats, en leur donnant cet ordre: Allez, et frappez du tranchant de l'épée les habitants de Jabès en Galaad, avec les femmes et les enfants.


Il est important de noter que c'est bien tous les idolâtres que Dieu avait en aversion et qu'il avait commandé de tuer, et non pas seulement certains peuples comme les héthien, guirgasien, amoréen, cananéen, phérézien, hévien ou jébusien. C'est en effet ce que clament ceux qui ont honte du comportement de leur dieu, et qui se nomment chrétiens (Quoi, Facealislam se reconnaîtra t-il?).

En fait, les idolâtres sont mis à mort non pas parce qu'ils appartiennent à tel ou tel peuple, mais parce qu'en adorant des fausses divinités, ils induisent en erreur les Israélites et les incitent à faire de même. C'est pourquoi, le meurtre des idolâtres est accompagné d'ordres tel que : "renverser leurs autels, briser leurs statues, abattre leurs idoles, brûler au feu leurs images taillées", et il n'y a aucune indication temporelle indiquant que ces commandements doivent s'arrêter un jour :

Deutéronome 7
1  Lorsque l'Eternel, ton Dieu, t'aura fait entrer dans le pays dont tu vas prendre possession, et qu'il chassera devant toi beaucoup de nations, les Héthiens, les Guirgasiens, les Amoréens, les Cananéens, les Phéréziens, les Héviens et les Jébusiens, sept nations plus nombreuses et plus puissantes que toi;
2  lorsque l'Eternel, ton Dieu, te les aura livrées et que tu les auras battues, tu les dévoueras par interdit, tu ne traiteras point d'alliance avec elles, et tu ne leur feras point grâce.
3  Tu ne contracteras point de mariage avec ces peuples, tu ne donneras point tes filles à leurs fils, et tu ne prendras point leurs filles pour tes fils;
car ils détourneraient de moi tes fils, qui serviraient d'autres dieux, et la colère de l'Eternel s'enflammerait contre vous: il te détruirait promptement.
Voici, au contraire, comment vous agirez à leur égard: vous renverserez leurs autels, vous briserez leurs statues, vous abattrez leurs idoles, et vous brûlerez au feu leurs images taillées.
6  Car tu es un peuple saint pour l'Eternel, ton Dieu; l'Eternel, ton Dieu, t'a choisi, pour que tu fusses un peuple qui lui appartînt entre tous les peuples qui sont sur la face de la terre.
7  Ce n'est point parce que vous surpassez en nombre tous les peuples, que l'Eternel s'est attaché à vous et qu'il vous a choisis, car vous êtes le moindre de tous les peuples.
8  Mais, parce que l'Eternel vous aime, parce qu'il a voulu tenir le serment qu'il avait fait à vos pères, l'Eternel vous a fait sortir par sa main puissante, vous a délivrés de la maison de servitude, de la main de Pharaon, roi d'Egypte.
9  Sache donc que c'est l'Eternel, ton Dieu, qui est Dieu. Ce Dieu fidèle garde son alliance et sa miséricorde jusqu'à la millième génération envers ceux qui l'aiment et qui observent ses commandements.
10 Mais il use directement de représailles envers ceux qui le haïssent, et il les fait périr; il ne diffère point envers celui qui le hait, il use directement de représailles.
11 Ainsi, observe les commandements, les lois et les ordonnances que je te prescris aujourd'hui, et mets-les en pratique.
12 Si vous écoutez ces ordonnances, si vous les observez et les mettez en pratique, l'Eternel, ton Dieu, gardera envers toi l'alliance et la miséricorde qu'il a jurées à tes pères.
13 Il t'aimera, il te bénira et te multipliera; il bénira le fruit de tes entrailles et le fruit de ton sol, ton blé, ton moût et ton huile, les portées de ton gros et de ton menu bétail, dans le pays qu'il a juré à tes pères de te donner.
14 Tu seras béni plus que tous les peuples; il n'y aura chez toi ni homme ni femme stérile, ni bête stérile parmi tes troupeaux.
15 L'Eternel éloignera de toi toute maladie; il ne t'enverra aucune de ces mauvaises maladies d'Egypte qui te sont connues, mais il en frappera tous ceux qui te haïssent.
16 Tu dévoreras tous les peuples que l'Eternel, ton Dieu, va te livrer, tu ne jetteras pas sur eux un regard de pitié, et tu ne serviras point leurs dieux, car ce serait un piège pour toi.
17 Peut-être diras-tu dans ton coeur: Ces nations sont plus nombreuses que moi; comment pourrai-je les chasser?
18 Ne les crains point. Rappelle à ton souvenir ce que l'Eternel, ton Dieu, a fait à Pharaon et à toute l'Egypte,
19 les grandes épreuves que tes yeux ont vues, les miracles et les prodiges, la main forte et le bras étendu, quand l'Eternel, ton Dieu, t'a fait sortir: ainsi fera l'Eternel, ton Dieu, à tous les peuples que tu redoutes.
20 L'Eternel, ton Dieu, enverra même les frelons contre eux, jusqu'à la destruction de ceux qui échapperont et qui se cacheront devant toi.
21 Ne sois point effrayé à cause d'eux; car l'Eternel, ton Dieu, est au milieu de toi, le Dieu grand et terrible.
22 L'Eternel, ton Dieu, chassera peu à peu ces nations loin de ta face; tu ne pourras pas les exterminer promptement, de peur que les bêtes des champs ne se multiplient contre toi.
23 L'Eternel, ton Dieu, te les livrera; et il les mettra complètement en déroute, jusqu'à ce qu'elles soient détruites.
24 Il livrera leurs rois entre tes mains, et tu feras disparaître leurs noms de dessous les cieux; aucun ne tiendra contre toi, jusqu'à ce que tu les aies détruits.
25 Vous brûlerez au feu les images taillées de leurs dieux. Tu ne convoiteras point et tu ne prendras point pour toi l'argent et l'or qui sont sur elles, de peur que ces choses ne te deviennent un piège; car elles sont en abomination à l'Eternel, ton Dieu.
26 Tu n'introduiras point une chose abominable dans ta maison, afin que tu ne sois pas, comme cette chose, dévoué par interdit; tu l'auras en horreur, tu l'auras en abomination, car c'est une chose dévouée par interdit.


Par conséquent, tout peuple idolâtre habitant près de Jérusalem doit être mis à mort. La Bible Annotée dit que les Cananéens sont tués à cause de leur idolâtries :

On voit par tout ce passage que ce que Dieu veut détruire, c'est l'idolâtrie, et les Cananéens seulement en raison de ce qu'ils se sont comme identifiés avec elles. Le moment annoncé #Ge 15:16 est arrivé. Bible Annotée sur Deutéronome 7.2.


La Bible Annotée dit également qu'il faillait tuer les idolâtres pour ne pas qu'ils contaminent les croyants :

Ce serait un piège pour toi. Ces mots portent non sur ce qui précède immédiatement, mais sur la recommandation: Ton oeil sera sans pitié pour eux. En ménageant ces peuples, Israël se perdrait infailliblement lui-même. Ce verset est important. Il indique clairement le véritable sens de ce massacre des Cananéens qui a donné lieu à tant de critiques de la part des incrédules, et scandalisé souvent même des croyants. Ce qui est dit ici, montre clairement qu'Israël n'a point assouvi une cruauté gratuite et arbitraire, mais que Dieu a voulu le sauver et maintenir son règne ici-bas en préservant son peuple de la contagion de l'idolâtrie. Bible Annotée sur Deutéronome 7.16.


Israël était un peuple saint, un peuple aimé de Dieu, c'est pourquoi il fallait exterminer les idolâtres. C'est ce que nous précisent les deux commentaires Biblique suivants :

Israël ne devait rien épargner des Cananéens ni de leurs dieux. Non pour satisfaire l'esprit belliqueux et dominateur qui anime généralement les peuples conquérants, mais parce qu'il était un peuple saint, consacré à l'Éternel (verset 6 {#De 7:6}). Chaques Jours les Ecritures sur Deutéronome 6.16.

Au vers. 6 de notre chapitre {#De 7:6}, Moïse place devant le peuple la raison morale pour laquelle il devait rester entièrement séparé des Cananéens et les exterminer: «Car tu es un peuple saint, consacré à l'Éternel, ton Dieu;  l'Éternel, ton Dieu, t'a choisi, afin que tu sois pour lui un peuple qui lui appartienne en propre, d'entre tous les peuples qui sont sur la face de la terre». Le principe posé ici est de la plus grande importance. Pourquoi Israël devait-il être entièrement séparé des Cananéens, et refuser absolument de faire aucune alliance avec eux? Pourquoi devait-il démolir leurs autels, briser leurs statues et abattre leurs ashères? Simplement, parce qu'il était un peuple saint. Et qui l'avait fait tel? L'Éternel. Il les avait choisis et son amour reposait sur eux; il les avait sauvés et les avait mis à part pour lui, et ainsi il avait le droit de prescrire ce qu'ils devaient être et comment ils devaient agir. «Soyez saints, car moi je suis saint». Ce n'était nullement sur le principe de: «Tiens-toi loin, ne me touche pas, car je suis saint vis-à-vis de toi» {#Esa 65:5}. Ils ne valaient pas plus que les autres nations, c'est évident par ce qui suit: «Ce n'est pas parce que vous étiez plus nombreux que tous les peuples, que l'Éternel s'est attaché à vous et vous a choisis; car vous êtes le plus petit de tous les peuples; mais parce que l'Éternel vous a aimés et parce qu'il garde le serment qu'il a juré à vos pères, l'Éternel vous a fait sortir à main forte, et t'a racheté de la maison de servitude, de la main du Pharaon, roi d'Égypte» {vers. #De 7:7,8}. Charles Henry Mackintosh, notes sur le Pentateuque, commentaire sur le Deutéronome 7.


Intéressant, les Israélites ont péché et ont agit contrairement à l'enseignement de la parole de Dieu parce qu'ils n'ont pas exterminé tous les Cananéens :

Nous comprendrons maintenant les instructions données au commencement de notre chapitre. Les Cananéens ne devaient pas trouver grâce aux yeux des Israélites. Leur iniquité était venue à son comble, et il ne restait plus pour eux que l'exécution du jugement divin. «Tu les frapperas, et tu les détruiras entièrement comme un anathème; tu ne traiteras point alliance avec elles, et tu ne leur feras pas grâce. Tu ne t'allieras point par mariage avec elles, tu ne donneras point ta fille à leur fils, et tu ne prendras pas leur fille pour ton fils; car ils détourneraient de moi ton fils, et il servirait d'autres dieux, et la colère de l'Éternel s'embraserait contre vous et te détruirait aussitôt. Mais vous leur ferez ainsi Vous démolirez leurs autels, et vous briserez leurs statues, et vous abattrez leurs ashères, et vous brûlerez au feu leurs images taillées». Tels étaient les ordres donnés par l'Éternel à son peuple. Ils étaient clairs et compréhensibles. Pas de grâce pour les Cananéens, pas d'alliance avec eux, aucune union, aucune liaison quelconque; un jugement sans miséricorde devait être leur part. Nous savons, hélas que les Israélites ne tardèrent pas à négliger ces ordres sacrés. À peine avaient-ils posé leurs pieds dans le pays de Canaan qu'ils firent alliance avec les Gabaonites. Josué lui-même tomba dans le piège. Les vêtements déchirés et le pain moisi de ce peuple rusé, trompèrent les principaux de la congrégation, et les firent agir en directe opposition avec le commandement de Dieu. S'ils eussent été gouvernés par l'autorité de la Parole, ils ne seraient pas tombés dans cette faute grave et n'auraient pas traité alliance avec un peuple qui aurait dû être complètement détruit. Mais ils jugèrent d'après l'oeil de la chair, et ils en recueillirent les fruits. L'obéissance implicite est la meilleure sauvegarde contre les ruses de l'ennemi. Le récit des Gabaonites était sans doute fort plausible, et tout leur aspect donnait un air de vérité à leurs assertions, mais rien de tout cela n'aurait dû avoir le moindre poids aux yeux de Josué et des principaux d'Israël. Ils devaient se rappeler les commandements de l'Éternel, et s'en tenir à sa parole. Au lieu de le faire, ils raisonnèrent et agirent d'après ce qu'ils voyaient. La raison n'est pas un guide pour le peuple de Dieu; il doit être uniquement et entièrement dirigé et gouverné par sa Parole. Charles Henry Mackintosh, notes sur le Pentateuque, commentaire sur le Deutéronome 7.


Il ne devrait exister aucune personne ayant foi en la Bible, tout en s'opposant aux actes divin, et combattre les Cananéens était un grand honneur pour les Israélites:
 

Les enfants d'Israël étaient appelés à combattre les batailles de l'Éternel. Dès l'instant où ils posèrent leurs pieds sur la terre de Canaan, ils eurent à faire la guerre à ses habitants. «Des villes de ces peuples-ci que l'Éternel, ton Dieu, te donne en héritage, tu ne laisseras en vie rien de ce qui respire». C'était clair et formel. Non seulement la postérité d'Abraham devait posséder le pays de Canaan, mais encore elle devait être l'instrument pour exécuter le juste jugement de Dieu sur les coupables habitants dont les péchés s'étaient élevés jusqu'au ciel et étaient devenus tout à fait intolérables. Si quelqu'un croit devoir justifier la manière dont Dieu agit envers les sept nations de Canaan, qu'il sache bien que ses efforts sont tout à fait superflus. Quelle folie pour de pauvres vers de terre de croire qu'ils peuvent entreprendre cette tâche, et quelle folie chez ceux qui demandent une justification ou une explication! C'était un grand honneur conféré aux Israélites que d'avoir à exterminer ces nations coupables, honneur dont ils se montrèrent tout à fait indignes, vu qu'ils ne se conformèrent pas à ce qui leur avait été commandé. Ils laissèrent vivre un grand nombre de ceux qui auraient dû être entièrement détruits, et ceux-là devinrent les misérables instruments de leur propre ruine en les incitant aux mêmes iniquités qui avaient appelé sur eux les jugements divins. Charles Henry Mackintosh, notes sur le Pentateuque, commentaire sur le Deutéronome 20.


Un autre exemple nous est donné avec les Madianites qui ont été châties parce que leurs femmes avaient convertis les juifs à adorer Baal :

Nombres 31
13 Moïse, le sacrificateur Eléazar, et tous les princes de l'assemblée, sortirent au–devant d'eux, hors du camp.
14 Et Moïse s'irrita contre les commandants de l'armée, les chefs de milliers et les chefs de centaines, qui revenaient de l'expédition.
15 Il leur dit : Avez–vous laissé la vie à toutes les femmes ?
16 Voici, ce sont elles qui, sur la parole de Balaam, ont entraîné les enfants d'Israël à l'infidélité envers l'Eternel, dans l'affaire de Peor ; et alors éclata la plaie dans l'assemblée de l'Eternel.

Dans l'affaire de Péor. Dans les guerres ordinaires, la vie des femmes est respectée, mais dans ce cas elles furent condamnées à périr, parce que c'étaient elles qui avaient causé le péché et la destruction d'une partie du peuple. Bible Annotée sur Nombres 31.16.

Parmi les petits enfants, on doit tuer les mâles, afin que la nation soit exterminée, et parmi les femmes toutes celles qui pouvaient être déjà enceintes, parce qu'elles ont contribué à séduire les Israélites et qu'elles ne devaient pas perpétuer une race vouée à la destruction. Bible Annotée sur Nombres 31.17.


Faut-il tuer tout ceux qui invitent à adorer autre que Dieu? C'est pour cette raison que Dieu ordonna le massacre des Madianites :

Venge. Exécution de l'ordre donné #No 25:16-18. Les fils d'Israël doivent être vengés, parce qu'une partie d'entre eux avaient péri par suite de la ruse des Madianites. Bible Annotée sur Nombres 31.2.


En effet, lisons le passage suivant :

Nombres 25
1  Israël demeurait à Sittim ; et le peuple commença à se livrer à la débauche avec les filles de Moab.
Elles invitèrent le peuple aux sacrifices de leurs dieux ; et le peuple mangea, et se prosterna devant leurs dieux.
3  Israël s'attacha à Baal–Peor, et la colère de l'Eternel s'enflamma contre Israël.
4  L'Eternel dit à Moïse : Assemble tous les chefs du peuple, et fais pendre les coupables devant l'Eternel en face du soleil, afin que la colère ardente de l'Eternel se détourne d'Israël.
5  Moïse dit aux juges d'Israël: Que chacun de vous tue ceux de ses gens qui se sont attachés à Baal–Peor.
6  Et voici, un homme des enfants d'Israël vint et amena vers ses frères une Madianite, sous les yeux de Moïse et sous les yeux de toute l'assemblée des enfants d'Israël, tandis qu'ils pleuraient à l'entrée de la tente d'assignation.
A cette vue, Phinées, fils d'Eléazar, fils du sacrificateur Aaron, se leva du milieu de l'assemblée, et prit une lance, dans sa main.
8  Il suivit l'homme d'Israël dans sa tente, et il les perça tous les deux, l'homme d'Israël, puis la femme, par le bas–ventre. Et la plaie s'arrêta parmi les enfants d'Israël.
9  Il y en eut vingt–quatre mille qui moururent de la plaie.
10 L'Eternel parla à Moïse, et dit:
11 Phinées, fils d'Eléazar, fils du sacrificateur Aaron, a détourné ma fureur de dessus les enfants d'Israël, parce qu'il a été animé de mon zèle au milieu d'eux ; et je n'ai point, dans ma colère, consumé les enfants d'Israël.
12 C'est pourquoi tu diras que je traite avec lui une alliance de paix.
13 Ce sera pour lui et pour sa postérité après lui l'alliance d'un sacerdoce perpétuel, parce qu'il a été zélé pour son Dieu, et qu'il a fait l'expiation pour les enfants d'Israël.
14 L'homme d'Israël, qui fut tué avec la Madianite, s'appelait Zimri, fils de Salu ; il était chef d'une maison paternelle des Siméonites.
15 La femme qui fut tuée, la Madianite, s'appelait Cozbi, fille de Tsur, chef des peuplades issues d'une maison paternelle en Madian.
16 L'Eternel parla à Moïse, et dit:
17 Traite les Madianites en ennemis, et tuez–les ;
18 car ils se sont montrés vos ennemis, en vous séduisant par leurs ruses, dans l'affaire de Peor, et dans l'affaire de Cozbi, fille d'un chef de Madian, leur sœur, tuée le jour de la plaie qui eut lieu à l'occasion de Peor.


Ces versets nous disent même que Phinées, inspiré par Dieu, tua un israélite et la femme qui l'avait converti à l'idolâtrie, ce qui plut fortement à Dieu, qui le récompensa. Dans une situation similaire, tout israélite doit agir de la sorte :

Cet acte de Phinées n'était point l'accomplissement d'un devoir officiel; c'était l'inspiration subite d'une sainte indignation. Il est resté comme un exemple sur lequel les Juifs ont basé ce qu'on a appelé le droit des zélotes, en quelque
sorte la loi de Lynch israélite, d'après laquelle tout israélite, en cas de mépris flagrant de l'honneur de Dieu, peut intervenir sans jugement contre le coupable. Bible Annotée sur Nombres 25.8.


Il n'est pas possible aux croyants de rester avec un peuple polythéiste, ainsi selon l'auteur des versets qui suivent, il faut les détruire pour ne pas devenir comme eux :

Psaumes 106
34 Ils ne détruisirent point les peuples Que l'Eternel leur avait ordonné de détruire.
35 Ils se mêlèrent avec les nations, Et ils apprirent leurs oeuvres.
36 Ils servirent leurs idoles, Qui furent pour eux un piège;
37 Ils sacrifièrent leurs fils Et leurs filles aux idoles,
38 Ils répandirent le sang innocent, Le sang de leurs fils et de leurs filles, Qu'ils sacrifièrent aux idoles de Canaan, Et le pays fut profané par des meurtres.
39 Ils se souillèrent par leurs oeuvres, Ils se prostituèrent par leurs actions.

Ils ne détruisirent point..., ils se mêlèrent. Les deux choses n'en font en réalité qu'une. Ils ne pouvaient laisser subsister les Cananéens sans se mêler à eux, et le faire, c'était prendre parti pour l'idolâtrie contre Dieu; voir #De 7:2, note. Bible Annotée sur Psaumes 106.34.


Jean Calvin dit :

Déjà l'iniquité des Amorrhéens était venue jusques au dernier comble, en sorte que ce n'était point en vain que Dieu voulait qu'ils fussent exterminés et rasés, et principalement de peur que leur compagnie ne fut contagieuse au peuple saint. Car Dieu en élisant cette terre-là pour son domicile, voulait qu'elle fut sainte et purgée de toute ordure et souillure. Quand donc le peuple a refusé d'exécuter la vengence qui lui était enjointe, il a montré que de son bon gré il appétait de se méler parmi les souillures. Et pourtant nous voyons comment il se courrouce durement à cause d'une, telle nonchalance, Voilà, dit-il, j'avai commandé que tous ces peuples-ci fussent tués par glaive. Commentaire de Jean Calvin sur le livre des Psaumes 69-150, commentaire sur Psaumes 106.34, page 308.


En lisant les versets du Deutéronome en leur contexte, l'on constate que les peuples qui sont cités sont mis à mort simplement à cause de leur idolâtrie :

Deutéronome 20
15 C'est ainsi que tu agiras à l'égard de toutes les villes qui sont très éloignées de toi, et qui ne font point partie des villes de ces nations–ci.
16 Mais dans les villes de ces peuples dont l'Eternel, ton Dieu, te donne le pays pour héritage, tu ne laisseras la vie à rien de ce qui respire.
17 Car tu dévoueras ces peuples par interdit, les Héthiens, les Amoréens, les Cananéens, les Phéréziens, les Héviens, et les Jébusiens, comme l'Eternel, ton Dieu, te l'a ordonné,
18 afin qu'ils ne vous apprennent pas à imiter toutes les abominations qu'ils font pour leurs dieux, et que vous ne péchiez point contre l'Eternel, votre Dieu.


Matthieu Henry dit :

Aucun habitant des villes conquises par Israël ne devait rester libre. Tous ceux qui avaient des penchants pour l'idolâtrie devaient être éliminés, pour ne pas nuire au peuple hébreu. Si toutes ces ordonnances ne sont plus tout à fait d'actualité aujourd'hui, l'Amour de Christ, quant à lui, les supplante. Commentaire concis de Matthieu Henry sur Deutéronome 20.10.


Une preuve supplémentaire que Dieu ne commande pas uniquement le meurtre des héthien, guirgasien, amoréen, cananéen, phérézien, hévien ou jébusien, est le fait qu'il a ordonné la mise à mort des juifs s'ils adoraient un autre Dieu :

Exode 22:20 
Celui qui offre des sacrifices à d'autres dieux qu'à l'Eternel seul sera voué à l'extermination.

Deutéronome 13
Si ton frère, fils de ta mère, ou ton fils, ou ta fille, ou la femme qui repose sur ton sein, ou ton ami que tu aimes comme toi-même, t'incite secrètement en disant: Allons, et servons d'autres dieux! -des dieux que ni toi ni tes pères n'avez connus,
7  d'entre les dieux des peuples qui vous entourent, près de toi ou loin de toi, d'une extrémité de la terre à l'autre-
8  tu n'y consentiras pas, et tu ne l'écouteras pas; tu ne jetteras pas sur lui un regard de pitié, tu ne l'épargneras pas, et tu ne le couvriras pas.
Mais tu le feras mourir; ta main se lèvera la première sur lui pour le mettre à mort, et la main de tout le peuple ensuite;
10 tu le lapideras, et il mourra, parce qu'il a cherché à te détourner de l'Eternel, ton Dieu, qui t'a fait sortir du pays d'Egypte, de la maison de servitude.

Deutéronome 17
2  Il se trouvera peut-être au milieu de toi dans l'une des villes que l'Eternel, ton Dieu, te donne, un homme ou une femme faisant ce qui est mal aux yeux de l'Eternel, ton Dieu, et transgressant son alliance;
allant après d'autres dieux pour les servir et se prosterner devant eux, après le soleil, la lune, ou toute l'armée des cieux. Ce n'est point là ce que j'ai commandé.
4  Dès que tu en auras connaissance, dès que tu l'auras appris, tu feras avec soin des recherches. La chose est-elle vraie, le fait est-il établi, cette abomination a-t-elle été commise en Israël,
alors tu feras venir à tes portes l'homme ou la femme qui sera coupable de cette mauvaise action, et tu lapideras ou puniras de mort cet homme ou cette femme.

2Chroniques 15
12 Ils prirent l'engagement de chercher l'Eternel, le Dieu de leurs pères, de tout leur coeur et de toute leur âme;
13 et quiconque ne chercherait pas l'Eternel, le Dieu d'Israël, devait être mis à mort, petit ou grand, homme ou femme.


Ainsi, puisque les enfants d'Israël pouvaient eux aussi être mis à mort au même titre que les idolâtres, car étant devenu comme eux, on en déduit que Dieu a ordonné le meurtre de tous les polythéistes, ceci n'étant donc pas une restriction à quelques peuples. Cela signifie que chaque peuple proche d'Israël, s'il adore une fausse divinité, devra être mis à mort afin d'éviter de détourner Israël du monothéisme.




Ceux qui habitent loin de Jérusalem

Un autre mythe souvent véhiculé par certains chrétiens est que Dieu aurait souhaité seulement la destruction des idolâtres qui se trouvaient à Jérusalem. Malheureusement pour eux, ils oublient que le commandement de Dieu indique qu'il faut proposer la paix aux villes éloignées de sorte qu'ils payent un impôt et servent les enfants d'Israël. S'ils refusent, ils doivent être mis à mort, et leurs enfants et leurs femmes n'auront pas d'autres avenirs que de devenir la propriété des Israélites :

Deutéronome 20
10 Quand tu t'approcheras d'une ville pour l'attaquer, tu lui offriras la paix.
11 Si elle accepte la paix et t'ouvre ses portes, tout le peuple qui s'y trouvera te sera tributaire et asservi.
12 Si elle n'accepte pas la paix avec toi et qu'elle veuille te faire la guerre, alors tu l'assiégeras.
13 Et après que l'Eternel, ton Dieu, l'aura livrée entre tes mains, tu en feras passer tous les mâles au fil de l'épée.
14 Mais tu prendras pour toi les femmes, les enfants, le bétail, tout ce qui sera dans la ville, tout son butin, et tu mangeras les dépouilles de tes ennemis que l'Eternel, ton Dieu, t'aura livrés.
15 C'est ainsi que tu agiras à l'égard de toutes les villes qui sont très éloignées de toi, et qui ne font point partie des villes de ces nations–ci.
16 Mais dans les villes de ces peuples dont l'Eternel, ton Dieu, te donne le pays pour héritage, tu ne laisseras la vie à rien de ce qui respire.
17 Car tu dévoueras ces peuples par interdit, les Héthiens, les Amoréens, les Cananéens, les Phéréziens, les Héviens, et les Jébusiens, comme l'Eternel, ton Dieu, te l'a ordonné,
18 afin qu'ils ne vous apprennent pas à imiter toutes les abominations qu'ils font pour leurs dieux, et que vous ne péchiez point contre l'Eternel, votre Dieu.



Le célèbre commentateur Rachi dit :

Quand tu approcheras d'une ville Le texte parle ici d'une guerre facultative, ainsi qu'il sera explicité au verset 15 : « Ainsi feras-tu à toutes les villes qui sont très éloignées… »

Tout le peuple qui s'y est trouvé Même si tu y trouves des personnes appartenant aux sept peuples que je t'ai ordonné de détruire, tu as le droit de leur laisser la vie sauve (Sifri).

Pour un tribut, ils te serviront [A condition] qu'ils acceptent tribut et servage.

Et si elle ne fait pas la paix avec toi, elle fera la guerre avec toi La Tora t'annonce que si elle ne fait pas la paix avec toi, elle finira par entrer en guerre avec toi si tu t'en retires et t'en vas.

Tu l'assiégeras Tu pourras même l'affamer, la faire souffrir de la soif et la faire mourir de maladies.

Hachem, ton Eloqim, la donnera en ta main Si tu te conformes à tout ce qui est stipulé dans le présent contexte, Hachem finira par la livrer en ta main.

Et les jeunes enfants Y compris les jeunes enfants mâles. Comment comprendre alors : « … tu frapperas tous ses mâles à la pointe de l'épée » (verset 13) ? Il s'agit là des adultes.

Comme t'a ordonné Y compris le Guirgachi.

Afin qu'ils ne vous enseignent pas Si en revanche ils se repentent et se convertissent, tu es autorisé à les accueillir.

Des jours [Au moins] deux.

Nombreux [Au moins] trois. D'où l'on a appris que l'on ne doit pas entreprendre le siège des villes des païens moins de trois jours avant chabath (Chabath 19a). Et cela nous apprend que les ouvertures de paix doivent durer deux ou trois jours. C'est ainsi qu'il est écrit : « David demeura deux jours à Tsiglag » (II Chemouel 1, 1). Le texte parle ici d'une guerre facultative (Sifri).

Car (ki) l'homme est-il un arbre du champ Le mot ki s'entend ici dans le sens d'une hypothèse (« peut-être ») (Roch hachana 3a) : Et s'il était un homme, l'arbre des champs, pour se laisser enfermer dans la ville assiégée devant toi et souffrir de
la faim et de la soif comme les habitants de la ville ? [Si ce n'est pas le cas], pourquoi le détruirais-tu ?

Jusqu'à sa soumission Expression comportant une connotation de « domination » : jusqu'à ce qu'elle se courbe devant toi.

Commentaire de Rachi sur Deutéronome 20.10-20.



Voici quelques commentaires de savants chrétiens :

La Bible Annotée dit :

10 et 11 En premier lieu, lui offrir de se rendre et, si elle accepte, l'épargner et lui imposer un tribut annuel ou {#Ex 1:11} des corvées. 12 à 14 En second lieu, si elle résiste, ne tuer que les hommes armés; épargner tout le reste. Ainsi sont interdits aux Israélites ces massacres de populations entières auxquels on se livrait dans l'antiquité. Bible Annotée sur Deutéronome 20.10.


KOECHLIN J. dit :

Les fils d'Israël étaient autorisés à conclure la paix avec les villes éloignées. Au contraire on ne devait avoir aucune pitié pour les cités proches, celles qui empêchaient le peuple de posséder son pays. Chaque jours des écritures sur Deutéronome 20.10.


Un site chrétien protestant dit :

3. Distinction entre villes lointaines et proches : v.10-18
Les guerres d'Israël étaient des guerres de conquête. Des villes très éloignées pouvaient être attaquées. Elles étaient d'abord invitées à la paix; si les habitants l'acceptaient, ils devenaient tributaires d'Israël, comme ce fut souvent le cas dans l'histoire de David; sinon, les hommes seuls étaient tués, les femmes et les enfants étaient pris comme esclaves et tout le butin de la ville était pillé (v.10-14). Normes pour le service militaire et la guerre, Commentaires sur Deutéronome 20.10-18. http://www.lepredicateur.com/commentaire/Deuteronome/deut200_00.html


Famille Ladrierre dit :

En continuant notre chapitre, nous voyons que lorsqu'il s'agissait de villes éloignées qui n'appartenaient point aux nations coupables que l'Éternel avait commandé de détruire, les Israélites devaient d'abord leur offrir la paix. La bonté de Dieu leur donnait l'occasion d'échapper à la ruine, et c'est ce que Dieu fait maintenant aussi à l'égard des pécheurs. Il use de patience et leur fait offrir la paix par ses ambassadeurs, je veux dire les évangélistes. Ils supplient pour Christ et disent : « Soyez réconciliés avec Dieu » (2 Pierre 3:9 ; 2 Cor. 5:20). Mais si les villes refusaient la paix, que leur arrivait-il ? — Elles étaient détruites parce qu'elles se déclaraient alors ouvertement ennemies de Dieu et de son peuple. — Tu as raison, et c'est ce qui arrivera aussi maintenant aux pécheurs qui refusent l'évangile. Ils n'ont à attendre que le « jugement et l'ardeur d'un feu qui va dévorer les adversaires » (Héb. 10:27, 29). Mais si les habitants de ces villes acceptaient la paix, ils avaient le privilège de devenir tributaires et sujets du peuple de Dieu, c'est à dire de Dieu lui-même ; ils jouissaient de la paix et de la protection que Dieu étendait sur son peuple. Commentaire sur Deutéronome 19 et 20, La Bonne Nouvelle 1886 pages 61 à 71. http://www.bibliquest.org/AL/Ladrierre-at05-Deuteronome_Simples_entretiens.htm#TM17


Charles Henry Mackintosh dit :
 
La fin de notre chapitre développe les principes qui devaient diriger les Israélites dans leurs guerres. Ils avaient à faire la différence entre les villes qui étaient fort éloignées d'eux et celles qui appartenaient aux sept nations condamnées. Aux premières, ils devaient tout d'abord faire des ouvertures de paix; aux autres, au contraire, ils ne devaient faire aucune grâce. «Quand tu approcheras d'une ville pour lui faire la guerre, tu l'inviteras à la paix», - étrange manière de combattre! - «Et s'il arrive qu'elle te fasse une réponse de paix et qu'elle s'ouvre à toi, alors tout le peuple qui sera trouvé dedans te sera tributaire et te servira. Et si elle ne fait pas la paix avec toi, mais qu'elle fasse la guerre contre toi, tu l'assiégeras; et quand l'Éternel, ton Dieu, la livrera en ta main, tu frapperas tous les mâles par le tranchant de l'épée; » - les mâles indiquent l'énergie du mal; - «mais les femmes et les enfants, et le bétail, et tout ce qui sera dans la ville, tout son butin», - tout ce qui pouvait être utilisé pour le service de Dieu et de son peuple, - «tu le pilleras pour toi; et tu mangeras le butin de tes ennemis, que l'Éternel, ton Dieu, t'aura donné. C'est ainsi que tu feras à toutes les villes qui sont très éloignées de toi, qui ne sont point des villes de ces nations-ci». Un carnage aveugle et une extermination générale n'étaient point le devoir d'Israël. Les villes qui étaient disposées à accepter les propositions de paix devaient avoir le privilège de devenir tributaires du peuple de Dieu; et quant à celles qui ne voulaient pas traiter, tout ce qu'elles contenaient d'utile devait être conservé. Charles Henry Mackintosh, notes sur le Pentateuque, Commentaire sur le Deutéronome 20.


Le commentaire de keil & Delitzsch :

C'était suivant cette voie qu'Israël devait agir avec les villes qui lui étaient éloigné, mais non pas avec les villes des Cannanites ("ces nations"), dont Jehovah leur avaient donnés pour héritage. Keil & Delitzsch Commentary on the Old Testament, Deutéronome 20.15-18.


Le commentaire Fausset and Brown Commentary dit :

Mais si la cité assiégée refuse de capituler et d'être prise, un massacre total devait être perpétré contre les hommes tandis que les femmes et les enfants étaient conservés et bien traités (Deu_20:13, Deu_20:14). Fausset and Brown Commentary, Deutéronome 20.10-20.


Le Docteur Thomas L. Constable dit :

Les Israélites étaient commandés d'offrir la paix à chaque ville en dehors de la terre promise (vv. 15-16). Israël n'était pas pour répendre le sang inutilement. Si la ville accepte les conditions, la population servira les Israélites (cf. Josh. 9:3-27). Si elle refuse, les Israélites tueront tous les hommes, mais épargent les femmes les enfants et le butin. Dr. Constable's Notes on Deuteronomy, 6. Laws arising from the sixth commandment 19:1—22:8, War ch. 20, page 69. http://www.soniclight.com/constable/notes/pdf/deuteronomy.pdf



Conséquemment, Dieu a ordonné aux enfants d'Israël d'attaquer TOUTES les villes lointaine qui ne voulaient pas leur payer un tribut et devenir leurs serviteurs. On ne peut que constater que ceci a été suivit de près par les Israélites :

David humilia ses adversaires de partout et les a assujettis à payer un tribut :

2Samuel 8
1  Après cela, David battit les Philistins et les humilia, et il enleva de la main des Philistins les rênes de leur capitale.
2  Il battit les Moabites, et il les mesura avec un cordeau, en les faisant coucher par terre; il en mesura deux cordeaux pour les livrer à la mort, et un plein cordeau pour leur laisser la vie. Et les Moabites furent assujettis à David, et lui payèrent un tribut.
3  David battit Hadadézer, fils de Rehob, roi de Tsoba, lorsqu'il alla rétablir sa domination sur le fleuve de l'Euphrate.
David lui prit mille sept cents cavaliers et vingt mille hommes de pied; il coupa les jarrets à tous les chevaux de trait, et ne conserva que cent attelages.
5  Les Syriens de Damas vinrent au secours d'Hadadézer, roi de Tsoba, et David battit vingt-deux mille Syriens.
6  David mit des garnisons dans la Syrie de Damas. Et les Syriens furent assujettis à David, et lui payèrent un tribut. L'Eternel protégeait David partout où il allait.
Et David prit les boucliers d'or qu'avaient les serviteurs d'Hadadézer, et les apporta à Jérusalem.


Notez l'humiliation des ennemis de Salomon ainsi que le tribut qu'ils doivent lui payer, faits qui ne sont ni limités dans le temps ou l'espace :

Psaumes 72
1  De Salomon. O Dieu, donne tes jugements au roi, Et ta justice au fils du roi!
2  Il jugera ton peuple avec justice, Et tes malheureux avec équité.
3  Les montagnes porteront la paix pour le peuple, Et les collines aussi, par l'effet de ta justice.
4  Il fera droit aux malheureux du peuple, Il sauvera les enfants du pauvre, Et il écrasera l'oppresseur.
5  On te craindra, tant que subsistera le soleil, Tant que paraîtra la lune, de génération en génération.
6  Il sera comme une pluie qui tombe sur un terrain fauché, Comme des ondées qui arrosent la campagne.
7  En ses jours le juste fleurira, Et la paix sera grande jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de lune.
8  Il dominera d'une mer à l'autre, Et du fleuve aux extrémités de la terre.
Devant lui, les habitants du désert fléchiront le genou, Et ses ennemis lécheront la poussière.
10 Les rois de Tarsis et des îles paieront des tributs, Les rois de Séba et de Saba offriront des présents.
11 Tous les rois se prosterneront devant lui, Toutes les nations le serviront.


Ainsi, plusieurs peuples étaient soumis à Salomon et lui payaient des tributs :

Cantiques 8.11
Salomon avait une vigne à Baal-Hamon; Il remit la vigne à des gardiens; Chacun apportait pour son fruit mille sicles d'argent.

Les mille pièces d'argent payées à Salomon représentent les tributs que ces préfets faisaient payer annuellement à tous ces peuples soumis (voir l'Introduction). Bible Annotée sur Cantique 8.11.


Josaphat, l'autre fils de David, a assujettis les arabes :

2Chroniques 17
1  Josaphat, son fils, régna à sa place. Il se fortifia contre Israël:
2  il mit des troupes dans toutes les villes fortes de Juda, et des garnisons dans le pays de Juda et dans les villes d'Ephraïm dont Asa, son père, s'était emparé.
3  L'Eternel fut avec Josaphat, parce qu'il marcha dans les premières voies de David, son père, et qu'il ne rechercha point les Baals;
4  car il eut recours au Dieu de son père, et il suivit ses commandements, sans imiter ce que faisait Israël.
5  L'Eternel affermit la royauté entre les mains de Josaphat, à qui tout Juda apportait des présents, et qui eut en abondance des richesses et de la gloire.
6  Son coeur grandit dans les voies de l'Eternel, et il fit encore disparaître de Juda les hauts lieux et les idoles.
7  La troisième année de son règne, il chargea ses chefs Ben-Haïl, Abdias, Zacharie, Nethaneel et Michée, d'aller enseigner dans les villes de Juda.
8  Il envoya avec eux les Lévites Schemaeja, Nethania, Zebadia, Asaël, Schemiramoth, Jonathan, Adonija, Tobija et Tob-Adonija, Lévites, et les sacrificateurs Elischama et Joram.
9  Ils enseignèrent dans Juda, ayant avec eux le livre de la loi de l'Eternel. Ils parcoururent toutes les villes de Juda, et ils enseignèrent parmi le peuple.
10 La terreur de l'Eternel s'empara de tous les royaumes des pays qui environnaient Juda, et ils ne firent point la guerre à Josaphat.
11 Des Philistins apportèrent à Josaphat des présents et un tribut en argent; et les Arabes lui amenèrent aussi du bétail, sept mille sept cents béliers et sept mille sept cents boucs.


Enfin, ne nous étonnons pas des richesses des rois d'Israël grâce aux tributs qu'ils recevaient :

2Rois 3.4 
Méscha, roi de Moab, possédait des troupeaux, et il payait au roi d'Israël un tribut de cent mille agneaux et de cent mille béliers avec leur laine.




Enfin, citons ces lois qui font parmi des 613 commandements de la Torah :

426. Ne pas accorder grâce aux idolâtres.

436. Destruction des idoles et de tout objet de culte païen

443. Obligation de détruire par le feu une ville corrompue.

http://www.rabbinat.qc.ca/nsite/bible/613.htm
http://www.cyber-contact.com/613.html
http://www.col.fr/article.php3?id_article=47



A l'issu de cette analyse, nous avons vu dans l'Ancien Testament, Dieu a encouragé une guerre contre tous les idolâtres et leurs progénitures qui vivaient près de Jérusalem. Ils devaient tous être mis à mort. Pis encore, Dieu a ordonné de combattre tous les autres peuples s'ils ne voulaient pas conclure un pacte de paix. Ce dernier comprenait le fait que ces peuples soient soumis à l'Etat d'Israël en payant un tribut et en devenant leurs serviteurs.

Les chrétiens et les juifs qui critiquent l'Islam devraient au préalable s'informer au sujet de ce qu'enseigne leur propre Dieu. Mais comment pourraient-ils reprocher à Dieu d'ordonner la guerre, alors que nous lisons qu'il se décrit lui même comme un guerrier :

Exode 15:3 
L'Eternel est un vaillant guerrier; L'Eternel est son nom.

Psaumes 24:8 
Qui est ce roi de gloire? -L'Eternel fort et puissant, L'Eternel puissant dans les combats.

1 Samuel 15:2 
Ainsi parle l'Eternel des armées: Je me souviens de ce qu'Amalek fit à Israël, lorsqu'il lui ferma le chemin à sa sortie d'Egypte.


Ce qui est encore plus surprenant, c'est que l'expression "l'Eternel des armées" est présente 282 fois dans l'Ancien Testament. Charles LELIEVRE dit :

ou Yahvé, Dieu des armées; ou Yahvé des armées. Ces noms n'apparaissent nulle part dans les six premiers livres de la Bible et assez rarement dans les livres postérieurs à l'exil. Ils sont particulièrement fréquents dans le langage de certains prophètes. Ils se trouvent 282 fois dans l'Ancien Testament, 246 fois chez les prophètes en général, 55 fois chez le 1° Esaïe, 81 fois chez Jérémie, jamais chez Ezéchiel, Joël, Abdias. Ces appellations ne proviennent donc pas des origines israélites et ne paraissent pas s'être généralisées en dehors de certains cercles prophétiques. Charles LELIEVRE, Pasteur de l'Eglise Réformée, Lexique de la Bible, définition de "Eternel des armées".


Augustin Calmet dit :

Dans une infinité d'endroits, la nation des Hébreux est appelée l'armée du Seigneur, parce que Dieu en était considéré comme le chef et le général. C'était lui qui nommait les chefs de ses armées, qui ordonnait la guerre et la paix; ses prêtres y sonnaient de la trompette et donnaient le signal du combat: aussi ces guerres étaient ordinairement accompagnées de prodiges. Dictionnaire de la Bible, Dom AUgustin Calmet (Rev.3), définition de "armées".


Comment certains chrétiens ou juifs peuvent-ils prétendre que le Dieu de l'Islam est plus violent que le Dieu de la Bible, lorsque celui-ci se nomme 282 fois "l'Éternel des armées"?






09/02/2009
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 50 autres membres