Réponse à Facealislam: les Messagers, seulement des hommes ou également des anges?




 

Depuis des décennies, dans le cadre de leur "étude" ou disons plutôt de leur campagne de détraction de l'Islam et du Coran, un certain nombre d'orientalistes et de missionnaires chrétiens ont adopté la tactique suivante : chercher des contradictions dans le Coran.

 

 

 

 

 

Suivant cette ligne de conduite, "la Parole de Dieu face à l'Islam" nous affirme qu'une contradiction existe au sein du texte coranique concernant l'envoi par Dieu de messagers puisque d'un coté l'on nous affirme que Dieu n'envoie que des messagers hommes (versets de type A) et que d'autres passages relatent l'envoi par Dieu de messagers anges (versets de type B).

 

 

 

 

 

Ci-dessous, des versets coraniques de type A :

 

 

 

 

 

Nous n'avons envoyé avant toi QUE DES HOMMES originaires des cités, à qui Nous avons fait des révélations... Sourate 12:109

 

 

 

 

 

Nous n'avons envoyé avant toi QUE DES HOMMES à qui Nous faisions des révélations. Demandez donc aux érudits du Livre, si vous ne savez pas. Et Nous n'en avons pas fait des corps qui ne consommaient pas de nourriture. Et ils n'étaient pas éternels. Sourate 21:7-8

 

 

 

 

 

Et Nous n'avons envoyé avant toi QUE des Messagers qui MANGEAIT de la nourriture et circulaient dans les marchés. Et Nous avons fait de certains d'entre vous une épreuve pour les autres - endurerez-vous avec constance ? - Et ton Seigneur demeure Clairvoyant. Et ceux qui n'espèrent pas Nous rencontrer disent : «Si seulement on avait fait descendre sur nous des Anges ou si nous pouvions voir notre Seigneur ! » En effet, ils se sont enflés d'orgueil en eux-mêmes, et ont dépassé les limites de l'arrogance. Sourate 25:20-21

 

 

 

 

 

Des versets de type B :

 

 

 

 

 

Dieu choisit Ses messagers parmi les hommes et les Anges. Coran, 22/75

 

 

 

 

 

Ainsi que des versets disant que Dieu a envoyé des Anges à certains hommes bien déterminés (Notez bien CERTAINS hommes):

 

 

 

 

 

(Rappelle-toi) quand les Anges dirent : "Ô Marie, certes Allah t'a élue au-dessus des femmes des mondes. "Ô Marie, obéis à Ton Seigneur, prosterne-toi, et incline-toi avec ceux qui s'inclinent".Ce sont là des nouvelles de l'Inconnaissable que Nous te révélons. Car tu n'étais pas là lorsqu'ils jetaient leurs calames pour décider qui se chargerait de Marie ! Tu n'étais pas là non plus lorsqu'ils se disputaient. (Rappelle-toi,) quand les Anges dirent : "Ô Marie, voilà qu'Allah t'annonce une parole de Sa part : son nom sera "al-Masih" "Hissa", fils de Marie, illustre ici-bas comme dans l'au-delà, et l'un des rapprochés d'Allah". Sourate 3:44-45

 

 
 
 

 

 

Note : Rien ne prouve dans le récit de la Sourate Al Imram, que Marie ait vu physiquement les Anges.

 

 

 

Et Nos Messagers (Anges) sont, certes, venus à Abraham avec la bonne nouvelle, en disant : "Salam !". Il dit : "Salam !", et il ne tarda pas à apporter un veau rôti. Puis, lorsqu'il vit que leurs mains ne l'approchaient pas, il fut pris de suspicion à leur égard et ressentit de la peur vis-à-vis d'eux. Ils dirent : "N'aie pas peur, nous sommes envoyés au peuple de Lot"... 77 Et quand Nos émissaires (Anges) vinrent à Lot, il fut chagriné pour eux, et en éprouva une grande gêne. Et il dit : «Voici un jour terrible». Sourate 11:69-70; 77

 

 

 

 
 

Et ils suivirent ce que les diables racontent contre le règne de Suleyman. Alors que Suleyman n'a jamais été mécréant mais bien les diables : ils enseignent aux gens la magie ainsi que ce qui est descendu aux deux anges Harout et Marout, à Babylone; mais ceux-ci n'enseignaient rien à personne, qu'ils n'aient dit d'abord : "Nous ne sommes rien qu'une tentation : ne soit pas mécréant"; ils apprennent auprès d'eux ce qui sème la désunion entre l'homme et son épouse. Or ils ne sont capables de nuire à personne qu'avec la permission de Dieu. Et les gens apprennent ce qui leur nuit et ne leur est pas profitable. Et ils savent, très certainement, que celui qui acquiert [ce pouvoir] n'aura aucune part dans l'au-delà. Certes, quelle détestable marchandise pour laquelle ils ont vendu leurs âmes ! Si seulement ils savaient ! Sourate 2:102

 

 

 


 

 

Qu'avons nous à y répondre ?

 

 

 


 

 

 


Il y a plusieurs choses à noter :

 

 



 

Premièrement : Dieu compte ses Messagers parmi les hommes et les Anges (Coran, 22/75):

 

 

 


Deuxièmement : Il existe une différence sensible entre ces deux types de Messagers qui n'ont pas les mêmes caractéristiques et surtout n'ont pas le même rôle.

 

 

 

 

Les anges n'ont pas pour vocation de descendre du ciel et prêcher la bonne parole aux hommes. Jamais un Ange n'est descendu du ciel, puis a circulé sur les marchés, ou s'est tenu debout sur une colline ou sous un arbre, pour venir convertir un peuple. Cette mission incombe seulement aux messagers hommes. Le fait est que les anges ne font pas partie de notre environnement. Il ne conviendrait pas que ce soit eux qui se chargent de la prédication  au sein d'une peuplade humaine. Ce serait contre nature. Dieu dit ainsi :

 

 


Dis: "S'il y avait sur terre des Anges marchant tranquillement, Nous aurions certes fait descendre sur eux du ciel un Ange Messager" (Coran, 17 :95)

 

 

 


La différence entre les messagers hommes et les messagers anges, est donc que les seconds n'ont jamais été envoyés à une peuplade entière mais seulement à des prophètes bien déterminés (et éventuellement aussi à leur famille par la même occasion), élus par Dieu, à qui ils ont pour mission de transmettre un message. Puis, le Prophète en question devra à son tour répéter ce message à ses semblables humains. (Notons, qu'il n'est pas impératif que les prophètes en question voient de leurs yeux les anges parfois il ne s'agit que d'une inspiration)

 

 


 

Dieu dit encore :

 

 


 

Un être humain n'en est pas à ce que Dieu lui parle excepté par révélation [faite dans le cœur de cet humain], ou derrière un rideau, ou bien [par le fait qu'] Il envoie un messager [ange] qui révèle par Sa permission ce qu'Il veut [à cet humain] (Coran 42/51).

 

 


 

Les versets 21:7-8 12:109 25:20-21, ne concernent que les messagers hommes, les Anges, ne sont pas concernés.

 

 


 

Troisièmement : Les mécréants de Quraysh, qui n'étaient pas familiarisés avec les phénomènes de la prophétie, des révélations, des Anges, des écritures divines, ne pouvaient croire qu'un de leur semblable, qui plus est, modeste, discret, n'ayant rien de spectaculaire, puisse être envoyé par Dieu :

 

 


 

 

Et ils disent : "Qu'est-ce donc que ce Messager qui mange de la nourriture et circule dans les marchés ? Que n'a-t-on fait descendre vers lui un Ange qui eût été avertisseur en sa compagnie ?  (Coran, 25 :7)

 

 

 

Ce n'est là qu'un être humain semblable à vous ? Allez-vous donc vous adonner à la magie alors que vous voyez clair ? (Coran, 21 :3)

 

 

 

 

Et rien n'empêcha les gens de croire, quand le guide leur est parvenu, si ce n'est qu'ils disaient: Dieu envoie-t-Il un être humain Messager ?  (Coran, 17 : 94)

 

 

 

 

Pour eux, l'envoyé de Dieu doit forcement être d'origine surnaturelle. Dieu leur répond à travers les versets de la catégorie A, en expliquant que Muhammad (Paix et Bénédictions sur lui) n'est pas une innovation parmi les messagers humains et que les messagers qu'il avait envoyé précédemment (que ce soit aux israélites ou à d'autres nations), étaient tous comme lui, c'étaient tous des hommes, ils n'avaient rien d'extraordinaires, ils étaient tous "originaires des cités" (alors que les anges, eux ne vivent pas dans notre milieu), recevaient tous des "révélations" (l'ange n'a point besoin de recevoir des révélations, il est un instrument de Dieu, qui obéit immédiatement). Et donc pour clarifier la chose, Il leur cite des exemples, à savoir les passages coraniques qui ont déjà été cités :

 

 

 

 

Nous n'avons envoyé avant toi QUE DES HOMMES originaires des cités, à qui Nous avons fait des révélations... Sourate 12:109

 

 

 

 

Nous n'avons envoyé avant toi QUE DES HOMMES à qui Nous faisions des révélations. Sourate 21 :7

 

 

 

 
 

En d'autres termes, tous les messagers envoyés par Dieu pour guider les hommes vers le droit chemin, étaient tous de simples mortels comme Muhammad (Paix et Bénédictions sur lui).

 

 

 

 
 

L'équation est que l'expression QUE DES HOMMES ne vise pas à nier l'existence de messagers au sein des Anges, mais à faire comprendre aux Qurayshites, qu'on leur a envoyé un messager homme, comme on en a envoyé à toutes les autres peuplades humaines qui les ont précédé (et que par conséquent, ils n'ont pas à être étonnés). À partir de là, il n'y a pas matière à parler de contradiction, étant donné que le verset 22/75 parle de quelque chose de tout à fait différent.

 

 

 

 

 

Quid alors du passage suivant : "Nous sommes envoyés au peuple de Lot" ?

 

 

 

 

 

 

La réponse est que les Anges ne vinrent pas au peuple de Lot, en tant que Messagers mais en tant que bourreaux :

 

 

 

 

 

 

Puis lorsque les envoyés vinrent auprès de la famille de Lot celui-ci dit : "Vous êtes [pour moi] des gens inconnus". Ils dirent : "Nous sommes plutôt venus à toi en apportant (le châtiment) à propos duquel ils doutaient. (Coran, 15 :61-63)

 

 

 

 

 

Alors [Abraham] dit : "Quelle est donc votre mission, ô envoyés ?" Ils dirent : "Nous avons été envoyés vers des gens criminels, pour lancer sur eux des pierres de glaise, marquées auprès de ton Seigneur à l'intention des outranciers". Nous en fîmes sortir alors ce qu'il y avait comme croyants, mais Nous n'y trouvâmes qu'une seule maison de gens soumis. Et Nous y laissâmes un signe pour ceux qui redoutent le douloureux châtiment (Coran, 51, 31-37)

 


 
 

Ils ne vinrent pas en tant que Prophètes pour exercer un apostolat et guider le peuple de Lot.

 

 


 

 

 

Et Harout et Marout alors !?

 

 

 

 

 

 

La réponse est que ces deux personnages enseignant la magie, n'étaient ni messagers de Dieu, ni Prophètes mais simplement des tentateurs venus mettre les gens à l'épreuve.

 

 

 


De plus, il n'y a pas de consensus entre les savants musulmans concernant la nature, angélique ou humaine, de ces deux personnages. At-Tabarî, par exemple, ne croyait pas que Harut et Marut étaient des anges pécheurs, mais qu'ils étaient simplement des humains ordinaires qui ont enseigné la magie.

 

 

 

 

Sheikh Abdul Aziz Humud Al-Harbi, professeur à l'université Umm Al-Qura (La Mecque) résume ce point de vue q'il partage :

 

 

 


Une autre énonciation indique que [Harut et Marut] étaient des hommes ordinaires qui ont feint d'être pieux dans la ville de Bâbil. Ils avaient l'habitude d'enseigner la sorcellerie aux gens. Les gens ont pensé qu'ils étaient des anges descendus des cieux en raison de la piété qu'ils ont remarqué chez eux. Leur ruse était si perfectionnée que quand ils ont  vu ce que les gens pensaient d'eux et de leur piété, ils prirent l'habitude de dire à chacun qui voulait apprendre d'eux : « Sûrement nous sommes seulement une épreuve, ne sois donc pas mécréant.  [Sourate Al-Baqqara/102] Ils ont fait cela pour prouver aux gens que leur connaissance est une connaissance divinement inspirée et qu'ils cherchait seulement le bien (...) Ils ont été désignés en tant qu'anges parce que les gens les ont appelés ainsi. Dans une autre lecture de Al-Hasan ils se sont appelés les rois (malikayn) 1

 




 

Muhammad Asad a écrit à ce sujet quelque chose de similaire dans son ouvrage, "The Message of the Qu'ran":

 

 


 

En ce qui concerne la désignation de Harut et de Marut, la plupart des lectures du Coran donnent malakayn ("les deux anges") ; mais on a rapporté de façon authentique (voir Tabari, Zamakhshari, Baghawi, Razi, etc.) que le grand compagnon du prophète, Ibn Abbâs, ainsi que d'autres hommes instruits de la génération suivantes tels -Hasan al-Basri, Abû '1-Aswad et  AdDahhak-le lisait ainsi : Malikayn ("Les deux rois"). Personnellement, je m'incline vers cette dernière lecture mais puisque l'autre est plus courante, je l'ai adopté ici. Certains des commentateurs sont de l'opinion que, peut importe laquelle, des deux lectures est suivie, elle doit être prise dans un sens métaphorique, à savoir, "les deux personnes royales", ou "des deux personnes angéliques" : en cela, ils  s'appuient sur une énonciation d'Ibn 'Abbas, selon laquelle Harut et Marut aient été "deux hommes qui ont pratiqué la sorcellerie à Babylone" (Baghawi ; voir également Al Manar I, 402).

 

 


À vrai dire tout ce qu'on a pu trouver dans des livres de Tafsîr au sujet d' Harout et Marout corroborant l'idée qu'ils s'agissent d'être angéliques descendus du ciel, est fortement influencé par certains Isrâ'îliyyât, légendes des Gens du Livre, que certains savants ont a tort enregistré dans leurs travaux. Selon ces récits, en substance, les anges étaient étonnés des actes de désobéissance commis par les êtres humains sur terre. Ils ont commencé à maudire les humains et ne pouvaient pas comprendre comment ils pouvaient être si pécheurs. Selon l'histoire, Dieu a informé les anges qu'ils auraient également été pécheurs s'ils avaient été des êtres humains. Ainsi les anges élirent Harut et Marut de parmi eux et Dieu leur a donné des attributs humains et les a envoyé sur Terre en leur commandant d'éviter le vin, l'idolâtrie, la fornication et le meurtre. Cependant, Harut et Marut ont par la suite succombé à leurs convoitises humaines et sont tombés dans tous ces péchés. En conséquence, Dieu les a punis pour leurs transgressions.

 

 

 

 

 

Le mufti Muhammad Shafi écrit à ce sujet:

 

 


Tout ceci fait partie des mythes et des mensonges de la nation Israélite et n'est pas corroboré par la raison ou la transmission ou la Shari'a. Certains des émetteurs de cette fausse fiction vont même jusqu'à attribuer sa transmission à certains des compagnons et de leurs élèves mais de cette manière ils entrent dans l'arène du péché et du crime honteux et en même temps relient ce mensonge au Prophète, puisse Allah le bénir et lui accorder la paix. 2

 

 

 

 

 

Prenant position par rapport à toutes ces histoires, émanant des Gens du Livre, Ash-Shihab al-'Iraqia écrit :

 

 

 

 

 

Qadi 'Iyad dit dans Ash-Shifa' : "Ce qui est dit dans les récits et les commentaires au sujet de l'histoire de Harut et de Marut n'est relié à rien, fiable ou faible, provenant du messager d'Allah (puisse Allah le bénir et lui accorder la paix) lui-même, et il n'y a rien qui est pris par analogie" 3

 

 

 

 

 

Donc, il n'est pas certain que Harut et Marut furent des Anges et quand bien même ils l'auraient été, ils ne furent pas des messagers de Dieu.

 

 

 

 

 

Conclusion: Dieu n'a envoyé que des messagers hommes aux PEUPLADES HUMAINES. Dieu ne nie pas qu'Il compte ces messagers parmi les Anges mais ceux-ci n'ont été envoyés que pour commander et assister des prophètes bien déterminés. Ils ne sont pas concernés par  les versets qui parlent de messagers humains, amenés à assumer un apostolat à la tête d'une peuplade entière (21:7-8 12:109 25:20-21), donc il ne saurait y avoir contradiction. Au surplus, cette tradition authentique confirme ce que nous mettions en exergue:



Sahih Bukhari, livre du début de la révélation, numéro 2 Al-Hârith Ibn Hichâm (Dieu en soit satisfait) demanda au Messager de Dieu (sws) : "Messager de Dieu ! Comment reçois-tu la révélation? - Je la reçois, dit le Messager de Dieu (sws), quelquefois comme le tintement d'une cloche, et c'est le plus pénible pour moi; quand elle prend fin j'ai déjà tout saisi. Quelquefois l'Ange m'apparaît sous la forme d'une homme qui me parle, et je saisis ce qu'il dit." Aïcha (Dieu en soit satisfait) dit : "J'ai vu le Messager de Dieu (sws) recevoir la révélation le jour de grand froid, et quand elle prenait fin, la sueur inondait son front!".



Commentaire du Sahih al-Bukhârî par Mokhtar Chakroun*, Editions Al Qalam, pages 53:



1. Ce hadith confirme l'existence des anges et désavoue les négateurs.
L'ange est capable de s'incarner dans différents corps visibles. Seuls les prophètes sont habilités à recevoir la révélation par l'intermédiaire des anges.

 

 

* Note : Mokhtar Chakroun se base sur le commentaire de Hafiz Ibn Hajar al-Asqlani pour son commentaire



 


 

 

Références :

 

 

 

 

[1] http://islamtoday.com/show_detail_section.cfm?q_id=1046&main_cat_id=18

 

 

 

[2] Muhammad Shafi, Ma'ariful Qur'an, Maktaba-e-Darul-Ulum, Karachi 2003, vol. 1, p. 411

 

 


[3] Sheikh Abdul Hamid Kishk, "Le monde des Anges",  Dar Al-Taqwa Ltd. 1994, pp.39-40

 

 

 

 

 

 

BONUS :

 

 

 

 

 

 

 

 

Facealislam vient de décrocher un bonus. Il consiste à inverser les rôles avec la Bible. Car la moindre des choses lorsque l'on reçoit un cadeau (fût-ce-t-il empoisonné), c'est d'en envoyer un en retour, à l'expéditeur, délicatesse oblige :

 

 

 

 

 

Marc 1:14-17

 

Après que Jean eut été livré, Jésus alla dans la Galilée, prêchant l'Évangile de Dieu. Il disait: Le temps est accompli, et le royaume de Dieu est proche. Repentez-vous, et croyez à la bonne nouvelle. Comme il passait le long de la mer de Galilée, il vit Simon et André, frère de Simon, qui jetaient un filet dans la mer; car ils étaient pêcheurs. Jésus leur dit: Suivez-moi, et je vous ferai pêcheurs d'hommes. Aussitôt, ils laissèrent leurs filets, et le suivirent.  (Evangile selon Marc, 1 :14-17)

 

 

 
 

 

Jean 1:35-43

 

Le lendemain, Jean se trouvait de nouveau au même endroit avec deux de ses disciples. Fixant son regard sur Jésus qui marchait, il dit : "Voici l'agneau de Dieu." Les deux disciples, l'entendant parler ainsi, suivirent Jésus. Jésus se retourna, et voyant qu'ils le suivaient, il leur dit: Que cherchez-vous? Ils lui répondirent: Rabbi (ce qui signifie Maître), où demeures-tu? Venez, leur dit-il, et voyez. Ils allèrent, et ils virent où il demeurait; et ils restèrent auprès de lui ce jour-là. C'était environ la dixième heure. André, frère de Simon Pierre, était l'un des deux qui avaient entendu les paroles de Jean, et qui avaient suivi Jésus. Ce fut lui qui rencontra le premier son frère Simon, et il lui dit: Nous avons trouvé le Messie (ce qui signifie Christ). Et il le conduisit vers Jésus. Jésus, l'ayant regardé, dit: Tu es Simon, fils de Jonas; tu seras appelé Céphas (ce qui signifie Pierre). Le lendemain, Jésus voulut se rendre en Galilée, et il rencontra Philippe. Il lui dit: Suis-moi. (Jean, 1:35-43)

 

 

 

D'après la seconde narration, c'est alors que Jean-Baptiste n'avait pas encore été arrêté que André et Simon suivirent Jésus, alors que d'après le récit attribué à Marc, c'est alors que Jean-Baptiste avait déjà été arrêté qu'ils le suivirent. Quelle version de la parole de Dieu est la bonne ?

 

 

 

 

Moussa Youssouf



Retour



26/12/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 58 autres membres