Le témoignage de Abou Issa


Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux


Toute la louange appartient à Allah, Seigneur de l'univers, que la paix et la bénédiction soit sur notre prophète Mohammed, ainsi que sur sa noble famille et ses pieux compagnons.

Voici le récit de votre frère en Islam, sa recherche de la vérité, son parcours, ainsi que ses difficultés, qu'Allah le Très-Haut vous fassent bénéficier de ce présent récit, afin que les douées d'intelligence se rappellent et que ceux qui ont un cœur ouvert se réjouissent de la vérité qu'ils viendront de voir. Votre frère en Islam serviteur du Miséricordieux Souleymane Abou 'Issa al balgiki.



1. Mon passée

Lorsque j'étais plus jeune ma croyance en Dieu était présente, mon père était catholique, je fréquentais l'église, je lisais la Bible (la version catholique romaine qui est composée de 73 livres), mais certaines questions me perturbaient. Pourquoi suivre aveuglement un Pape se présentant comme un vicaire de Dieu sur terre ? Pourquoi l'Église catholique construisit-elle d'innombrables statues alors que ceci est clairement défendu dans de nombreux passages de l'Ancien Testament ? Pourquoi invoquer les saints et ne pas invoquer Dieu lui-même directement, alors que les saints sont morts et que les morts n'ont pas la capacité d'entendre les invocations dans le monde entier ; ce qui leur donnerait une particularité de la divinité, qui est d'entendre les invocations à travers le monde.

Toutes ces questions me passaient de temps à autre dans la tête, mais pas au point de me détourner. Un jour, alors que je marchais pour me rendre dans un parc afin de méditer la création, je suis, par inadvertance, passé par un autre chemin. Et là, tout en me rendant dans le parc, j'aperçus un temple évangéliste (protestant). Les gens rentraient dans le temple.  J'ai hésité. Une personne m'a  aperçu et m'a dit : « Rentrez vous êtes le bienvenu, venez écouter les paroles du christ notre sauveur. »  Donc je suis rentré, juste pour voir de quoi s'agissait-il, mais a mon grand étonnement, il n'y avait pas de statues ni de Pape. Après la messe, je me suis rendu auprès du pasteur et je lui ai posée quelques questions. Le pasteur m'ayant répondu correctement, je me suis dit en moi-même : « et si ces gens était réellement les adeptes du christ. » Depuis ce jour, je n'ai plus fréquenté l'Église catholique.



2. Les évangélistes

Je fréquentais énormément le temple, lors des messes du dimanche ; lors des assises bibliques le mardi et autre, mais j'en voulais encore plus, toujours plus. Un jour, alors que je venais de lire certains versets relatifs a la vie du Christ, le pasteur est venu près de moi pour me dire :  « J'observe depuis quelques mois tes résolutions et je suis convaincu que tu peux devenir un élément important pour notre communauté. »

J'étais frustré. Pour la première fois le pasteur m'accordait autant d'importance. En réalité, depuis dès mois il m'observait. Je lui répondis : « Oui, mais je veux plus d'étude afin de connaitre notre seigneur Jésus christ.

Si telle est ta volonté, me rassura-t-il, nous allons trouver un arrangement. »
Les semaines s'écoulèrent et le pasteur revint me voir et me dit en souriant : « Nous allons toi et moi étudier la vie de notre seigneur. » Le programme au début consistait à étudier la Bible 5 heures par semaine réparties sur 3 jours en dehors de la messe et des cours bibliques du mardi. J'étais très assidu. Pendant que mes amis dormaient, moi je me levais vers 8h du matin les week-ends afin d'étudier la Bible (la version protestante qui est composée de 66 livres) et me vouer a la prière.

J'étais devenu en quelque mois le chouchou du pasteur. Les gens me respectaient énormément. Ils étaient stupéfaits par mon assiduité, et ce, malgré mon jeune âge chrétien. Ils voyaient en moi un futur prêcheur, un futur conseiller pour la communauté chrétienne, mais Allah en a décidé autrement. Gloire a lui, le Transcendant, le Puissant, le Sage.



3. Mes voyages

Au cours de mon séjour (4 ans) au sein de l'Église évangéliste, nous avons beaucoup voyagé, lors des assises à Bruxelles, lors des colloques à Paris, mais nous avons aussi voyagé à Rome, capitale de l'Italie, mais aussi centre de l'Église catholique "Le Vatican".
Ces voyages m'ont appris à connaitre les chrétiens à travers leurs différentes cultures.



4. Ma vision de l'Islam

Ma vision de l'Islam était très floue et superficielle. J'entendais souvent de par mon pasteur que les musulmans adoraient la Pierre Noire à La Mecque alors que nous, chrétiens, nous adorions le seul vrai Dieu incarner en Jésus-Christ. Le pasteur nous disait : « Les gens de la vérité produisent de bons fruits et les gens du faux produisent des fruits épineux et amer alors regarder ces barbares, sans morales, avec une croyance hérétique, croyez-vous que ces gens produisent de bons fruits ? De qui s'inspirent-ils ? N'est- ce pas de Mohammed ? » Et nous de répéter comme les moutons qui rentrent dans une bergerie : « Oui, c'est vrai alléluia ! »

J'apprenais ici et là certains versets du Coran qui se trouvaient dans un tract que le pasteur nous donnait afin de l'utiliser contre un musulman, si l'occasion se présentait. Ce tract essayait de prouver que Jésus était Dieu à travers le Coran, car étant sa parole ; que le pronom Nahnou (nous) visait le père, le fils et la Saint-Esprit ; et que la Bible (quelle bible ? Quel codex ?) était intouchable. Le Coran lui-même le confirme. Bien que ces gens ne croyaient pas du tout au Livre sacré des musulmans, ils s'en servaient pour détourner ses adeptes.
J'avais à cette époque une grande haine vis-à-vis des musulmans, non pas pour leurs vies, car leurs âmes pouvaient être sauvé d'après mon ancienne conception, mais pour leurs religions remplies de haine, de barbarie (ce qui n'est en réalité qu'une ignorance de notre part de cette grande religion). Le pasteur me disait toujours en parlant des missionnaires envoyer en terre d'Islam : « Ils sont courageux. Ils savent que les musulmans sont parfois très durs à convertir, mais ils ne désespèrent aucunement. » Je me suis dit depuis ce jour : « Je vais essayer de discuter avec un musulman, car la vérité est unique tandis que le faux est multiple. »



5. Ma rencontre avec un musulman

Un jour, alors que je distribuais des tracts sur les Évangiles, j'aperçu au loin un musulman, avec une barbe et l'allure sereine. J'avais eu autrefois beaucoup de discussions avec des témoins de Jéhovah, des catholiques et autres, mais jamais avec un musulman pratiquant. Je me suis dit pourquoi pas qu'ai-je a craindre ? Je me suis donc approché de lui et je l'ai salué « Que la paix soit avec vous !
-     Bonjour, répondit-il.
-    Sais-tu que le salut se trouve dans la Bible ? Lui lançai-je.
-    Le salut se trouve dans le Coran
-    Comment peux-tu dire cela alors que votre Dieu dis : « Nul ne peut modifier ces paroles » La Thora n'est-elle pas la parole de Dieu ? Et l'évangile ?
-    Certes, mais ce verset ne vise aucunement les révélations divines.
-    comment ?
-    Ce verset vise la promesse d'Allah envers ces alliés, car le verset que tu as cité est celui de la sourate younous (Jonas). »

C'était bien celui que je lui avais montré. J'étais étonné, foudroyer. Puis, Il me lança : « À moi de te poser quelque question, ou Jésus dit-il qu'il est Dieu ? »
-    Il ne pouvait pas le dire, assurais-je, car les juifs l'aurait mis a mort et l'aurait persécuté pour blasphème.
-    N'a t-il pas malgré cela été persécuter, et d'après vous mort sur la croix ? Donc qu'est-ce que cela aurait-il changé ? Les juifs le traitaient tout de même de blasphémateur n'est-ce pas vrai ?
-    Oui.
-    De plus, pourquoi ne l'a t'-il pas dit explicitement.
-    Il l'a fait comprendre.
-    Les apôtres proches de jésus n'ont jamais entendu de sa bouche : « Je suis Dieu Adorez-moi », et pourtant ils ne l'auraient pas pendu ou crucifier.
-    Les apôtres n'auraient pas compris cela.
-    Toi, tu l'as bien compris. Des enfants le comprennent à l'Église, et les apôtres ne l'auraient pas compris ? Dieu ne sait-il pas se faire comprendre sur l'un des sujets les plus importants, à savoir lui-même ? » 

Bien sûr, je fus stupéfait. Mon cœur faillit s'envoler. Le musulman ajouta : « Si jésus était vraiment Dieu, pourquoi disait-il sur la croix : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? » ? S'abandonnait-il lui-même ? Si une personne dit pourquoi m'as-tu abandonné, c'est que cette personne n'a pas eu ce quelle voulait, ou le soutient qu'elle attendait. Donc, Jésus s'est senti abandonner, mais abandonner de quoi ? D'après les chrétiens il serait venu sur terre pour mourir et effacer nos fautes, pourquoi donc se sent-il abandonner ? Lui qui est censé être Dieu. » Et là, encore une fois, je fus bouleversé. Cet événement sonna le début d'une longue aventure.



6. La dernière ligne droite

Pendant plusieurs semaines, je ne mangeais presque plus et dormait très peu. Ma foi avait chuté de 200 étages, mais je me disais : « Le diable essaye de m'égarer, c'est a moi de m'accrocher ! » Donc, je continuais à fréquenter le temple, et à dissimuler mes interrogations. Un jour, le pasteur tentait de nous expliquer le verset de Jean 1:1- « Au commencement était le Verbe et le Verbe était avec Dieu et le Verbe était Dieu. 
Jan 1:2- Il était au commencement avec Dieu. 
Jan 1:3- Tout fut par lui, et sans lui rien ne fut. Jusqu'au verset plus loin qui dit Et le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous. » Le pasteur expliquait donc ces versets en nous disant que tout a été fait pour lui et rien ne s'est accompli sans lui. Après son discours, je me suis levé et je lui ai dit si jésus est le verbe au sens propre de Dieu et que rien ne s'est fait ou dis sans lui, dans ce cas pourquoi critiquons nous les musulmans sur la lapidation et les châtiments corporels, alors que Dieu a commandé cela dans l'Ancien Testament ? Si jésus est le verbe et que rien ne n'est produit sans lui, dans ce cas, jésus est responsable de cela, et de surcroit il a approuvé cela. De plus, toutes les tueries dans l'Ancien Testament ou Dieu commande de massacrer femmes, enfants, hommes ; toutes ses obscénités où Dieu dit à Osée de prendre une femme prostituée, etc. Tout cela a-t-il été fait par consentement de jésus le prince de la paix ? Lui, qui est la parole, est donc celui qui a commandé tout cela. Le pasteur fut choqué par ma question. C'est alors qu'il m'a dit : « Tu sais, des fois certaines questions sont inutiles pour la foi, l'homme juste doit se concentrer sur ce qui lui est utile. »

Je n'étais guère satisfait de cette réponse qui pour moi était évidente. D'après les chrétiens jésus était à l'origine de tout cela. Je fus encore une fois ébranlé dans ma foi. Cela devenait une habitude chez moi qui avais pourtant étudié scrupuleusement la bible durant 4 longues années. Cependant, Dieu, dans son infinie sagesse, savait se qui adviendrait de moi.



7. La demande de secours

 À ce moment de ma vie je souffrais énormément. Je priais en pleurant : « Jésus sauve-moi, écarte-moi des doutes, secoure-moi ! » Après cette imploration, une voix au fond de moi me susurrait : « Comment peux-tu demander de l'aide à Jésus. Lui-même, en avait besoin sur la croix en disant : Mon Dieu Mon dieu pourquoi m'as-tu abandonné ? »
Alors, je me suis dit : je vais prier Dieu seul et lui demander secours ; moi qui souffrais depuis des mois. Je me suis donc levé et j'ai imploré Dieu en ces termes : « Mon Dieu toi qui a révélé les livres, toi le créateur de toute chose, guide-moi, car il ni a que toi qui peux me guider ! » J'ai donc ouvert la bible, l'Évangile de Luc, et je suis arrivé au verset 18 du chapitre 18 qui dis : « Pourquoi m'appelle-tu bon, personne n'est bon si se n'est Dieu seul. » Je me suis dit qu'il fait allusion à la nature humaine du Christ, mais après réflexion, je me suis senti mal en pensant qu'il s'agissait en fait d'un démenti de sa divinité ?  À chaque fois que les chrétiens ont du mal à expliquer certains sujets sur le Christ ils se tournent toujours vers la même échappatoire : la nature humaine du Christ. Or, comment Dieu peut-il être Dieu et homme ? Comment peut-il s'incarner en un homme ? Les hindous croient que Dieu s'incarne en un rat ou une vache, bref en une créature. Où est donc la différence entre cette croyance et celle soutenant que Dieu se serait fait homme ? J'ai donc compris que j'avais, durant de longues années, fait… fausse route !



8. Le moment de vérité


Je n'en pouvais plus ! J'ai donc été chez un ami musulman qui ne pratiquait pas l'islam à cette époque, et je lui ai dit : « Donne-moi un livre sur l'islam. » Il m'a  donc donné le livre du cheikh Mohammed inbnou abdoulwahhab kitab-attawhid (le livre de l'unicité). Lorsque je l'ai lu, j'ai compris que tout ce qu'on m'avait rapporté concernant l'islam était faux. Ce fabuleux livre explique en détail l'unicité divine et sa transcendance, Allahou akbar ! Je lui ai demandé de m'emmener à la mosquée, et là, je fus étonnamment surpris. Il n'y avait aucune image ! Des fidèles qui prient avec dévotion, d'autres qui récitent le coran en boucle soubhanallah ! J'ai compris que ceci était la vérité ; la religion d'Abraham, Moïse, Jésus et de Mohammed (que la paix et la bénédiction soit sur eux). Un homme m'a invité a embrasser l'islam. Je me suis alors précipité vers l'imam qui ma récité la chahada (l'attestation de foi islamique). Je l'ai donc répété après lui, les yeux en larmes soubhanallah (gloire a Allah). Mon cœur s'est attendri, ma poitrine s'est élargie. Allah dans sa grandeur m'avait guidé vers son chemin, moi qui était si loin de m'aventurer vers cette magnifique religion. J'étais touché par la sakîna (sérénité) !



9. Adda'wa (l'appel a l'islam)

Aujourd'hui' hui, cela fait presque 6 années que je suis converti. Ma nouvelle foi m'a orienté dans mes pensées, mon comportement, mes paroles, car l'islam est un système qui régit la vie de l'homme dans tous ses aspects. Ma famille a eu des difficultés a accepté cela. Ils ont essayé a maintes reprises de me ramener vers l'égarement, mais louange a Allah je suis resté sur le droit chemin. À l'heure actuelle, mes parents ont accepté ma religion ; plus de critiques, plus de débats politico-religieux. Mon comportement les a stupéfaits. Ce comportement qui est l'une des bases de l'appel a l'islam. Mes discussions et débats avec certains pasteurs ou rabbin juif ont montré a plusieurs reprises que la vérité était inébranlable. Beaucoup de gens se sont converti par la suite, notamment mon beau-frère, sa sœur, son grand frère, ma grand-mère qui a 85 ans et qui est resté pendant plus de 67 ans dans l'église évangéliste, et bien d'autres encore. C'est pour cela que je lance un appel aux musulmans et aux non-musulmans : Ô vous les croyants ! Prenez conscience du bienfait énorme qui est sur vous, vous qui êtes née dans l'islam. Soyez assidus aux ordres d'Allah ! Quant à ceux qui ne sont pas musulmans, je leur recommande la sincérité dans leurs approches de l'Islam, et ce, afin d'éliminer dès le début les préjugés. La sincérité est une condition nécessaire pour découvrir la vérité. Je terminerai enfin par ces deux versets : l'un est coranique, l'autre biblique.

Allah dit dans la sourate Marie(19) verset 36 : « Certes, Allah est mon Seigneur (c'est Jésus ici qui parle) tout comme votre Seigneur. Adorez-le donc. Voilà un droit chemin. »

Et ce verset de la Bible Jean 17.3 
« Or, la vie éternelle, c'est qu'ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ. »

Toute la louange appartient à Allah, Seigneur de l'univers, qu'Allah nous guide et nous préserve !

Wa Salam alaykoum Wa rahmatoullahi Wa barakatuh !

Souleymane (anciennement Roland Bruno) Abou 3issa al balgiki.

http://www.dailymotion.com/Abou_Issa_86



22/04/2009
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 51 autres membres