Crucifixion & Contradiction : La mort de Judas


islampaix & Karim



Dans cet épisode, nous allons nous pencher sur les derniers moments de Judas.

Selon Matthieu, Judas se serait pendu :

Matthieu 27
3 Alors Judas, qui l'avait livré, voyant qu'il était condamné, se repentit, et rapporta les trente pièces d'argent aux principaux sacrificateurs et aux anciens,
4 en disant: J'ai péché, en livrant le sang innocent. Ils répondirent: Que nous importe? Cela te regarde.
5 Judas jeta les pièces d'argent dans le temple, se retira, et alla se pendre.
6 Les principaux sacrificateurs les ramassèrent, et dirent: Il n'est pas permis de les mettre dans le trésor sacré, puisque c'est le prix du sang.
7 Et, après en avoir délibéré, ils achetèrent avec cet argent le champ du potier, pour la sépulture des étrangers.
8 C'est pourquoi ce champ a été appelé champ du sang, jusqu'à ce jour.


Selon Pierre (ou l'auteur des Actes des apôtres) Judas se serait brisé le corps :

Actes 1
18 Cet homme, ayant acquis un champ avec le salaire du crime, est tombé, s'est rompu par le milieu du corps, et toutes ses entrailles se sont répandues.
19 La chose a été si connue de tous les habitants de Jérusalem que ce champ a été appelé dans leur langue Hakeldama, c'est-à-dire, champ du sang.


Facealislam envisage la réponse suivante :

Les deux rapports sont corrects. Une contradiction se produit quand un rapport exclut la possibilité des autres rapports. Et en lisant la Bible comme nous l'a montré Jésus, à savoir l'Ecriture par l'Ecriture. On comprend que Judas s'est pendu, et que son corps est tombé, d'où ses entrailles se sont répandues. En d'autres termes, la corde ou la branche de l'arbre a probablement cassée en raison du poids, et son corps est tombé vers le bas et ses entrailles se sont déversées.

En outre, notez que Matthieu 27 nous indique comment Judas est mort, à savoir par la pendaison. Tandis qu'Actes 1:16-19 nous indique simplement que le corps est tombé la tête la première et que ses entrailles ont jailli. Actes ne nous indique pas que c'est par ce moyen que Judas est mort.


De prime abord, l'explication de Facealislam est tout à fait plausible. le bémol est que notre ami a "ajouté" des éléments qui ne se trouvent pas dans le texte.

Facealislam utilise Matthieu pour dire que Judas s'est pendu, mais il ne peut pas prouver que c'est exactement ce qui s'est produit, puisque le mot traduit par "pendu" est apagchomai et qui est utilisé une seule fois dans le Nouveau Testament, comportant deux sens possible :

   1.  étouffer, étrangler, dans le but de tuer.
   2. se pendre, se suicider par pendaison.

http://concordance.keo.in/strong_grec/strong-grec-519.html



Etant donné que ce mot est utilisé une seule fois dans la Bible, rien ne nous oblige de le traduire par "se pendre". Judas a pu s'étouffer ou s'étrangler avec d'autres moyens que la pendaison. Se pendre implique le fait de se faire étrangler. Mais la réciproque n'est pas vrai, puisque se faire étrangler n'implique pas nécessairement le fait de se faire pendre. Des traductions ne disent pas que Judas s'est pendu :

Bible Genève : Alors apres avoir jetté les pieces d'argent dans le temple, il se retira, et s'en alla, et s'étrangla.

Bible Martin : Et après avoir jeté les pièces d'argent dans le Temple, il se retira, et s'en étant allé il s'étrangla.

Tresmontant : et alors il a lancé les pièces d'argent dans le temple et il s'est enfui et il s'en est allé dans sa maison et il s'est étranglé lui-même.

Bible Ostervald : Alors, après avoir jeté les pièces d'argent dans le temple, il se retira,  et s'en étant allé, il s'étrangla.

C'est aussi ce que lisent les versions Arabe et Éthiopienne de la Bible (voir le commentaire de John Gill sur Matthieu 27.5).


Ensuite, Facealislam utilise Actes pour dire que Judas est tombé. Le mot utilisé qui est traduit par "tombé" ou par "précipité" est prenes. C'est ainsi que le traduisent la majorité des Bible, sauf celle-ci :

Bible Crampon : Lui donc a acquis un champ avec le salaire du crime et, devenu enflé, il a crevé par le milieu, et toutes ses entrailles se sont répandues.


Pourquoi cette Bible n'a pas utilisé le mot "tombé" ou "précipité"? Étant donné que le mot prenes n'est utilisé qu'une seule fois dans la Bible, l'on ne peut pas dire que ce mot signifie sans nul doute "tombé" ou "précipité".


Maintenant si l'on se réfère au contexte, ceci ne fera que confirmer qu'il existe bel et bien une contradiction au sujet des derniers instants de Judas. Selon Matthieu, Judas a regretté d'avoir livré Jésus. Sa repentance lui a suggéré d'aller mettre fin à sa vie, ce qui prouve qu'il voulait se repentir :

Matthieu 27
3 Alors Judas, qui l'avait livré, voyant qu'il était condamné, se repentit, et rapporta les trente pièces d'argent aux principaux sacrificateurs et aux anciens,
4 en disant: J'ai péché, en livrant le sang innocent. Ils répondirent: Que nous importe? Cela te regarde.
5 Judas jeta les pièces d'argent dans le temple, se retira, et alla se pendre.


Cependant, Actes des Apôtres ne rapportent pas que Judas a regretté son méfait, et qu'il s'est donné la mort lui-même, mais qu'il a plutôt été punit horriblement comme s'il l'avait été de part la malédiction divine :

Actes 1.18
Cet homme, ayant acquis un champ avec le salaire du crime, est tombé, s'est rompu par le milieu du corps, et toutes ses entrailles se sont répandues.


Nous pensons qu'il est évident que pour Matthieu et Actes des Apôtres, il ne s'agit pas du même Judas. Chez l'un Judas a regretté son péché et est allé mettre fin à ses jours lui-même, chez l'autre Judas a été tué horriblement.


Également, il est étrange que Pierre blâme d'une façon sévère Judas sur le fait de l'avoir trahit, alors que lui-même a renié Jésus trois fois (Matthieu 26.34).


Il existe encore une autre contradiction. Selon Matthieu, ce sont les principaux sacrificateurs qui ont acheté le champs :

Matthieu 27
3 Alors Judas, qui l'avait livré, voyant qu'il était condamné, se repentit, et rapporta les trente pièces d'argent aux principaux sacrificateurs et aux anciens,
4 en disant: J'ai péché, en livrant le sang innocent. Ils répondirent: Que nous importe? Cela te regarde.
5 Judas jeta les pièces d'argent dans le temple, se retira, et alla se pendre.
6 Les principaux sacrificateurs les ramassèrent, et dirent: Il n'est pas permis de les mettre dans le trésor sacré, puisque c'est le prix du sang.
7 Et, après en avoir délibéré, ils achetèrent avec cet argent le champ du potier, pour la sépulture des étrangers.
8 C'est pourquoi ce champ a été appelé champ du sang, jusqu'à ce jour.


Selon Pierre (ou l'auteur des Actes des apôtres) c'est Judas qui l'a acheté :

Actes 1
18 Cet homme, ayant acquis un champ avec le salaire du crime, est tombé, s'est rompu par le milieu du corps, et toutes ses entrailles se sont répandues.
19 La chose a été si connue de tous les habitants de Jérusalem que ce champ a été appelé dans leur langue Hakeldama, c'est-à-dire, champ du sang.



Voyons ce que disent les savants chrétiens sur ces contradictions :


La Bible Annotée dit :

L'apôtre rattache à cette triste acquisition la fin tragique du traître. Son récit diffère notablement de celui de Matthieu. {#Mt 27:3-10} D'après ce dernier, Judas mit fin à ses jours en s'étranglant, et le sanhédrin, après avoir délibéré sur l'emploi qu'il devait faire des trente pièces d'argent jetées par Judas dans le temple, décida l'acquisition du champ d'un potier pour la sépulture des étrangers.

On a supposé, pour accorder les deux traditions divergentes, que Judas s'était pendu et que, la corde ayant cassé, son corps tomba et se rompit, et que, d'autre part, Pierre attribue à Judas lui-même l'acquisition du champ faite par le sanhédrin,
parce que le prix de ce champ appartenait au fond à Judas. Pour ingénieuses que soient ces tentatives de conciliation, elles donnent de notre texte une interprétation qui s'écarte de son sens premier et naturel. Bible Annotée sur Actes 1.18


Les notes de la Bible de Jérusalem :

a) Cette présentation de la mort de Judas diffère de celle de Mt 27 3-10. Notes de la Bible de Jérusalem, commentaire sur Actes 1.18, page 1873.


Les notes de la TOB :

x) Ce récit de la mort de Judas ne concorde pas précisément avec celui d'Ac 1,18-19. Les essais tentés pour harmoniser les deux textes demeurent fragiles. Notes de la Traduction Oecuménique de la Bible, commentaire sur Matthieu 27.5, page 2397.


Le dictionnaire de Westphal dit :

Le livre des Actes des Apôtres nous raconte autrement la fin de Judas (voir Aceldama). C'est le traître lui-même qui achète le champ avec le salaire de son crime et qui se tue—accidentellement ou volontairement, le texte ne le dit pas: «Il est tombé en avant, son corps s'est ouvert par le milieu et toutes ses entrailles se sont répandues» {#Ac 1:15-20}. Laquelle des deux traditions nous rapporte exactement les faits? Nous ne le savons; mais nous aimons à croire que c'est celle de Matthieu, car, si elle relate le crime abominable de Judas, elle montre également son repentir, laissant ainsi la porte ouverte à la miséricorde de Dieu. Alb. D. Dictionnaire Encyclopédique de la Bible Westphal, définition de "JUDAS ISCARIOTE"

Nom araméen, cité dans #Ac 1:19 et traduit Champ du Sang dans ce passage et dans #Mt 27:8. Le point commun à ces deux récits, indépendants et, semble-t-il, inconciliables, est le fait que le champ connu sous ce nom avait été acquis avec le prix de la trahison de Judas (voir ce mot). Mais d'après Matthieu {#Mt 27:3-8}, ce sont les prêtres qui, avec l'argent rapporté par Judas, achètent un certain «Champ du Potier», pour en faire la sépulture des étrangers, et son nouveau nom fait allusion au sang du Christ, répandu par la trahison; d'après les Ac {#Ac 1:18 et suivant}, c'est Judas lui-même qui l'achète, qui y meurt, et l'allusion du nom paraît se rapporter à son propre sang, plutôt qu'à celui de sa victime. Dictionnaire Encyclopédique de la Bible Westphal, définition de "ACELDAMA ou HACELDAMA"


R. E. Brown dit :

Matthieu et les actes ne s'influencent pas mutuellement sur ce détail, car ils diffèrent à propos de la manière dont l'achat fut fait, avant ou après la mort de Judas, par lui ou par les grands prêtres, et sur la désignation : "champ" (agros) du sang ou "terre" (chorion) de sang. Raymond Edward Brown, la mort du messie, page 739.

Si donc on voit deux comptes rendus différents, ils doivent être à même de s'harmoniser. Or, ces deux récits ne peuvent pas l'être; en conséquence ils ne peuvent tous deux êtres historiques, et en fait aucun d'eux ne l'est. Raymond Edward Brown, la mort du messie, page 1547.

Au 2ème siècle, on trouvait trois ou quatre formes de mort attribués à Judas: Le suicide par pendaison (en mathieu); l'abdomen crevé par le milieu (Luc :actes); l'enflure puis l'écrasement pas un chariot, de sorte que ses entrailles se répandent (Papias, version courte); et une maladie répugnante affectant tous ses organes (Papias version longue). L'une des quatre est elle historique? Raymond Edward Brown, la mort du messie, page 1551.


Facealislam ne peut pas prétendre avoir plus étudié que ces savants. Et de toute façon, son explication est insuffisante.


D'autres commentateurs ont été plus "intelligents" et ont opté pour le moindre mal, c'est-à-dire, faire porter le fardeau à l'auteur des Actes des apôtres, et non pas à Pierre. En effet, ils ont dit que Actes 1.18-19 était une parenthèse de Luc :


Jean Calvin dit :

Je trouve, vraisemblable que saint Luc a entrelacé ceste narration de la fin de Judas : et pour cette cause j'ai enfermé tout ceci par parenthèse, afin de le séparer d'avec le propos de saint Pierre. Car quel besoin était-il de réciter aux disciples une chose qui leur était toute notoire? Commentaire de Jean Calvin sur le Nouveau Testament, tome 2, commentaire sur Actes 1.18, page 445.


Adam Clarke dit :

Il est très probable que les verset 18 et 19 ne sont pas les paroles de Pierre mais de l'historien Saint Luc, et doivent être lu entre parenthèse, et les versets 17 et 20 formeront une connexion plus significative. Adam Clarke's Commentary on the Bible, Actes 1.18.


John Gill dit :

Ce verset, ainsi que le suivant, semblent être les paroles de l'historien Luc qui doivent être lues entre parenthèse. John Gill's Exposition of the Entire Bible, Actes 1.18.


Les notes de la TOB :

s) Les vv. 18 et 19 constituent une parenthèse dans le fil du discours de Pierre : cf. Mt 27,3-10 où ce sont les grands prêtres qui achètent le terrain. Notes de la Traduction Oecuménique de la Bible, commentaire sur Actes 1.18, page 2638.


On peut voir les verset 18 et 19 entre parenthèse dans la Bible Darby par exemple :

Actes 1 (Darby)
18 (celui-ci donc s'était acquis un champ avec le salaire de l'iniquité, et, étant tombé la tête en avant, s'est crevé par le milieu, et toutes ses entrailles ont été répandues.
19 Et ceci a été connu de tous les habitants de Jérusalem, de sorte que ce champ-là est appelé dans leur propre dialecte Aceldama, c'est-à-dire champ de sang;)



Nous avons vu encore une fois que les Évangélistes n'ont pas su rapporter des faits qui convergent en un même sens. Ceci constitue donc une preuve supplémentaire contre la véracité des récits relatifs à la crucifixion de Jésus.




Appendice


On peut aussi faire la remarque suivante : Dans 2Samuel 15-17 il est dit qu'Ahithopel a trahit David et s'est pendu. Et dans Genèse 37.26-28 il est dit que Juda a proposé de vendre Joseph pour quelques pièces.


R. E. Brown dit :

Genèse 37,26-28 fixent également cette somme dans un contexte de dol. Dans ce texte Juda (ou Judas) suggérait de vendre Joseph comme esclave a des ismaélites pour 20 shekels d'agent. Dans le Testament de Gad 2,3, le patriarche dit: "Moi et Juda l'avons vendu aux ismaélites pour 30 pièces d'or; et cachant les dix, nous avons partagé 20 en parts égales avec nos frères." Origène (in Exod. Hom. 1,4 rapporte que Joseph fut vendu pour 30 pièces d'argent par l'un de ses frères. Ambroise (De Joseph Patriarcha 3,14 commente ce point: "Parfois on trouve comme prix d'achat de Joseph 20 pièces d'or, parfois 25, parfois 30". Si la variante des trente pièces d'argent pour prix de Josèphe existait déjà au temps du NT, cela peut avoir aidé Matthieu à passer la vague allusion marcienne à la précision de 30 pièces d'argent en 26,15 et au passage de Zacharie 11,12-13: celui-ci peut alors avoir contribué de façon créative à l'histoire de ce salaire du sang innocent. Raymond Edward Brown, la mort du messie, page 738.


M.E Boismard dit :

En réservant le même sort à Judas qu'a ahithopel, Matthieu à peut être voulu rapprocher les deux traîtres (P.Benoit)". Ahithopel avait proposé à Absalom la mort de son père David (2 Samuel 17,1) comme Judas proposa aux grands prêtres l'arrestation de Jésus. Toutefois, Ahithopel se pend parce qu'Absalom n'a pas suivi son conseil. Judas le fait par "remords", pour "avoir livré le sang innocent. M.E Boismard, Synopse des Evangiles, volume 2, page 410.




30/03/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 50 autres membres