Paul et la légende du rocher



Plusieurs parmi les chrétiens accusent le Coran d'avoir puiser des informations sur des apocryphes ou des légendes judéo-chrétienne. Cette affirmation gratuite a été retourné contre la Bible elle-même puisque nous avons vu que certains auteurs du Nouveau Testament se sont basés sur des écrits apocryphes ou autres :

Les sources de la Bible

Penchons-nous dans cet article à une légende fort intéressante :


Selon la Bible, un rocher a abreuver Moïse et les enfants d'israël :

Exode 17:6 
Voici, je me tiendrai devant toi sur le rocher d'Horeb; tu frapperas le rocher, et il en sortira de l'eau, et le peuple boira. Et Moïse fit ainsi, aux yeux des anciens d'Israël.

Nombres 20:11 
Puis Moïse leva la main et frappa deux fois le rocher avec sa verge. Il sortit de l'eau en abondance. L'assemblée but, et le bétail aussi.


Selon une légende rabbinique, il existait un rocher qui se déplaçait avec les enfants d'israël pour pouvoir les abreuver et ce pendant 40 ans. Paul fait allusion à cette légende en la spiritualisant :

1Corinthiens 10
1 Frères, je ne veux pas que vous ignoriez que nos pères ont tous été sous la nuée, qu'ils ont tous passé au travers de la mer,
2 qu'ils ont tous été baptisés en Moïse dans la nuée et dans la mer,
3 qu'ils ont tous mangé le même aliment spirituel,
4 et qu'ils ont tous bu le même breuvage spirituel, car ils buvaient à un rocher spirituel QUI LES SUIVAIT, et ce rocher était Christ.
5 Mais la plupart d'entre eux ne furent point agréables à Dieu, puisqu'ils périrent dans le désert.
 

Certains commentateurs ont voulu nier que Paul faisait allusion à une légende rabbinique (Godet par exemple) mais beaucoup d'autres n'ont pas eu honte de l'affirmer :

La Bible Annotée dit :

Selon les rabbins, le rocher d'où Moïse avait fait jaillir l'eau suivit les Israélites pendant les quarante ans de leur séjour au désert, leur fournissant de l'eau dès qu'ils en manquaient. Plusieurs commentateurs pensent que saint Paul fait allusion à cette légende #1Co 10:4, mais en la spiritualisant. En tout cas le rocher qui, d'après la légende, accompagnait les Israélites, est pour l'apôtre un rocher spirituel, le Christ, Dieu accompagnant son peuple en la personne de l'Ange de l'Eternel et faisant sortir des rochers matériels l'eau qui devait le désaltérer, tant à Réphidim qu'à Kadès. {#No 20}. Cette histoire est souvent rappelée dans l'Ecriture. {#Ps 78:15-16 105:41 114:8 Esa 48:21} On en retrouve la trace jusque dans l'historien romain Tacite (Histoires V, 3). D'après lui, les Israélites, en suivant un troupeau d'ânes sauvages, parvinrent à découvrir une source. Bible Annotée sur Exode 17.6.


En fait, plusieurs pères de l'Eglise ont affirmés que Paul s'était basé sur une légende rabbinique.

Le dictionnaire de Calmet :

Raphidim ne devait pas être éloignée d'Horeb, puisque Dieu. ordonne à Moïse d'aller au rocher d'Horeb pour en tirer de l'eau. C'est cette même eau qui servit aux Israélites non-seulement dans le campement Raphidim et dans celui du mont Sinaï, mais aussi dans les autres campements, et peut-être jusqu'à Cadès-Barné. Saint Paul {#1Co 10:4} dit que ce rocher les suivait dans leur voyage, et qu'il était la figure de Jésus-Christ; soit que l'eau les suivit, ou qu'ils suivissent le coulant de l'eau; soit qu'ils portassent toujours de cette eau dans leur marche, comme Elien dit que l'eau du Choaspe suivait toujours le roi de Perse; c'est-à-dire, qu'on en portait, toujours à sa suite, parce qu'il n'en buvait point d'autre; soit enfin qu'on traînât le rocher d'Horeb sur un chariot, à la manière d'un gros muid toujours plein, et toujours ouvert à quiconque en voulait boire.

Ce dernier sentiment est suivi par les rabbins et par quelques anciens Pères; par exemple, Tertullien, saint Ambroise. Saint Chrysostome, I'Ambrosiaster, Photius cité par OEcuménius, saint Thomas et Cantacuzène dans leurs commentaires sur le dixième chapitre de la première Epître aux Corinthiens, parlent à peu près de même. Les Juifs ajoutent que ces eaux ayant été données aux mérites de Marie, soeur de Moïse, elles manquèrent aussitôt qu'elle fut morte; et de là vient qu'au campement de Cadès -Barné, qui suivit la mort de Marie, on voit le peuple tomber dans le murmure, parce qu'il manquait d'eau. {#No 20:1-3} On peut voir la critique de ces divers sentiments dans les commentateurs sur l'Exode, XVII, et sur la première Epitre aux Corinthiens. {#1Co 10:4} Le lecteur judicieux prendra aisément son parti sur le seul exposé de ces opinions... Dictionnaire de la Bible de Dom Augustin Calmet, Raphidim.


Enfin, la Bible de Jérusalem :

a) Selon une tradition rabbinique, le rocher de Nb 20.8 suivait Israël au désert. Paul emploi le passé car ce rocher n'existe plus. Notes de la Bible de Jérusalem sur 1Corinthiens 10.5, page 1975.


La TOB :

e) Paul s'inspire d'une tradition rabbinique selon laquelle le rocher de Nb 20,8 suivait Israël. Notes de la Traduction Oecuménique de la Bible sur 1Corinthiens 10.4, page 2779.




Ainsi nous avons vu que Paul (qui était juif) s'est inspiré d'une tradition rabbinique qui affirme qu'un rocher a suivit les enfants d'israël pendant 40 ans.












14/07/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 50 autres membres