Crucifixion & Contradiction : Comment Judas a comploté pour livrer Jésus?



Selon Matthieu, c'est Judas qui demande une récompense aux juifs en échange de la livraison de Jésus :

Matthieu 26
14 Alors l’un des douze, appelé Judas Iscariot, alla vers les principaux sacrificateurs,
15 et dit: Que voulez-vous me donner, et je vous le livrerai? Et ils lui payèrent trente pièces d’argent.
16 Depuis ce moment, il cherchait une occasion favorable pour livrer Jésus.



Selon Marc et Luc, Judas ne propose rien, c'est plutôt les juifs qui le récompense :

Marc 14
10 Judas Iscariot, l’un des douze, alla vers les principaux sacrificateurs, afin de leur livrer Jésus.
11 Après l’avoir entendu, ils furent dans la joie, et promirent de lui donner de l’argent. Et Judas cherchait une occasion favorable pour le livrer.

Luc 22
4 Et Judas alla s’entendre avec les principaux sacrificateurs et les chefs des gardes, sur la manière de le leur livrer.
5 Ils furent dans la joie, et ils convinrent de lui donner de l’argent.



Ce qui confirme que ce que rapporte Matthieu est une autre histoire que ce qui est dit dans Marc et Luc, c'est cette autre contradiction :

Selon Matthieu, les juifs ont donné à Judas de l'argent :

Matthieu 26
14 Alors l’un des douze, appelé Judas Iscariot, alla vers les principaux sacrificateurs,
15 et dit: Que voulez-vous me donner, et je vous le livrerai? Et ils lui payèrent trente pièces d’argent.
16 Depuis ce moment, il cherchait une occasion favorable pour livrer Jésus.


Selon Marc et Luc, les juifs font simplement la promesse de lui donner de l'argent :

Marc 14
10 Judas Iscariot, l’un des douze, alla vers les principaux sacrificateurs, afin de leur livrer Jésus.
11 Après l’avoir entendu, ils furent dans la joie, et promirent de lui donner de l’argent. Et Judas cherchait une occasion favorable pour le livrer.

Luc 22
4 Et Judas alla s’entendre avec les principaux sacrificateurs et les chefs des gardes, sur la manière de le leur livrer.
5 Ils furent dans la joie, et ils convinrent de lui donner de l’argent.


Ainsi, il y a des divergences qui ne nous permettent pas de savoir ce qu'il s'est réellement passé.






Il existe deux autres contradictions qui précédent celles-ci, c'est au sujet de la femme et du parfum :


Selon Matthieu et Marc, ce sont les disciples ou quelques-uns, qui ont contestés le geste de la femme :

Matthieu 26
Les disciples, voyant cela, s’indignèrent, et dirent : A quoi bon cette perte ?
9  On aurait pu vendre ce parfum très cher, et en donner le prix aux pauvres.
10 Jésus, s’en étant aperçu, leur dit : Pourquoi faites–vous de la peine à cette femme ? Elle a fait une bonne action à mon égard ;
11 car vous avez toujours des pauvres avec vous, mais vous ne m’avez pas toujours.

Marc 14
4 Quelques–uns exprimèrent entre eux leur indignation : A quoi bon perdre ce parfum ?
5 On aurait pu le vendre plus de trois cents deniers, et les donner aux pauvres. Et ils s’irritaient contre cette femme.
6 Mais Jésus dit : Laissez–la. Pourquoi lui faites–vous de la peine ? Elle a fait une bonne action à mon égard ;


Par contre chez Jean, c'est Judas qui a parlé :

Jean 12
4 Un de ses disciples, Judas Iscariot, fils de Simon, celui qui devait le livrer, dit:
5 Pourquoi n’a–t–on pas vendu ce parfum trois cents deniers, pour les donner aux pauvres ?
6 Il disait cela, non qu’il se mît en peine des pauvres, mais parce qu’il était voleur, et que, tenant la bourse, il prenait ce qu’on y mettait.
7 Mais Jésus dit : Laisse–la garder ce parfum pour le jour de ma sépulture.
8 Vous avez toujours les pauvres avec vous, mais vous ne m’avez pas toujours.



Le deuxième problème est sur l'estimation du parfum :

Selon Marc, le parfum valait PLUS de trois cents derniers :

Marc 14
4 Quelques–uns exprimèrent entre eux leur indignation : A quoi bon perdre ce parfum ?
5 On aurait pu le vendre PLUS (epano) de trois cents deniers, et les donner aux pauvres. Et ils s’irritaient contre cette femme.
6 Mais Jésus dit : Laissez–la. Pourquoi lui faites–vous de la peine ? Elle a fait une bonne action à mon égard ;


Selon Jean, le parfum valait trois cents derniers :

Jean 12
4 Un de ses disciples, Judas Iscariot, fils de Simon, celui qui devait le livrer, dit:
5 Pourquoi n’a–t–on pas vendu ce parfum trois cents deniers, pour les donner aux pauvres ?
6 Il disait cela, non qu’il se mît en peine des pauvres, mais parce qu’il était voleur, et que, tenant la bourse, il prenait ce qu’on y mettait.
7 Mais Jésus dit : Laisse–la garder ce parfum pour le jour de ma sépulture.
8 Vous avez toujours les pauvres avec vous, mais vous ne m’avez pas toujours.



Ainsi, ces contradictions qui tournent autour de Judas nous donne l'impression que les évangélistes ont voulu lui coller une mauvaise image. En conclusion, on peut citer le dictionnaire de Westphal dit :

L’évangile selon saint Jean nous le présente comme un avare et un voleur {#Jn 12:6}. Certes, sa cupidité put trouver son compte dans l’ignoble marché qu’il fit avec les ennemis de Jésus; mais, à elle seule, elle ne peut expliquer l’idée même de la trahison, d’autant moins que les textes, ici, ne concordent pas entièrement.
  Matthieu nous le montre allant trouver les chefs des prêtres et leur disant: «Que voulez-vous me donner? Je vous le livrerai...» {#Mt 26:15}.
  Dans Marc et dans Luc, il ne demande rien, ce sont les ennemis qui lui promettent de l’argent {#Mr 14:10-11,lu 22:3,6}.
Dictionnaire Encyclopédique de la Bible Wespthal, définition de "Judas Iscariote".







06/07/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 51 autres membres