Jésus a t-il aboli la peine de mort?



Avant de commencer, nous vous invitons à prendre en compte que dans l'Ancien Testament, le Dieu de la Bible avait ordonné la peine de mort en de nombreuses reprises. Pour plus d'informations, lisez cet article :


Châtiment de la peine de mort dans la Bible



Tout d'abord, si Jésus avait aboli la peine de mort, alors il aurai t donné un nouveau commandement l'interdisant comme il l'a fait ici :


Jean:13.34
Je vous donne un commandement nouveau: Aimez-vous les uns les autres; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres.


Y a t-il un seul verset affirmant que Jésus a donné un nouveau commandement sur la peine de mort? NON


Certains chrétiens affirmeront qu'aimer son prochain consiste en ne pas appliquer la peine de mort. Or ceci n'est pas vrai, car ce commandement d'aimer son prochain n'est nouveau que pour les disciples. En effet, Jésus a dit :


Matthieu: 22
39 Et voici le second, qui lui est semblable: Tu aimeras ton prochain comme toi-même.
40 De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes.


Jésus dit encore :


Matthieu: 7.12
Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux, car c'est la loi et les prophètes.


Luc 10
26 Jésus lui dit : Qu'est-il écrit dans la loi ? Qu'y lis-tu ?
27 Il répondit : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée ; et ton prochain comme toi-même.
28 Tu as bien répondu, lui dit Jésus ; fais cela, et tu vivras.


Ainsi, aimer son prochain était déjà enseigné par les Prophètes. Nous lisons dans l'Ancien Testament :


Lévitique 19
18 Tu ne te vengeras point, et tu ne garderas point de rancune contre les enfants de ton peuple. Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Je suis l'Éternel.
33 Si un étranger vient séjourner avec vous dans votre pays, vous ne l'opprimerez point.
34 Vous traiterez l'étranger en séjour parmi vous comme un indigène du milieu de vous; vous l'aimerez comme vous-mêmes, car vous avez été étrangers dans le pays d'Égypte. Je suis l'Éternel, votre Dieu.



D'autres versets de l'Ancien Testament vont dans le même sens (Lévitique 25-14; Lévitique 19-13; Exode 20-16).



Or, la peine capitale faisait partie intégrante de la législation des Prophètes d'antan.


Mais nous aurions pu citer seulement le fait que Jésus n'aurait pas du interdire l'adultère, le meurtre et le vol car ils font parties du respect de l'amour du prochain.


Or, Jésus a bien dit d'aimer son prochain, et de ne pas voler et commettre l'adultère :


Matthieu: 19.17: Il lui répondit: Pourquoi m'interroges-tu sur ce qui est bon? Un seul est le bon. Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements. Lesquels? lui dit-il.
19.18: Et Jésus répondit: Tu ne tueras point; tu ne commettras point d'adultère; tu ne déroberas point; tu ne diras point de faux témoignage; honore ton père et ta mère;
19.19: et: tu aimeras ton prochain comme toi-même


Donc, si « aimer son prochain » interdisait l'application de la peine de mort, alors Jésus aurait simplement dit cela, sans rajouter encore l'interdiction de tuer.


Et il ne sert à rien de dire avec ignorance que Jésus a interdit la peine de mort, parce qu'il a dit : « tu ne tuera point », car dans l'Ancien Testament, la peine de mort était bien en application quand Dieu disait aussi : « Tu ne tuera point » ( Deutéronome 5:17; Exode 20:13). Il s'agit non pas d'une punition mais d'un meurtre sans droit, dont il est fait sujet ici.


Maintenant citons le verset suivant :

Matthieu:  5.17: Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir


Le site Catholique jésusmarie confirme ce que nous disons :


Le sixième des dix commandements condamne l'adultère et les fautes sexuelles et Jésus n'est pas venu abolir les 10 commandements mais les accomplir.


Ainsi, Jésus est donc venu afin que les lois des Prophètes soient bien gardées. Il était donc confirmateur. Jésus n'a donc pas aboli la peine de mort. Il est venu accomplir la loi des prophètes.


En son temps, Jésus a simplement modifié quelques règles qui n'étaient même pas dans les 10 commandements, à savoir :


Matthieu: 5.27! Vous avez appris qu'il a été dit: Tu ne commettras point d'adultère.
5.28: Mais moi, je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur.


Matthieu: 5.31 : Il a été dit: Que celui qui répudie sa femme lui donne une lettre de divorce.
5.32: Mais moi, je vous dis que celui qui répudie sa femme, sauf pour cause d'infidélité, l'expose à devenir adultère, et que celui qui épouse une femme répudiée commet un adultère.


Matthieu: 5.33: Vous avez encore appris qu'il a été dit aux anciens: Tu ne te parjureras point, mais tu t'acquitteras envers le Seigneur de ce que tu as déclaré par serment.
5.34: Mais moi, je vous dis de ne jurer aucunement, ni par le ciel, parce que c'est le trône de Dieu;

Matthieu: 5.38: Vous avez appris qu'il a été dit: œil pour œil, et dent pour dent.
5.39: Mais moi, je vous dis de ne pas résister au méchant. Si quelqu'un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l'autre.


Matthieu: 5.43: Vous avez appris qu'il a été dit: Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi.

5.44: Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent


En somme, voici les modifications qu'a apporté Jésus :
- Il a agrandi le champs de l'adultère de sorte que maintenant l'adultère est commis rien qu'en se  regardant
- Il a aboli la répudiation
- Il a interdit de jurer
- Il a aboli l'esprit de revanche.
- Il a ordonné d'aimer nos ennemis


Mais, a t-il abolit la peine de mort pour l'apostat? Y a t-il un seul verset affirmant qu'il l'a aboli? NON. Il devrait y avoir un verset où Jésus aurai dû dire : "Vous avez appris : Celui qui quitte sa religion tuez-le, mais moi je vous dit que ne pas les tuer". Or existe t-il un seul verset affirmant cela? NON. D'ailleurs, Jésus a même ordonné d'accomplir l'application d'un ancien commandement :


Matthieu: 19.17: Il lui répondit: Pourquoi m'interroges-tu sur ce qui est bon? Un seul est le bon. Si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements. Lesquels? lui dit-il.
19.18: Et Jésus répondit: Tu ne tueras point; tu ne commettras point d'adultère; tu ne déroberas point; tu ne diras point de faux témoignage; honore ton père et ta mère;
19.19: et: tu aimeras ton prochain comme toi-même

Matthieu:22.36: Maître, quel est le plus grand commandement de la loi?
22.37: Jésus lui répondit: Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, et de toute ta pensée.
22.38: C'est le premier et le plus grand commandement.
22.39: Et voici le second, qui lui est semblable: Tu aimeras ton prochain comme toi-même.
22.40: De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes.

Marc : 10.19: Tu connais les commandements: Tu ne commettras point d'adultère; tu ne tueras point; tu ne déroberas point; tu ne diras point de faux témoignage; tu ne feras tort à personne; honore ton père et ta mère.

Marc: 12.29: Jésus répondit: Voici le premier: Écoute, Israël, le Seigneur, notre Dieu, est l'unique Seigneur;
12.30: et: Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force.
12.31: Voici le second: Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n'y a pas d'autre commandement plus grand que ceux-là.

Luc: 18.20: Tu connais les commandements: Tu ne commettras point d'adultère; tu ne tueras point; tu ne déroberas point; tu ne diras point de faux témoignage; honore ton père et ta mère.


Ainsi, Jésus invite à accomplir les commandements comme dans l'Ancien Testament, or dans l'Ancien Testament, ces lois fonctionnaient de sorte que si quelqu'un les transgresse, il sera condamné à mort (voir versets du début). Il y a donc, le fait d'appliquer les commandements, et le faite de punir ceux qui ne pratiquent pas les commandements. Si Jésus avait seulement ordonné d'appliquer les commandements et non pas de punir ceux qui ne les pratiquent pas, alors il l'aurait précisé. La preuve en est dans le verset suivant :


Matthieu: 15.3 : Il leur répondit: Et vous, pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu au profit de votre tradition?
15:4 : Car Dieu a dit : Honore ton père et ta mère ; et : Celui qui maudira son père ou sa mère sera puni de mort.


Nous avons donc la preuve que Jésus n'a pas aboli la peine de mort, car il sinon il n'aurait pas dit cela. Au contraire, il applique parfaitement un commandement de l'Ancien Testament (car il n'est pas venu abolir la loi mais accomplir) et affirme clairement que celui qui maudira ses parents sera puni de mort.


Pour finir, nous citons ces versets affirmant que Jésus a tout enseigné et qu'il n'a rien oublié :

Jean:14.26: Mais le consolateur, l'Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera TOUTES CHOSES, et vous rappellera TOUT ce que je vous ai dit.


Donc, si Jésus n'a pas interdit la peine de mort, c'est qu'elle doit toujours être en application.


Aussi, nous ajoutons l'avis de deux grands savants chrétiens Protestants, Calvin et Luther sur la peine de mort :


Depuis cette époque, il devint très influent dans cette ville : aussi ses adversaires le surnommèrent le pape de Genève. Il fit adopter par le conseil ses articles de foi, ainsi que ses ordonnances sur la discipline ecclésiastique ; il réforma les mœurs aussi bien que les croyances, et, poussant l'ardeur jusqu'à l'intolérance fit brûler l'Italien Gentili et le malheureux Michel Servet pour avoir attaqué le mystère de la trinité (27 octobre 1553)....

La chasse aux sorcières, qui avait débuté en même temps que l'inquisition vers le XIIIe siècle mais n'était que peu pratiquée au départ, se développa et s'étendit tant dans les pays catholiques que dans les pays protestants de l'Europe centrale à partir des années 1450. Les réformateurs Martin Luther et Jean Calvin recommandaient la chasse aux sorcières et leur exécution. Jean Calvin se reposait sur l'ancien testament Exode 22, 18, « tu n'accepteras pas de laisser vivre une sorcière » pour dire que Dieu lui-même voulait la peine de mort pour les sorcières. Calvin s'appuya sur l'Ancien testament pour organiser la réforme à Genève étant donnée la tendance qu'avait sa théologie à mettre l'emphase sur la continuité entre l'Ancien et le Nouveau testament, ainsi que parce que les évangiles et les épitres de Paul et des autres apôtres semblaient davantage conçus pour inviter à la charité chrétienne et à la non-résistance que pour fournir au législateur les règles nécessaires à l'établissement d'une théocratie. Les chasses aux sorcières sont aussi considérés comme se rapprochant du phénomène des psychoses collectives qui se manifestaient en temps de crise durant le Moyen Âge et qui prirent cette forme particulière durant la Renaissance (d'autres y voient aussi un moyen utilisé par les pouvoirs civils pour assoir leur emprise en se chargeant elles-mêmes des jugements et des condamnations, ou encore un fruit de l'esprit de la renaissance dont la valorisation de la raison entrainait une profonde méfiance envers tout ce qui pouvait relever de l'irrationnel comme la magie, les sorcières ou les guérisseuses). Calvin comme beaucoup d'autres Genevois croyait que durant trois années des hommes et des femmes de Genève avaient propagé la peste par magie. La constitution de l'État théocratique de Genève reconnaissait la peine de mort pour les blasphémateurs, les hérétiques et les sorciers.

Calvin lui-même disait que toutes les sorcières de Peney devaient être éradiquées. Des sermons furent dits dans ce sens. En 1545, en quelques mois à peine, 34 individus, après qu'ils eurent été martyrisés, furent brûlés comme sorciers devant les maisons qu'ils étaient supposés avoir pestiférées.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Calvin


Remarque : Certains tentent de prouver que Jésus a abolit la loi en citant le passage où il a pardonné à la femme qui a commis l'adultère. Pour plus d'information sur ce sujet, voir l'article suivant : Pourquoi Jésus n'a pas ordonné la lapidation de la femme adultère?



Conclusion : Jésus n'a jamais abolit la peine de mort qui par conséquent, fait intégralement partie du Christianisme.



Retour


22/10/2007
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 58 autres membres