Le Christ devait-il être appelé Nazaréen?


Une prophétie dans Matthieu pose un problème aux chrétiens :


Matthieu 2:23 
et vint demeurer dans une ville appelée Nazareth, afin que s'accomplît ce qui avait été annoncé par les prophètes: Il sera appelé Nazaréen.


Le problème c'est qu'il n'existe aucun passage de l'Ancien Testament qui décrit une telle prophétie. Pour expliquer cette prophétie, plusieurs chrétiens affirment qu'il ne s'agit pas d'une citation d'un texte mais que ça fait référence au voeux du naziréat ou au rejeton (en hébreux netzer) cité en Esaïe 11.1. Regardons par exemple ce que dit la Bible Annotée :

Il n'y a point de passage dans les prophètes qui appelle le Messie Nazaréen. De là l'embarras des interprètes, qui ont eu recours aux moyens les plus divers pour expliquer ces paroles. Il faut écarter d'abord l'idée que Matthieu cite un prophète perdu ou un livre apocryphe, ou qu'il fait allusion aux voeux du naziréat. #No 6:13 Cette dernière opinion, généralement admise au temps de Calvin et qu'il partageait (voir son Commentaire), est grammaticalement fausse et elle ne convient point au caractère du Sauveur. {Comparer #Mt 11:18,19}

Un passage d'Esaïe #Esa 11:1 a mis l'exégèse sur la voie d'une interprétation plus admissible: là le Messie est annoncé comme un rejeton, en hébreu netzer, sortant du tronc d'Isaï, expression qui indique l'humiliation du Sauveur, son peu d'apparence aux yeux des hommes. La même désignation se trouve chez les prophètes dans le terme de tsemach, germe. #Jer 23:5 33:15 Za 3:8 6:12 comp. #Esa 53:2 Or le mot netzer est l'étymologie du nom de Nazareth, ou plutôt était son nom même parmi les habitants du pays, et l'évangéliste, retrouvant l'idée des prophètes dans ce nom et dans le mépris qu'avaient les Juifs pour cette ville obscure et pauvre de la Galilée #Jn 1:46,47 7:52, y voit un accomplissement à double sens des Ecritures. Jésus fut en effet appelé avec mépris Nazaréen #Jn 19:19 c'est ainsi que le désignent encore aujourd'hui les Juifs, ses adversaires. Ce nom passa même du Maître aux disciples.

On ne saurait nier que cette explication n'ait quelque chose de recherché, d'arbitraire, et qui prête à l'évangéliste une interprétation assez rabbinique de l'Ancien Testament. C'est ce qui a porté d'autres exégètes à penser qu'il voulait dire simplement ceci: Le nom méprisé de Nazareth où le Sauveur vient habiter s'attachera à lui; or les prophètes ont annoncé qu'il serait le méprisé du peuple. #Esa 53,ps 22, etc. De là cette allusion tout à fait vague, qui n'est point une citation. -Ce qui est plus important que ces interprétations, c'est l'exemple que nous donne Celui qui "méprisa l'ignominie" #Heb 12:2, et qui "nous apprend à nous cacher et à garder le silence, quand le temps d'agir et de parler n'est pas venu." Quesnel. Bible Annotée sur Matthieu 2.23.

Autrement-dit, pour le voeux du naziréat il y a un problème linguistique.

Concernant le rejeton cité dans Esaïe 11.1, il y a plusieurs problèmes (d'ailleurs la Bible Annotée reconnait que ce n'est pas très satisfaisant) :

- Le mot cité dans Esaïe 11.1 n'est pas dans les autres citations se référant au Messie. Dans les autres passages, c'est le mot "tsemach" qui est utilisé et qui n'a pas de lien avec le mot nazaréen.
Donc Matthieu se serait trompé en disant "LES prophètes", il aurait dû dire "Esaïe" comme il le fait d'habitude.

- Le même mot netser a été utilisé pour parler de Ptolémée Euergetès :

Daniel 11:7 
Un rejeton (netser) de ses racines s'élèvera à sa place; il viendra à l'armée, il entrera dans les forteresses du roi du septentrion, il en disposera à son gré, et il se rendra puissant.

Pourtant, Ptolémée Euergetès ne s'appelait pas le nazaréen.


- Le mot nazaéren fait référence à la ville de nazareth, ce qui n'a aucun rapport avec le mot netser qui signifie rejeton.

Quant à la dernière proposition de la Bible Annotée, il ne mérite même pas de réfutation, sinon on pourrait faire dire à toute chose ce qu'on veut.

De plus, les juifs qui connaissaient parfaitement le texte de l'Ancien Testament, et s'il devait y avoir une quelconque allusion au mot nazaréen de n'importe quelle manière que ce soit (y compris avec le mot naziréat ou netser), alors ils n'auraient pas réfuter Jésus en affirmant qu'il n'est pas le messie car aucun prophète ne peut venir de Galilée et donc de nazareth :

Jean 7
40 Des gens de la foule, ayant entendu ces paroles, disaient: Celui–ci est vraiment le prophète.
41 D'autres disaient: C'est le Christ. Et d'autres disaient: Est–ce bien de la Galilée que doit venir le Christ?
42 L'Ecriture ne dit–elle pas que c'est de la postérité de David, et du village de Bethléhem, où était David, que le Christ doit venir?
43 Il y eut donc, à cause de lui, division parmi la foule.
44 Quelques–uns d'entre eux voulaient le saisir, mais personne ne mit la main sur lui.
45 Ainsi les huissiers retournèrent vers les principaux sacrificateurs et les pharisiens. Et ceux–ci leur dirent: Pourquoi ne l'avez–vous pas amené?
46 Les huissiers répondirent: Jamais homme n'a parlé comme cet homme.
47 Les pharisiens leur répliquèrent: Est–ce que vous aussi, vous avez été séduits?
48 Y a–t–il quelqu'un des chefs ou des pharisiens qui ait cru en lui?
49 Mais cette foule qui ne connaît pas la loi, ce sont des maudits!
50 Nicodème, qui était venu de nuit vers Jésus, et qui était l'un d'entre eux, leur dit:
51 Notre loi condamne–t–elle un homme avant qu'on l'entende et qu'on sache ce qu'il a fait?
52 Ils lui répondirent: Es–tu aussi Galiléen? Examine, et tu verras que de la Galilée il ne sort point de prophète.
53 Et chacun s'en retourna dans sa maison.


Il s'en suit qu'il n'y a aucune explication à cette prophétie qui n'apparait nulle part dans l'Ancien Testament. Remarquons d'ailleurs que toutes les fois où Matthieu fait une citation, il se réfère à un passage de l'Ancien Testament :

Matthieu 1.22-23 : Esaïe 7.14
Matthieu 2.5-6 : Michée 5:1
Matthieu 2:15 : Osée 11:1
Matthieu 2.17 : Jérémie 31.15
Matthieu 3.3 : Esaïe 40.3
Matthieu 4.16 : Esaïe 8:22; 9:1
Matthieu 8.17 : Esaïe 53:4
Matthieu 12.17 : Esaïe 42:1-4
Matthieu 13.35 : Psaume 78.2
Matthieu 21.5 : Esaïe 62:11; Zacharie 9:9
Matthieu 27.9 : Zacharie 11:12,13.
Matthieu 27.35 : Psaume 22:19

Par voie de conséquence, on devrait trouver un passage de l'Ancien Testament disant : il sera appelé  nazaréen.

Il est donc clair, d'après ce qu'on vient de voir que Matthieu a fait une citation qui ne se trouve pas dans l'Ancien Testament et donc qu'il a fait une citation d'un apocryphe, ou bien d'un livre perdu de l'Ancien Testament.


Jérôme dit que cette prophétie se trouve en son temps dans la version hébraïque de l'Ancien Testament :

MATHIEU, aussi nommé Lévi, était publicain avant de devenir apôtre. Il fut le premier en Judée qui mit par écrit l'Evangile de notre seigneur Jésus-Christ , et il le rédigea en hébreu à l'usage des Juifs convertis. On ne connaît pas au juste celui qui l'a traduit en grec. On en a conservé jusqu'à nos jours, dans la bibliothèque de Césarée, un exemplaire hébreu que Pamphile le martyr avait écrit avec le plus grand soin. Les chrétiens de Béroa en Syrie se servent aussi du texte hébreu , et je me le suis fait copier par eux. Toutes les fois que. l'évangéliste invoque , soit en son nom , soit au nom du Seigneur, le témoignage de l'Ancien-Testament, il recourt non point à la traduction des Septante, mais à l'original lui-même. Par exemple , ces deux prophéties : « J'ai appelé mon fils de l'Egypte; il sera appelé le Nazaréen, » sont tirées du texte hébreu. SERIE I. HISTOIRE. TABLEAU DES ECRIVAINS ECCLESIASTI QUES, ou LIVRE DES HOMMES ILLUSTRES. AVANT-PROPOS. A DEXTER, PREFET DU PRETOIRE.


Jean Chrysostome taxe les juifs d'avoir falsifiés l'Ancien Testament :

Quel est le prophète qui a dit cela? Ne soyez point en ceci trop curieux ni trop pointilleux. Car il y a beaucoup de prophéties qui se sont perdues, comme on en peut juger par le livre des Paralipomènes. La négligence et la paresse des Juifs a laissé perdre beaucoup de livres saints, comme leur impiété en a brûlé et détruit un grand nombre. Le prophète Jérémie se plaint de leur impiété; et leur négligence est attestée dans le quatrième livre des Rois, où il est marqué qu'après un long temps on eut peine à trouver le livre du Deutéronome, qui avait été caché en terre, et dont les caractères étaient presque effacés. Si lorsque leur pays était en paix, ils ont laissé périr ces livres si saints: combien l'auront-ils fait davantage au milieu de tant d'irruptions des peuples étrangers? Rien n'est plus certain, les prophètes avaient prédit que Jésus-Christ serait appelé Nazaréen, » et c'est pourquoi les apôtres lui donnent souvent ce nom.

Les Juifs étaient donc excusables, me direz-vous, de ne pouvoir comprendre la prophétie de Bethléem? Nullement. C'était au contraire cela même qui devait exciter leur curiosité, ils auraient dû chercher à concilier entre eux des oracles qui paraissaient se combattre. C'est le nom de Nazareth qui détermina Nathanaël à s'enquérir de Jésus, et il vint disant: «Peut-il venir quelque chose de bon de Nazareth? » (Jean, I, 46.) Car ce lieu était petit et méprisable; et non-seulement ce lieu, mais tout le pays de la Gaulée. C'est pourquoi les Pharisiens dirent à Nicodème : « Lisez bien l'Ecriture, et vous trouverez qu'il ne doit point sortir de prophète de la Galilée. » (Jean, VII,12.) Cependant Jésus-Christ ne rougit point d'être appelé de ce nom, pour nous faire voir qu'il n'a nul besoin de tout ce qui paraît grand selon les hommes. Il choisit ses apôtres eu Galilée, pays méprisé des Juifs, pour ôter toute excuse aux personnes lâches, et pour leur apprendre que rien de tout ce qui est extérieur ne leur peut nuire, s'ils s'appliquent sérieusement à la vertu. C'est pourquoi le Fils de Dieu n'a point voulu avoir de maison qui fût à lui : « Le Fils de l'homme, » dit-il, « n'a pas où reposer sa tête. » (Matth. VIII, 20.) C'est pour ce même sujet qu'il s'enfuit lorsqu'Hérode le veut tuer; qu'étant né il est mis dans une crèche; qu'il demeure dans une hôtellerie, et qu'il choisit une mère pauvre pour nous accoutumer à ne point rougir de toutes ces choses; pour nous apprendre, dès son entrée en ce monde, à fouler aux pieds tout l'orgueil du siècle, et à ne rechercher que les biens de l'âme qui sont les vertus?

Jean Chrysostome, COMMENTAIRE SUR L'ÉVANGILE SELON SAINT MATTHIEU. HOMÉLIE IX. //www.abbaye-saint-benoit.ch/saints/chrysostome/matthieu/009.htm


Il devient clair que d'après la citation de Matthieu et les commentaires de Jérôme et de Jean Chrysostome que la Bible a été falsifiée.







11/05/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 50 autres membres