Du livre d'Esther





 

Ici, nous nous intéressons au livre d'Esther. Voyons ce que disent les érudits modernes sur ce livre :

 

 



La Bible Annotée :
Voilà pourquoi de tout temps des voix très autorisées se sont élevées contre la présence dans le Canon d'un livre qui, au surplus, n'est jamais cité dans le Nouveau Testament. L'Eglise d'Orient (Méliton de Sardes, Athanase, Grégoire de Naziance) a exprimé très anciennement des scrupules à cet égard. En pleine Réformation, Luther a déclaré que ce livre méritait plus que tout autre d'être retranché du Canon et rangé parmi les Apocryphes. Et voici en quels termes tempérés, mais précis, un littérateur contemporain, tout à fait désintéressé dans la question théologique, rend compte de l'impression que lui fait notre livre : « Comme le livre de Ruth est l'expression poétique et profonde de l'esprit de famille du Juif, de ses vertus domestiques, de sa bienfaisance patriarcale, comme le livre de Néhémie atteste sa fidélité et son obstination touchante à son Dieu, le livre d'Esther réfléchit le judaïsme en soi et à l'état pur. Vous pouvez ôter de la Bible, livre sacré et inspiré, le livre d'Esther, on ne s'apercevra presque pas d'une lacune ; au contraire, de la Bible, livre d'histoire, expression d'un caractère de peuple, le livre d'Esther fait partie intégrante et nécessaire ; supprimez même le reste de la Bible et laissez subsister seulement le livre d'Esther, Israël, Israël de l'histoire profane apparaîtrait encore complet avec ses traits invincibles, avec son fier sentiment de soi-même, son indépendance et son républicanisme réfractaires, la persistance de son type contre les persécutions, son irréductibilité ethnique, la grâce dangereuse de ses femmes, ses artifices, ses talents et son industrie, tout ce par quoi, écrasé, il soulève de dessus ses épaules l'écrasement, et, dispersé dans le monde, il maîtrise le monde !"  Bible Annotée, introduction au livre d'Esther.

 



Michaël Fox est un professeur d'Hébreu, à l'université du Wisconsin-Madison et est aussi spécialisé dans la littérature égyptienne et son rapport avec la littérature biblique. Il a détaillé les arguments pour et contre l'historicité du livre. [M. V. Fox, Character And Ideology In The Book Of Esther, 1991, University of South Carolina Press: Columbia (SC), pp. 131-139.] Michaël Fox mentionne également de nombreuses inexactitudes, des choses non plausibles et d'autres impossibilités claires en ce livre biblique. Après qu'il est considéré les arguments en détail, il n'est pas étonnant pas de voir Mr. Fox conclure négative, comme suit:




Les diverses qualités légendaires comme plusieurs inexactitudes et impossibilités jettent immédiatement le doute sur l'historicité du livre et donnent l'impression d'un auteur perdu se rappelant vaguement du passé. [Ibid., p. 131.]

 

 



The Universal Jewish Encyclopaedia nous dit :

 

 


La majorité des savants, cependant, considèrent le livre comme un roman reflétant les coutumes des périodes anciennes et lui ont donné un cadre Antique pour éviter d'offenser. Ils précisent que les 127 provinces mentionnées constituent un étrange contraste avec les vingt sept  Satrapies Perses historiques ; qu'il est étonnant que tandis que Mordecai est connu pour être un juif, sa pupille et cousine, Esther, peut dissimuler le fait qu'elle est une juive- que la reine connue de Xerxès, Amestris, ne peut être identifiée ni avec Vashti, ni avec Esther ; qu'il aurait été impossible pour qu'une personne non Persane soit nommée premier ministre ou pour qu'une reine soit choisie en dehors des sept plus hautes familles nobles ; que l'accès facile de Mordecai aux palais n'est pas  en accord avec la sévérité avec laquelle les harems persans étaient gardés ; que les lois des Mèdes et des Persans n'étaient jamais irrévocables ; et que les affaires de l'état dans le livre, s'élevant pratiquement à la guerre civile, n'auraient pu être passé inaperçu auprès par des historiens si ceci s'était réellement produit. La tonalité même du livre lui-même, son art littéraire et l'aptitude de ses situations, nous dirigent plutôt vers une histoire romantique qu'une chronique historique. Quelques savants lui donnent même une origine non juive. Selon leur avis, c'est une réécriture d'un triomphe des dieux babyloniens Marduk (Mordecai) et Ishtar (Esther) au-dessus des dieux d'Elamite Humman (Haman) et Mashti (Vashti), ou de la suppression des  Mages par Darius Ier, ou même de la résistance des Babyloniens au décret d'Artaxerxes II. Selon, cette opinion, Purim est une fête babylonienne qui a été  reprise par les juifs, et à cette histoire a été donnée une coloration juive ["Esther", The Universal Jewish Encyclopaedia, 1941, Volume 4, The Universal Jewish Encyclopaedia Inc.: New York, p. 170.]

 

 



Publiée environ cent ans auparavant, The Jewish Encyclopaedia formule :

 


Comparativement peu d'érudits modernes considèrent que le récit d'Esther repose sur une base historique ..... La grande majorité des exégètes modernes ont tiré la conclusion que le livre est une pièce de pure fiction, bien que quelques auteurs qualifient leur critique par une tentative de la traiter en tant que roman historique.  ["Esther", The Jewish Encyclopaedia, 1905, Volume V, Funk & Wagnalls Company: London & New York, pp. 235-236.]



The Peake's Commentary On The Bible explique:




L'histoire se déroule dans la ville de Susa, sous le règne d'Akhashwerosh, le roi de Perse et de Mède. Ce nom s'avère maintenant se référer à Xerxès, qui a régné  sur les Mèdes aussi bien que les Perses. Le livre déclare correctement que son empire s'est étendu de l'Inde à l'Ethiopie, un fait qui a pu été rappelé longtemps après, particulièrement par quelqu'un qui a vécut dans l'est, mais sur d'autres sujets l'auteur est imprécis, par exemple en ce qui concerne le nombre de provinces. L'épouse de Xerxès était nommée Amestris, et non pas Vashti ou Esther. Le rapport dans Esther 1:19 et 8:5 selon lequel les lois de Perse étaient immuables est également trouvé en Daniel. 6:9, 13. Ce n'est certifié par aucune preuve ancienne, et plus, cela semble improbable. La suggestion la plus probable est qu'elle [l'histoire]  a été inventée par l'auteur de Daniel pour faire partie intégrante de son histoire dramatique, et après fut copié par l'auteur d'Esther.

 


Tous les savants modernes par conséquent conviennent donc que [le livre d']  Esther a été écrit longtemps après la période de Xerxès comme un roman, sans base historique … Il est assez clair que le but de l'auteur ait été de fournir une origine historique pour la fête de Purim, que les juifs vivant en Orient avaient adopté comme carnaval. Cette fête et sa mythologie sont maintenant identifiées en tant qu'étant d'origine babylonienne. Mordecai représente Marduk, Dieu babylonien en chef. Son cousin Esther représente Ishtar, la déesse babylonienne en chef, qui était le cousin de Marduk. D'autres noms ne sont pas aussi évident, mais il y avait le Dieu Humann ou Humban et Elamite, déesse Mashti. Ces noms peuvent se trouver derrière Haman et Vashti. On peut imaginer que le festival babylonien a décrété une lutte entre les dieux babyloniens d'une part et les dieux d'Elamite de l'autre. (M. Black & H. H. Rowley (Eds.), Peake's Commentary On The Bible, 1962, Thomas Nelson and Sons Ltd.: London & New York, p. 381.)

 

 

 

 

En résumé : l'authenticité et l'inspiration de ce livre sont récusées par de nombreux érudits, juifs, chrétiens, laïcs.

 

 




16/09/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 58 autres membres