Pas de contrainte en religion




 

Beaucoup de détracteurs de l'Islam exploitent la question du Jihad pour dépeindre la religion musulmane comme implacable, belliqueuse, brutale, pour ne pas dire sanguinaire. Les principaux griefs qui sont généralement formulés sont, en substance, les suivants :

 

 

 


- L'Islam est une religion qui pratique la conversion forcée.

 

-Les "beaux versets" prônant la tolérance ont été abrogés par le "verset de l'épée"('référence au verset 9/5)

 

- La tolérance religieuse que l'on attribue à l'Islam n'est en réalité qu'un mythe.

 

- L'Islam appelle au meurtre de celui qui ne partage pas sa religion.

 

 



Pour traiter de la question, nous reproduirons ci-dessous, un article du Sheikh Sami al-Madjîd, enseignant à l'université al-Imam (Riyad/Arabie Saoudite), consacré justement à l'examen du concept de tolérance en matière de religion dans la religion musulmane.

 

 


 

Il n' y a pas de contrainte en religion

 

 


 
Sheikh Sâmî al-Mâjid

 

 

 

 

 

L'une des vérités fondamentales établies par les textes sacrés, c'est que nul ne peut être contraint d'accepter l'islam. Il est du devoir des musulmans d'établir la preuve [de la véracité] de l'Islam aux gens, afin que la vérité puisse être clairement distinguée du mensonge. Après cela, celui qui souhaite accepter l'islam peut le faire et celui qui souhaite continuer dans l'incroyance peut le faire. Nul ne doit être menacé ou maltraité d'aucune façon que ce soit si ce dernier ne souhaite pas accepter l'islam.

 

 


 

Parmi les nombreux éléments de preuves décisifs à cet égard, les suivants:

 

 


 

Allâh dit :Nulle contrainte en religion! Carle bon chemin s'est distingué de l'égarement. Donc quiconque mécroit au rebelle tandis qu'il croit en Dieu saisit l'anse la plus solide, qui ne peut se briser. Et Dieu est Audient et Omnisicent. [Sourate al-Baqqara: 256]

 

 


 

Allâh dit : Si ton Seigneur l'avait voulu, tous ceux qui sont sur la terre auraient cru. Es-ce à toi de contraindre les gens à devenir croyants ?  [Sourate Yûnus: 99]

 

 


Allâh dit: S'ils te contredisent, dis leur: "Je me suis entièremment soumis à Dieu, moi et ceux qui m'ont suivi". Et dis à ceux à qui le Livre a été donné ainsi qu'aux illettrés:"Avez-vous embrassé l'Islam ?" S'ils embrassent l'Islam, ils seront bien guidés. mais si ils tournent le dos... Ton devoir n'est que la transmission (du message). Dieu, sur (Ses) serviteurs est Clairvoyant.  [Sourate Âl `Imrân: 20]

 


 

Allâh dit : Il n'incombe au Messager que de transmettre (le message). Et Dieu sait tout ce que vous divulguez tout comme ce que vous cachez.  [Sourate al-Mâ'idah: 99]

 


Il est important de noter que ces deux derniers versets furent révélés à Médine. Ceci est important, car cela montre que la règle qu'ils stipulaient n'était pas seulement liée à l'état de faiblesse des musulmans étant à La Mecque.

 

 


Certaines personnes pourraient se demander si l'islam préconise vraiment une telle approche, que penser alors de ce que l'on appelle le Jihad ? Comment pouvons-nous expliquer la guerre que le Prophète (que la paix soit sur lui) et ses compagnons menèrent contre les païens?

 

 


La réponse à cela est que le djihad dans la loi islamique peut être mené pour un certain nombre de raisons, mais obliger les gens à accepter l'Islam n'est absolument pas l'une d'elles.

 

 


La raison pour laquelle le djihad a tout d'abord été autorisé dans l'Islam était que les musulmans puissent se défendre contre la persécution et l'expulsion de leurs foyers.

 

 


Allah dit: Autorisation est donnée à ceux qui sont attaqués (de se défendre)- parce que vraiment ils sont lesés; et Dieu est certes Caapble de les secourir- ceux qui ont été  expulsés de leurs demeures, - contre toute justice, simplement parce qu'ils disaient "Dieu est notre Seigneur". - Si Dieu ne repousait pas les gens les uns par les autres, les ermitages, les églises, les synagogues et les mosquées où le nom de Dieu est beaucoup invoqué. Dieu soutient, certes, ceux qui soutiennent (Sa religion). Dieu est assurement fort et Puissant [Sourate al-Hajj: 39-40]

 


Beaucoup des anciens commentateurs affirment que ceux-ci furent les premiers versets du Coran à être révélés, concernant le djihâd.

 


Combattez dans le sentier de Dieu ceux qui vous combattent, et ne transgressez pas. Certes. Dieu n'aime pas les transgresseurs ! Et tuez-les, où que vous les rencontriez; et chassez-les d'où ils vous ont chassés car l'oppression est plus grave que le meurtre. Mais ne les combattez pas près de la Mosquée sacrée avant qu'ils ne vous y aient combattus. S'ils vous y combattent, tuez-les donc. Telle est la rétribution des mécréants. S'ils cessent, Dieu est, certes, Pardonneur et Miséricordieux. Et combattez-les jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de tumulte ou d'oppression et que la justice et la foi en Allâh prévalent. S'ils cessent, donc plus d'hostilités, sauf contre ceux qui pratiquent l'oppression. [Sourate al-Baqqara: 190-193]

 


À partir de ce moment, le champ du Djihad a été élargie de purement défensif contre une attaque directe, à une résistance contre ceux qui suppriment la foi et nient aux gens la liberté de choisir leur religion pour eux-mêmes. Cela est venu plus tard, parce qu'il n'est prescrit pour les musulmans que lorsqu'ils sont capables de le faire. Dans les moments de faiblesse, les musulmans ne peuvent que lutter contre les attaques directes. Quant à la propagation de l'Islam, cette dernière est censée se dérouler pacifiquement en diffusant le message avec la parole écrite et orale. Il n'y a pas de place pour l'utilisation des armes afin d'obliger les gens à accepter l'Islam. Les armes ne peuvent être prises que contre ceux qui persécutent et oppriment les autres et les empêchent de suivre leurs propres consciences dans le domaine de la croyance. Les musulmans ne peuvent rester passifs quand des personnes se voient refuser le droit de croire en l'Islam et que leurs voix sont écrasées. Ceci est le sens de la parole d'Allah: Et combattez-les jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de tumulte ou d'oppression et que la justice et la foi en Allâh prévalent.

 


Le Prophète (que la paix soit sur lui) a dit dans sa lettre au gouverneur romain Héraclius: "Je t'invite à accepter l'Islam. Si tu acceptes l'Islam, tu trouveras la sécurité. Si tu acceptes l'islam, Allah te donnera une double récompense. Toutefois, si tu tourner le dos, tu seras chargé des péchés de tes sujets. "[Sahîh Al-Bukhârî et Sahîh Muslim]

 


Une fois que les gens ont entendu le message sans obstruction ni entrave, et que les preuves leur ont été apportées, alors le devoir des musulmans est accomplit Ceux qui veulent croire sont libres de le faire et ceux qui préfèrent mécroire sont également libres de le faire.

 

 


Même lorsque les musulmans sont contraints de se battre et ensuite, en conséquence, de soumettre la terre, leur devoir est d'établir par la suite la loi d'Allah sur la terre et de défendre la justice pour tous les habitants, musulmans et non musulmans. Ce n'est pas leur droit que de contraindre leurs sujets à accepter l'islam contre leur volonté. Les non-musulmans sous règne musulman doivent être autorisés à garder propre foi et doivent être autorisés à exercer les droits de leur foi, mais ils seront tenus de respecter les lois du pays.

 

 


Si le but du djihad avait été de forcer les incroyants à accepter l'islam, le Prophète (que la paix soit sur lui) n'aurait jamais commandé aux musulmans de cesser les hostilités si l'ennemi cédait. Il n'aurait pas interdit le meurtre de femmes et d'enfants. Or, c'est exactement ce qu'il a fait.

 


Lors d'une bataille, le Prophète (que la paix soit sur lui) a vu des gens rassemblés tous ensembles. Il a dépêché un homme pour savoir pourquoi ils se sont rassemblés. L'homme est retourné et a dit: "Ils se sont rassemblés autour d'une femme assassinée." Alors, le Messager d'Allah (que la paix soit sur lui) a dit: "Elle n'aurait pas du avoir été attaqué !" Khâlid b. al-Walîd dirigeait l'opération, donc il a envoyé un homme lui dire, dis à Khâlid qu'il ne tue aucune femme et aucun travailleur". [Sunan Abî Dâwûd]

 

 


Par conséquent, même dans le feu de la bataille contre un ennemi hostile, les seules personnes qui peuvent être attaquées sont celles qui participent réellement aux combats.

 


 

Si le but du djihad avait été de forcer les incroyants à accepter l'islam, les Califes bien guidés n'auraient pas interdits le meurtre de prêtres et de moines qui s'abstenaient de combattre. Or, c'est exactement ce qu'ils ont fait. Lorsque le premier calife, Abû Bakr, a envoyé une armée en Syrie pour combattre les agressives légions romaines, il sortit leur donner des mots d'encouragement. Il a dit: "Vous allez trouvez un groupe de personnes qui se sont eux-mêmes dévoués à l'adoration d'Allah (c'est-à-dire des moines), donc leur laisser les à ce qu'ils font."

 


Nous avons démontré qu'il est un principe de l'Islam qu'il n'y a pas de contrainte en religion et nous avons discuté des objectifs du Jihad. Maintenant, nous allons tourner notre attention envers certains textes qui sont souvent mal compris.

 


L'un de ceux-ci est le verset : Après que les mois sacrés expirent, tuez les associateurs où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salat et acquittent la Zakat, alors laissez-leur la voie libre, car Dieu est Pardonneur et Miséricordieux. [Sourate al-Tawbah: 5]

 


 

Certaines personnes - surtout des non-musulmanes contemporains, critiques de l'islam - ont essayé de prétendre que ce verset abroge le verset "Il n'y a pas de contrainte en religion". Ils font valoir que la généralité de ce qui précède implique que tout infidèle qui refuse d'accepter l'islam doit être combattu. Ils appuient leur affirmation en faisant remarquer que ce verset est l'un des derniers versets a avoir été révélé au sujet des combats. Cependant, ce verset en aucun cas, n'abroge le principe de la loi islamique selon lequel il  n'y a pas de contrainte en religion. Il peut être général dans le langage, mais sa signification est tout à fait spécifique en raison d'autres versets du Coran qui lui sont liés ainsi qu'en raison d'un certain nombre de hadîth pertinents. Nous allons examiner ces textes brièvement. Les personnes concernées par ce verset sont les Arabes païens qui avaient été en guerre contre le Prophète (que la paix soit sur lui) et qui ont rompu leur alliance et traités avec lui. Ce verset ne parle pas des autres Arabes païens qui n'ont pas brisé leurs traités et pris les armes contre les musulmans. Il ne parle également certainement pas des Juifs ou des Chrétiens, ou des païens qui vivaient en dehors de l'Arabie.

 


Si nous considérons les versets de Sourate al-Tawbah qui le précèdent et le suivent, le contexte de ce verset devient plus clair.  Quelques versets avant celui dont nous discutons, Allâh dit: "Désaveu de la part de Dieu et de Son messager à l'égard des associateurs avec qui vous avez conclu un pacte : Parcourez la terre durant quatre mois; et sachez que vous ne réduirez pas Dieu à l'impuissance et que Dieu couvre d'ignominie les mécréants."  [Sourate al-Tawbah: 1-2]

 

 


Dans ces versets, nous voyons que les Païens se sont vu accordés quatre mois d'amnistie avec l'indication que, lorsque les quatre mois prendront fin, les combats reprendraient. Toutefois, un verset suivant exempt certains d'entre eux de la reprise des hostilités. Il se lit comme ce qui suit: "A l'exception des associateurs avec lesquels vous avez conclu un pacte, puis ils ne vous ont manqué en rien, et n'ont soutenu personne [à lutter] contre vous : respectez pleinement le pacte conclu avec eux jusqu'au terme convenu. Dieu aime les pieux. " [Sourate al-Tawbah: 4]

 

 


Donc quand Allâh dit : "Après que les mois sacrés expirent, tuez les associateurs où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade ", nous devons comprendre que ce n'est pas général, puisque le verset ci-dessus qui l'a qualifié, se réfère aux Arabes païens qui étaient, en fait, en guerre avec le Prophète (que la paix soit sur lui) et ceux qui ont rompu leurs pactes de paix.

 

 


Ceci est en supplément renforcé par le verset : Ne combattrez-vous pas des gens qui ont violé leurs serments, qui ont voulu bannir le Messager et alors que ce sont eux qui vous ont attaqués les premiers ? Les redoutiez-vous ? C'est Dieu qui est plus digne de votre crainte si vous êtes croyants ! [Sourate al-Tawbah: 12]

 

 

Ibn al-'Arabî, dans son commentaire du Coran écrit : "Il est clair à la lumière de ceci que le sens du verset est de tuer les païens qui sont en guerre contre vous." [Ahkâm al-Qur'ân: (2/456)]

 


Allah dit aussi tout de suite après le verset en cours de discussion: "Comment y aurait-il pour les associateurs un pacte admis par Dieu et par Son messager ? A l'exception de ceux avec lesquels vous avez conclu un pacte près de la Mosquée sacrée. Tant qu'ils sont droits envers vous, soyez droits envers eux. Car Dieu aime les pieux. [Sourate al-Tawbah: 7]

 

 


Un autre texte mal compris est le hadîth où le Prophète (que la paix soit sur lui) a dit: "Il m`a été ordonné de combattre les hommes jusqu`à ce qu`ils témoignent qu`il n`est d`autre divinité qu`Allâh, et que je suis le messager d'Allâh. Si ils le font, alors leur sang et leurs biens sont inviolables excepté dans la dispensation de la justice et leur affaire est à Allah." [Sahîh al-Bukhârî et Sahîh Muslim]

 

 


Il ne peut y avoir aucun doute sur l'authenticité de ce hadîth, car il figure à la fois dans le Sahîh d'Al-Bukhârî et le Sahîh de Muslim. Toutefois, ce hadîth est également à ne pas comprendre de façon générale, hors contexte, et au mépris le plus complet de tous les autres éléments textuels.

 

 


Le terme "Gens" n'est pas ici une référence à l'humanité tout entière. Ibn Taymiyya dit: "Il fait référence à la lutte contre ceux qui font la guerre, ceux qu'Allah nous a permis de combattre. Il ne se réfère pas à ceux qui ont conclu une alliance avec nous, avec qui Allah nous ordonne de nous acquitter de notre alliance." [Majmû` al-Fatâwâ (19/20)]

 

 


L'Islam commande aux musulmans d'être juste avec les gens d'autres confessions, qu'ils soient juifs, chrétiens ou païens. L'islam nous demande de les traiter gentiment et d'essayer de gagner leur cœur tant qu'ils ne prennent pas les armes contre nous. Allah dit: "Dieu vous défend seulement de prendre pour alliés ceux qui vous ont combattus pour la religion, chassés de vos demeures et ont aidé à votre expulsion. Et ceux qui les prennent pour alliés sont les injustes. [Sourate al-Mumtahanah: 9-10]

 

 


Allah commande aux musulmans de respecter leurs parents non-musulmans et de les accompagner en ce monde d'une manière séante.

 

 


 
Allah commande de débattre avec eux d'une belle manière : Et ne discutez que de la meilleure façon avec les gens du Livre, sauf ceux d'entre eux qui sont injustes. Et dites : "Nous croyons en ce qu'on a fait descendre vers nous et descendre vers vous, tandis que notre Dieu et votre Dieu est le même, et c'est à Lui que nous nous soumettons".  [Sourate al-`Ankabût: 46]

 

 


Nous sommes ordonnés de maintenir nos pactes avec les non-musulmans et non de les trahir ou de transgresser à leur encontre. Le Prophète (que la paix soit sur lui) a donné un avertissement sévère concernant le meurtre d'un non-musulman avec lequel nous sommes en paix. Il a dit: "Quiconque tue un pactisant ne sentira pas l'odeur du paradis." [Sahîh Muslim]

 

 

 

La foi d'un musulman n'est pas acceptable, à moins qu'il ne croie en tous les prophètes qui avaient été envoyés avant (que la paix soit sur eux). Allah dit:

 

 


Ô les croyants ! Soyez fermes en votre foi en Dieu, en Son messager, au Livre qu'il a fait descendre sur Son messager, et au Livre qu'il a fait descendre avant. Quiconque ne croit pas en Dieu, en Ses anges, en Ses Livres, en Ses messagers et au Jour dernier, s'égare, loin dans l'égarement. [Sourate al-Nisâ']  

 

 



Source

 

 




Comme écho aux dires du Sheikh, relatifs au sens du Hadîth dit de l'épée "J'ai reçu l'ordre de combattre les gens....", nous relatons aussi les mots de Mokhtar Chakroun



C'est cette partie du Coran (9.5) qui concerne ce hadith, qui lui-même ne concerne que la minorité païenne arabe de la péninsule qui resta en dehors de l'union nationale, et cependant ne concerne ni les juifs ni les chrétiens de la péninsule, encore moins les païens des autres pays. Ce qui détruit les dires de ceux qui prétendent que l'Islam doit se propager par la force, et cela établi par le verset où Dieu le Très Haut dit : "Aucune contrainte n'est permise en matière de foi " (2.256). Seule la lutte contre ceux qui combattent l'Islam est admise, car Dieu le Très Haut dit: "Combattez au service de Dieu ceux qui vous combattent, ne soyez pas injustes, Dieu n'aime pas l'injustice" (2.190). (Mokhtar Chakroun, Commentaire du Sahih Bukhari, Editions al-Qalam, p. 80)



Ainsi, l'Islam n'est absolument pas la religion que décrivent beaucoup de ses ennemis parmi les orientalistes, athées, missionnaires et autres, à savoir une religion qui aspirerait à soumettre le monde entier et ne tolérait aucune autre forme de croyance.

 

 

 En outre, l'on remarque que le verset coranique 2/256 est constamment l'objet de commentaires dans le cadre de l'étude de la tolérance religieuse en Islam. Ce verset est en effet probant mais il ne faut pas occulter pour autant le fait qu'il existe bien d'autres versets qui défendent la conversion forcée, aussi bien dans les Sourates Mecquoises que Médinoises:

 

 

Eh bien, rappelle ! Tu n'es qu'un rappeleur, et tu n'es pas un dominateur sur eux. (Coran, 88: 20-21)

 


Que Nous te fassions voir une partie de ce dont Nous les menaçons, ou que Nous te fassions mourir (avant cela), ton devoir est seulement la communication du message, et le règlement de compte sera à Nous. (Coran, 13:40)

 

 

Et dis : "La vérité émane de votre Seigneur". Quiconque le veut, qu'il croit, et quiconque le veut qu'il mécroie". Nous avons préparé pour les injustes un Feu dont les flammes les cernent. Et s'ils implorent à boire on les abreuvera d'une eau comme du métal fondu brûlant les visages. Quelle mauvaise boisson et quelle détestable demeure ! Ceux qui croient et font de bonnes oeuvres... vraiment Nous ne laissons pas perdre la récompense de celui qui fait le bien. (Coran, 18: 29:30)

 

 

S'ils te contredisent, dis leur : "Je me suis entièrement soumis à Dieu, moi et ceux qui m'ont suivi". Et dis à ceux à qui le Livre a été donné, ainsi qu'aux illettrés : "Avez-vous embrassé l'Islam ?" S'ils embrassent l'Islam, ils seront bien guidés. Mais, s'ils tournent le dos... Ton devoir n'est que la transmission (du message). Dieu, sur [Ses] serviteurs est Clairvoyant. (Coran, 3:20)

 

 

Dis : "Ô gens du Livre, venez à une parole commune entre nous et vous : que nous n'adorions que Dieu, sans rien Lui associer, et que nous ne prenions point les uns les autres pour seigneurs en dehors de Dieu". Puis, s'ils tournent le dos, dites : "Soyez témoins que nous, nous sommes soumis". (Coran, 3:64)

 

Ceux qui ne croient pas et qui pratiquent l'injustice, Dieu n'est nullement disposé à leur pardonner, ni à les guider dans un chemin (autre) que le chemin de l'Enfer où ils demeureront éternellement. Et cela est facile à Dieu. Ô gens ! Le Messager vous a apporté la vérité de la part de votre Seigneur. Ayez la foi, donc, cela vous sera meilleur. Et si vous ne croyez pas (qu'importe !), c'est à Dieu qu'appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Et Dieu est Omniscient et Sage. (Coran, 4 :168-170)

 

 

En d'autres termes, celui qui mécroit de doute façon de par sa mécréance ne retranchera rien à la majesté de Dieu et il n'est pas contraint de se convertir.

 




08/01/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 55 autres membres