La Bible contient la parole de Dieu?


Nous avons déjà vu que la Bible a puisée  une partie de son corpus dans nombre de traditions judéo/païennes, qui comportaient généralement des erreurs :

Les sources de la Bible


Maintenant, intéressons nous à la question de savoir quel part de la parole de Dieu est contenue dans la Bible. Plusieurs faits démontrent qu'en réalité, la Bible ne contient qu'une petite partie de la parole de Dieu, le reste n'étant pas conservé ou n'ayant pas été inclut dans la Bible. Quelques exemples :

La Thora n'a pas été transmise entièrement :

Bible Annotée sur Psaumes 90.1 :

On a objecté qu'un tel poème, s'il eût été composé par Moïse, aurait trouvé place dans le Pentateuque. Pas nécessairement, car ce cantique exprime des impressions personnelles qui n'étaient pas directement en relation avec l'histoire ou la législation consignées dans le Pentateuque. Nous savons par #No 21:14, qu'il existait à l'époque de Moïse un ou des recueils de récits et de poèmes dont le Pentateuque ne nous donne que de courts extraits; notre psaume a pu être conservé dans l'un d'eux.

 


Nombres 29. 23  

Ils campaient sur l'ordre de l'Eternel, et ils partaient sur l'ordre de l'Eternel ; ils obéissaient au commandement de l'Eternel, sur l'ordre de l'Eternel par Moïse.

 

Bible Annotée sur Nombres 9.23 :

Transmis par Moïse. Nous ne trouvons nulle part l'ordre auquel il est ici fait allusion et par lequel Moïse avait fait connaître aux Israélites les signaux donnés par la nuée.



Le compilateur de la Thora, qui n'est ni Dieu ni Moïse, n'a pas transmit toutes les informations qu'il disposait :

 

Bible Annotée sur Genèse 2.4 :

On peut donc se demander si son contenu n'est point parallèle à celui du chapitre 1, en d'autres termes si nous n'avons pas ici un second récit du fait de la création. S'il en était ainsi, il faudrait reconnaître une contradiction flagrante entre les deux narrations: là, une création graduée qui va des plantes aux animaux et des animaux à l'homme; ici, absence totale de plantes avant l'homme, et la création des végétaux et des animaux succédant à celle de l'homme. Mais si c'est bien là le sens de ces deux récits, comment s'expliquer le procédé du rédacteur de la Genèse, qui les reproduit successivement tous les deux malgré cette contradiction qu'il ne pouvait manquer de discerner aussi bien que nous? Si nous ne voulons pas faire une injure gratuite à son intelligence, nous devons supposer qu'il entrevoyait une solution de cette contradiction apparente, et nous ne serons que justes en la cherchant. Elle ne nous parait pas si difficile à trouver: le chapitre 1 avait en vue le monde dans son ensemble; le chapitre 2 s'occupe spécialement de l'homme et nous place par conséquent dans la contrée particulière où il habita dès le commencement et où se trouvait le jardin appelé paradis. Il nous fait connaître l'état des choses tel qu'il existait au moment et dans le lieu où l'homme ouvrit pour la première fois les yeux à la lumière: c'était une contrée privée de végétation, avec un ciel sans nuages et sans pluie; seulement une vapeur répandue sur la terre humectait le sol. Le paradis seul, un jardin rempli d'arbres, et arrosé par un fleuve, faisait exception. Tel fut le milieu dans lequel l'homme arriva à l'existence et prit connaissance de lui-même et du monde. C'est le souvenir qu'il a transmis à ses descendants par une tradition dont nous avons ici la rédaction. S'il en est ainsi, ce récit nous place au sixième jour du chapitre 1, immédiatement avant la création de l'homme; et nous devons supposer que le document d'où il a été tiré possédait aussi un récit de la création parallèle à celui du chapitre 1, mais que le rédacteur de la Genèse aura supprimé pour ne pas faire double emploi, tout en en rappelant dans ce qui suit quelques traits. Il est bien évident, en effet, que la narration ne pouvait commencer dans ce récit par notre verset 5. Pour la création des animaux, voir au verset 19…Relativement aux deux facteurs du déluge dont l'un est omis par le jéhoviste, il est possible que le rédacteur ne nous ait transmis que les passages de celui-ci où était retracée la première phase du déluge, les quarante jours et les quarante nuits durant lesquels tomba la pluie. Nous ne savons ce que contenait le reste de son récit, puisque le rédacteur a dès lors donné la parole à l'élohiste jusqu'au terme de la catastrophe. Mais il est certain qu'il devait se représenter les montagnes couvertes jusqu'au sommet, puisqu'il raconte la destruction de tous les hommes sans exception, et l'on ne comprend pas comment il aurait pu attribuer une pareille inondation à la pluie seule. Telle n'a pas été en tout cas la conception du rédacteur, qui avait en mains les deux documents.


 

Bible Annotée sur Genèse 9.17 :

Mais, quant aux différences, il n'y a rien d'étonnant à ce que deux récits du même fait fassent ressortir chacun certaines circonstances particulières, et comme il est bien évident que l'ordre de bâtir l'arche et l'ordre d'en sortir, ainsi que la sortie même de l'arche, devaient se trouver dans le récit jéhoviste, lors même que ces faits manquent dans la portion qui nous en a été transmise, et que d'autre part il est probable que l'ordre d'entrer dans l'arche ne pouvait être complètement passé sous silence chez l'élohiste, nous constatons par là que nous n'avons que des extraits plus ou moins considérables de l'un et de l'autre et que, pour éviter les doubles emplois, le rédacteur de la Genèse a souvent omis de l'une de ses sources ce qu'il racontait d'après l'autre. Il nous paraît que dans cette partie de son récit l'auteur a pris pour base le document élohiste et qu'il l'a complété par les parties du document jéhoviste qui présentaient le plus d'intérêt.

 

 

Bible Annotée sur Josué 8.29 :

Ce récit ne nous paraît point présenter les insolubles difficultés qu'on y a trouvées. On a souvent identifié les deux embuscades dont il est parlé au verset 3 et au verset 12, en admettant une erreur dans le chiffre de trente mille ou une contradiction provenant de la juxtaposition des narrations appartenant aux différents documents. Nous avons cru pouvoir rendre compte du récit tel que nous l'a livré le rédacteur du livre d'après les documents qu'il a employés; lui-même comprenait sans doute le sens de ces documents mieux que nous ne pouvons le faire d'après les fragments qu'il nous en a transmis.





Les trois milles maximes de Salomon n'ont pas été préservées, nous n'en disposons qu'une infime partie dans le livre des Proverbes :

 

Bible Annotée sur 1Rois 4.32 :

Il prononça trois mille maximes: il énonça ses observations et ses expériences dans trois mille maschals, mot hébreu qui signifie: sentence, maxime, comparaison, d'où proverbe. {voir #Pr 1:1-6} Nous ne possédons plus qu'une faible partie de ces sentences dans le livre des Proverbes; ce livre ne contient que 985 maschals, et ceux-ci même ne sont pas tous de Salomon. Les mille et cinq cantiques n'existent plus, si l'on en excepte peut-être le Cantique des cantiques et les #Ps 72 et 127, qui portent le nom de Salomon. Les chiffres de 3000 et de 1005 montrent que ces proverbes et ces cantiques avaient été rédigés et réunis en recueils.






Des paroles de Jonas n'ont pas été conservées dans la Bible, malgré la présence du livre de Jonas :

2Rois 14.25 

Il rétablit les limites d'Israël depuis l'entrée de Hamath jusqu'à la mer de la plaine, selon la parole que l'Eternel, le Dieu d'Israël, avait prononcée par son serviteur Jonas, le prophète, fils d'Amitthaï, de Gath–Hépher.

 

Bible Annotée sur 2Rois 14.25 :

Jonas. Cette parole ne se trouve pas dans le livre de ce prophète. On a voulu retrouver cette prophétie dans les chapitres 15 et 16 d'Esaïe; mais rien n'indique dans ces chapitres que ce soit Israël qui ait fait en Moab l'invasion qui y est décrite. Nous ignorons quelle est la source à laquelle l'auteur a puisé cette prophétie de Jonas.






Nombreuses paroles de Jésus n'ont pas été conservées :

 

 

Bible Annotée sur Actes 20.35 :

-Cette parole, comme tant d'autres, {#Jn 20:30} n'a pas été conservée dans les Evangiles; l'apôtre l'avait reçue par la tradition orale ou l'avait trouvée dans les nombreux écrits qui circulaient sur la vie du Sauveur. {#Lu 1:1}


Jonhson dit :

   Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir. Ces paroles, citées par Paul, ne sont trouvées dans aucun des quatre évangiles, mais elles n’en sont pas moins certainement véritables. Les évangiles n’ont enregistré qu’une partie des dires et des faits de notre Seigneur. #Jn 21:25. Commentaire de Johnson sur Actes 20.35


Remarquez d'ailleurs que sur 19 des 27 livres du Nouveau Testament, nous ne trouvons aucune paroles de Jésus. Mais encore, sur les 4779 versets des Evangiles, seuls 1943 sont des paroles de Jésus, et pour une grande partie, elles sont identiques. Enfin, où sont les enseignement que Jésus a donné tous les jours dans le temple (Matthieu 26.55; Luc 19.47; Luc 22.53)? Et celles énoncées par Jésus pendant 40 jours après avoir ressuscité (Actes 1.3)?





Plusieurs informations des apôtres Pierre et notamment Paul, n'existent plus aujourd'hui :

 

Bible Annotée sur 1 Corinthiens 5.9 :

9 à 13 Envers qui doit s'exercer la discipline? Quelques uns croient que ce mot désigne cette lettre même, et appliquent la défense dont parle ici l'apôtre, de n'avoir aucune communication avec les impudiques, aux versets qui précèdent, {#1Co 5:2-5} D'autres, soit à cause de #1Co 5:11, où Paul paraît établir une distinction entre deux lettres différentes, soit parce qu'il semble ici même vouloir rectifier un malentendu résultant d'une première lettre, admettent qu'il parle en effet d'une lettre précédente qui ne nous serait pas parvenue. Ce qui confirme cette dernière opinion, c'est l'expression identique par laquelle Paul désigne notre lettre dans #2Co 7:8. "Il n'y a pas de doute que Paul, Pierre et les autres apôtres ont écrit bien des choses qui aujourd'hui n'existent plus. Comparer #1Co 16:3 2Co 10:10" Bengel.

 

Le commentaire de Johnson sur 1 Corinthiens 5.9 :

   Je vous ai écrit dans ma lettre. Il avait écrit une autre lettre, qui n'a pas été conservée, une lettre probablement courte, et il y fait référence.

 

Bible Annotée sur 2 Corinthiens 1.16 :

La supposition la plus probable c'est qu'il fit part aux Corinthiens de son intention d'aller les voir directement avant de se rendre en Macédoine dans une première lettre qu'il leur écrivit et qui est aujourd'hui perdue. {#1Co 5:9}

 

Bible Annotée sur 2 Corinthiens 2.1 :

Le texte reçu porte: "retourner vers vous avec tristesse," mais une variante beaucoup plus appuyée change l'ordre des mots et fait porter l'adverbe "de nouveau" sur "avec tristesse," ce qui suppose que l'apôtre a fait, "dans la tristesse" un précédent séjour à Corinthe, dont les Actes n'ont pas conservé le souvenir.




Nous nous demandons donc, pourquoi la Bible qui se veut être une compilation de la parole de Dieu, ne contient que très peu de la parole de Dieu.





04/08/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 58 autres membres