Jésus est-il mort selon l'Islam ?



Plusieurs chrétiens (le Père Zakaria, Facealislam, etc…) ont tenté d'interpréter le Coran à la lumière de l'enseignement chrétien. Cela consiste à en faire croire aux musulmans que Jésus est vraiment passé par la mort et que le Coran ne remet pas en cause sa prétendue crucifixion. Ils ont produit plusieurs arguments. Pourquoi veulent-ils absolument en convaincre les musulmans ? On peut s'interroger à ce propos car cela ne changera pas leurs croyances personnelles. En fait, c'est simple: c'est pour mieux faire accepter aux musulmans, qu'ils rêvent de convertir à leur religion, la théorie de la Rédemption par le sang du Christ. En effet, suggèrent-ils, si Nabi' Issa, en lequel les musulmans croient, a été crucifié et que même l'Islam le reconnaît, pourquoi donc Allâh aurait-Il laissé tuer Son messager bien-aimé si ce n'est pour laver les péchés des gens ?! Cet article a donc pour but d'examiner et réfuter cette fumisterie ubuesque.


Argument numéro 1 :

 Un premier passage qui indique que Jésus est passé par la mort est le suivant, où Jésus dès son bas âge est cité comme ayant dit:
 
Et que la paix soit sur moi le jour où je naquis, le jour où je mourrai, et le jour où je serai ressuscité vivant. Sourate 19:33

 C'est la même expression utilisée pour Jean Jean-Baptiste, quelques versets plus haut :

 Que la paix soit sur lui le jour où il naquit, le jour où il mourra, et le jour où il sera ressuscité vivant ! Sourate 19:15

 Étant donné que selon l'Islam, Jean-Baptiste est mort, cela implique que Jésus également est mort.

Source : http://facealislam.free.fr/mortjesus_coran.html


Ce qui caractérise la thèse de Facealislam, c'est qu'elle s'appuie sur une interprétation injuste du Coran. Si on applique sa logique, nous pouvons en déduire qu'étant donné que Jean Baptiste n'a pas été crucifié selon l'Islam, alors il en est de même pour Jésus. A-t-il oublié cette comparaison ? Ou encore, pourquoi n'a-t-il pas comparé la date de naissance de Jean Baptiste et celle de Jésus ? Car si l'on relit le verset, Jean Baptiste et Jésus ont tout deux dit : " Que la paix soit sur moi le jour où je naquis….."

Pourquoi ne pas accepter l'idée que Jean Baptiste et Jésus sont nés avec un décalage, mais ne pas accepter qu'ils ne mourront pas avec un décalage ? Ainsi, lorsque deux personnes disent la même phrase, cela ne veut pas dire que cela s'accomplira au même moment. Considérez l'exemple suivant : Si deux élèves de la même classe disent : "Quand je serai plus grand, je serai médecin". Cela veut-il dire qu'ils le seront en même temps? L'un peut l'être à l'âge de 25 ans, alors que l'autre seulement 15 ans plus tard. Il en est de même pour Jésus qui mourra bien plus tard que Jean Batiste.

Lorsque Dieu dit que ceux qui ont précédé Muhammad (sws) ont été traités de menteur (3.184), cela veut-il dire qu'ils l'ont été en même temps ? Ou encore, lorsque Dieu dit que toute âme goûtera à la mort (3.185), cela veut-il dire que tout les humains mourront en même temps,  et non pas avec un décalage ? Ainsi, rien n'empêche de dire que Jésus mourra après Jean Baptiste. Une mort qui aura lieu après son retour sur terre, après avoir tué l'Antéchrist, c'est à ce moment là qu'il mourra, comme le stipulent un certain nombres de Hadiths bien connus.



Argument numéro 2 :

Il a voulu que je sois béni partout où je me trouve ; il m'a recommandé de faire la prière et l'aumône tant que je vivrai. Sourate 19:31

Selon ce verset, Jésus devait continuer le paiement de l'aumône jusqu'à ce qu'il soit mort. Si nous essayons de conjuguer ce passage avec la croyance que Jésus n'est pas encore passé par la mort, mais plutôt est toujours actuellement au ciel, il y a un problème qui se pose, c'est-à-dire par quels moyens continue t'il à payer l'aumône alors qu'il est dans le ciel?


Facealislam prétend que Jésus ne peut être vivant au ciel, car comment fera t-il pour prier et faire l'aumône ? Néanmoins, l'idée selon laquelle Jésus sommeille au ciel n'est pas nécessairement contredite par ce verset, car lorsque nous sommes dans notre sommeil, nous ne pouvons pas prier ni faire l'aumône. D'ailleurs, lorsque Jésus était sur terre, est-ce qu'il priait et donnait l'aumône pendant son sommeil ? En fait, pendant le sommeil les actions ne sont pas comptabilisées, comme l'atteste ce Hadith Sahîh :


Le Messager (sws) a dit : "Le calame est levé [c'est-à-dire que l'écriture des actions est interrompue] pour trois personnes : l'endormi jusqu'à ce qu'il se réveille, l'enfant jusqu'à ce qu'il devienne pubère et l'aliéné jusqu'à ce qu'il retrouve raison" Rapporté par Bukhary, Ahmed, Abu Daoud 


Dire que Jésus ne peut être vivant parce qu'il ne peut pas prier et faire l'aumône revient à dire que tout ceux qui dorment sont morts. Par ailleurs, le fait que Jésus affirme faire l'aumône pendant qu'il est vivant (endormi ou éveillé) doit être compris dans le sens où il le fera lorsque cela lui sera possible. Par exemple, il est possible que Jésus ne puisse pas faire l'aumône bien qu'il soit vivant, étant donné que le Prophète (sws) a dit :


Sahih Muslim 1681
Selon Abou Hourayra (que Dieu l'agrée), l'Envoyé de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "l'Heure Suprême n'aura pas lieu avant que l'argent ne soit abondant et débordant, que l'homme, voulant s'acquitter de l'aumône légale, ne trouve personne pour l'accepter; et que le territoire des Arabes ne se transforme en vergers où coulent les rivières".


Or Jésus viendra vers la fin du monde, ce qui veut dire qu'il est possible que Jésus ne puisse pas faire l'aumône pendant un court instant. Ceci ne prouve donc pas que Jésus est mort, car sinon, toute personne ne pouvant pas faire l'aumône devra être considéré comme étant morte. Pour terminer, Dieu dit que les aumônes sont destinées à certaines personnes seulement :


9.60
Les Sadaqats (aumônes) ne sont destinées que pour les pauvres, les indigents, ceux qui y travaillent, ceux dont les coeurs sont à gagner (à l'Islam), l'affranchissement des jougs, ceux qui sont lourdement endettés, dans le sentier d'Allah, et pour le voyageur (en détresse). C'est un décret d'Allah ! Et Allah est Omniscient et Sage .



Or, au ciel où se trouve Jésus, il n'y a pas à proprement parler de "pauvres" (Allâhu A'lam), donc il ne peut pas leur faire l'aumône. Ainsi, Jésus paiera la Zakat à chaque fois que les conditions nécessaires pour son paiement seront réunies.





Argument numéro 3 :


Mohammed n'est qu'un messager, les Messagers (AL Rusul) avant lui sont passés. S'il mourait, donc, ou s'il était tué, retourneriez-vous sur vos talons ? Quiconque retourne sur ses talons ne nuira en rien à Allah; et Allah récompensera bientôt les reconnaissants. Sourate 3:144


Ce passage affirme que les messagers (Al Rusul) avant Mohammed sont passés (c'est-à-dire qu'ils sont passés par la mort).



Rien ne dit que Jésus est mort, ce verset affirme simplement que les messagers avant Muhammad (sws) sont passés. Mais pourquoi dire qu'ils sont tous forcement morts ? Ce n'est pas parce qu'il est dit LES messagers qu'ils sont forcement tous inclus. Lorsque Dieu dit :

5.64
Et LES juifs disent : «La main d'Allah est fermée ! » Que leurs propres mains soient fermées, et maudits soient-ils pour l'avoir dit....

Devons-nous en conclure que comme il est dit "LES juifs", alors ils sont tous ingrats et qu'il n'y a pas exception pour certains d'entre eux qui seraient reconnaissants? Alors que le Coran lui-même parle de ces Juifs là (7/159)? Pas du tout !

Enfin al-Tabari explique :

Ceux qui sont mort quand leur terme s'acheva et Allâh les a pris auprès de Lui. Tafsir al-Tabari sourate 3.144.


À l'égard de Jésus (que la paix soit sur lui), son heure est encore à venir, comme cela est mentionné dans de nombreux hadiths et versets du Coran: il a été élevé vers les cieux, en vie, et sera de retour à la terre afin de finir la mission qu'il doit remplir. Après quoi, il mourra comme le reste d'entre nous.





Argument numéro 4 :

    ...Que la malédiction d'Allah soit sur les juifs et les chrétiens qui ont établi des endroits de culte aux tombes de leurs Prophètes... Sahih Bukhari, Volume 1, Book 8, Number 427

Ici est relaté qu'au moment de sa mort, Mohammed a maudit les juifs et les chrétiens qui font des endroits de culte aux tombeaux de leurs prophètes, seulement Jésus étant le prophète des chrétiens selon l'Islam, cela signifie que Jésus était regardé comme étant passé par la mort selon Mohammed.


Le sieur Facealislam n'a pas pensé aux implications de cette idée.  Mais où est t-elle donc la tombe de Jésus ? Est-ce que les Chrétiens ont bâti un endroit de culte sur la tombe du Messie, tombe sur laquelle ils se rendent en pèlerinage ? Non. La vérité, c'est  que ce Hadîth parle des saints hommes des chrétiens à travers le vocable de "Prophètes".  De toute évidence, ici, "Prophètes" chez les Chrétiens désigne ceux qui ont été considérés comme des saints hommes comme par exemple, Saint Pierre, officiellement enterré dans la "nécropole" ("cité des morts") de la colline Vaticane, Saint Augustin, enterré à Pavie et beaucoup d'autres …


De manière générale, "Prophète" désigne : "Homme qui proclame la parole divine, qui annonce les dessein divins et leurs manifestations futures." (Larousse encyclopédique en couleurs, Paris, France Loisirs, 1979, p.7638)

 
Donc les Prophètes des chrétiens peuvent être beaucoup de gens ! Le fait qu'il faut comprendre "Prophètes" par Saint Homme est renforcé par le Hadîth suivant :


'Umm Habîba et 'Umm Salama racontaient à l'Envoyé d'Allah (pbAsl) qu'elles avaient vu, en Abyssinie, une église dans laquelle il y avait des représentations figurées. L'Envoyé d'Allah (pbAsl) leur dit: "Chez ces gens-là, quand un homme vertueux meurt, ils bâtissent sur sa tombe un oratoire où ils dessinent de telles représentations. Ces gens-là seront les pires des créatures aux yeux d'Allah le Jour de la Résurrection". (Al-Bukhârî & Muslim)


Note : Il ne faut pas déduire de ce Hadîth que le Prophète (sws) considérait nécessairement tous les Prophètes des juifs et des chrétiens comme de véritables Prophètes, puisque les juifs et les chrétiens, lorsqu'ils veulent parler de Muhammad (sws), ils disent : "le prophète des musulmans", ceci ne signifie pas qu'ils croient réellement qu'il est un Prophète authentique. D'ailleurs, Dieu dit souvent dans le Coran en parlant de fausses divinités des polythéistes "leurs divinités", pourtant, ces divinités ne sont pas considérées comme de véritables Dieux. Cela devient d'autant plus évident lorsque le Prophète (sws) dit "leurs prophètes".


En outre, il se peut très bien que le Hadîth en question parle des prophètes des chrétiens comme étant les mêmes que ceux des juifs car les chrétiens sont censés croire en Moïse, en Elie, en Jérémie ect... et donc dans ce cas, Jésus n'est pas concerné.






Argument numéro 5 :

Lisons cet autre hadith du Sahih Bukhari, qui fournit le soutien indéniable de la mort de Jésus selon l'Islam :

Rapporté par Ibn Abbas:
Le Messager d'Allah a dit, "vous serez ressuscités (et réunis) pieds nu, nus et incirconcis." Le Prophète récita alors le verset Divin: -  "Nous avons commencé la première création, ainsi Nous la répéterons; c'est une promesse qui Nous incombe et Nous l'accomplirons" (21.104) il a ajouté, 'Le premier à être habillé sera Abraham.' Alors certains de mes compagnons iront vers la droite et vers la gauche. Je dirai: Mes Compagnons! Il sera dit, Ils avaient été des renégats, ils sont (désormais) à gauche. Je dirai alors ce que JESUS, le serviteur pieux, le fils de Marie a dit: 'Et je fus témoin contre eux aussi longtemps que je fus parmi eux. Puis quand Tu m'as pris (tawaffaytani), c'est Toi qui fus leur observateur attentif. Et Tu es témoin de toute chose. Si Tu les châties, ils sont Tes serviteurs. Et si Tu leur pardonnes, c'est Toi le Puissant, le Sage.' (5,117-118) Quaggas rapporte, 'Tels étaient les apostats qui ont été des renégats de l'Islam pendant que le Caliphe Abu Bakr les a combattus'. Sahih Bukhari Volume 4, Book 55, Number 656

Selon Mohammed, Dieu l'a pris (tawaffaytani) de la même manière qu'Il a pris Jésus. Et puisque nous savons que Mohammed a été pris par la mort, cela argue indéniablement que Jésus a été également pris par la mort selon le Coran. Ceci signifie que l'affirmation que le Coran enseigne que Jésus n'est pas passé par la mort est tout simplement fausse.


Rappelons que les paroles de Jésus dans ce Hadîth sont celles du verset 5.177, verset dont les exégètes ont dit : tawaffaytani signifie qabidhuka : Lorsque tu m'a pris, suspendu.

Mais à la différence de Jésus, Muhammad (sws) est mort.  Ainsi le sens du Hadîth est que Jésus (as) et Muhammad (sws) ont été témoins contre leurs peuples jusqu'à ce qu'ils ne soient plus parmi eux. Or ne plus être parmi un peuple n'implique pas forcément la mort. En effet, Jésus n'a plus été parmi son peuple à cause de son élévation au ciel, alors que Muhammad (sws) n'a plus été parmi son peuple parce qu'il est mort. Ne pas être parmi son peuple ne veut pas dire obligatoirement que nous sommes mort. C'est cela le véritable sens du hadith :

"…Alors certains de mes compagnons iront vers la droite et vers la gauche. Je dirai: Mes Compagnons! Il sera dit, Ils avaient été des renégats, ils sont (désormais) à gauche …Et je fus témoin contre eux aussi longtemps que je fus parmi eux… "

Ainsi Dieu a tawafa  Muhammad (sws) en le faisant mourir, alors qu'Il a tawafa Jésus, a.s, en l'élevant auprès de Lui ou en l'endormissant. Car le mot tawafa, tel qu'il est utilisé dans le Coran contient ces deux sens, celui du sommeil et celui de la mort, comme l'atteste le verset suivant :

39:42
« Allah (yatawafa) reçoit (prend) les âmes au moment de leur mort ainsi que celles qui ne meurent pas au cours de leur sommeil… »

Donc, ce verset nous enseigne que des personnes peuvent être tawafa par la mort alors que d'autres peuvent être tawafa par le sommeil. Alors pourquoi arguer qu'il n'est pas possible que Dieu tawafa Jésus d'une manière (en l'endormissent) et qu'Il tawafa Muhammad (sws) d'une autre (au moment de sa mort) ? C'est pourtant ce qu'enseigne l'Islam.

La deuxième chose à dire c'est qu'il ne faut pas prendre le Hadith au sens littéral. Lorsque le Prophète (sws) dit qu'il dira comme a dit Jésus, cela ne veut pas dire qu'il emploiera les mêmes mots, mais qu'il dira quelque chose de semblable. Considérez l'exemple suivant :

2.108
Voudriez-vous interroger votre Messager COMME auparavant on interrogea Moïse ? Quiconque substitue la mécréance à la foi s'égare certes du droit chemin.

Dieu met en garde contre quiconque interroge Muhammad (sws) comme on interrogea Moïse (as). Or Muhammad (sws) n'a pas été interrogé exactement comme l'a été Moïse. Par exemple, Muhammad (sws) n'a jamais été interrogé sur la vache tel que l'a été Moïse par les enfants d'Israël :

Sourate 2 :
68. - Ils dirent : "Demande pour nous à ton Seigneur qu'Il nous précise ce qu'elle doit être". - Il dit : "Certes Allah dit que c'est bien une vache, ni vieille ni vierge, d'un âge moyen, entre les deux. Faites donc ce qu'on vous commande".
69. - Ils dirent : "Demande donc pour nous à ton Seigneur qu'Il nous précise sa couleur". - Il dit : "Allah dit que c'est une vache jaune, de couleur vive et plaisante à voir".
70. - Ils dirent : "Demande pour nous à ton Seigneur qu'Il nous précise ce qu'elle est car pour nous, les vaches se confondent. Mais, nous y serions certainement bien guidés, si Allah le veut".

Nous en déduisons que lorsqu'il est dit "je dirai comme un tel" ou "on m'a interrogé comme un tel", cela ne signifie pas que je dirai exactement les mêmes mots qu'un tel, ni que j'ai été interrogé avec les mêmes questions qu'un tel a été interrogé. Le sens qu'il faut retenir ici est que tout comme Moïse, Muhammad (sws) a été interrogé sur des questions menant à la mécréance.

Ainsi, de même que le Prophète Muhammad (sws) a été interrogé comme Moïse mais avec des interrogations différentes, tout laisse à penser que le Prophète (sws) dira la même chose que Jésus mais avec des mots différents (ce qui réfute l'argument de facealislam). Seul le sens ne change pas. Celui-ci étant que Muhammad (sws) ne pourra être témoin contre son peuple après son absence, tout comme l'a été Jésus.





Argument numéro 6 :

 3.55. (Rappelle-toi) quand Allah dit: ‹Ô Jésus, certes, Je vais mettre fin à ta vie terrestre t'élever vers Moi, te débarrasser de ceux qui n'ont pas cru et mettre jusqu'au Jour de la Résurrection, ceux qui te suivent au-dessus de ceux qui ne croient pas. Puis, c'est vers Moi que sera votre retour, et Je jugerai, entre vous, ce sur quoi vous vous opposiez.

Ce verset devrait être traduit comme ceci :

Dieu dit :' O Jésus! Certes Je vais te faire mourir (mutawaffeeka) et t'éxalter vers Moi, et nettoyer ceux qui ont nié la vérité... Sourate 3:55

Les exégètes disent que Jésus est mort :
- Ibn Abbas dit : "moutawafika" signifie faire mourir (Exégèses du Coran)
- Wahab ibn Munbahi dit : Dieu l'a fait mourir pendant 3 heures le matin, et l'a élevé (Exégèses du Coran)
- Ibn Ishaq dit : Les chrétiens prétendent que Dieu l'a tué pendant 7 heures et l'a ensuite ressuscité (Exégèses du Coran)
- Idris dit : Dieu l'a fait mourir pendant 3 jours puis l'a ressuscité puis l'a élevé (Exégèses du Coran)

L'Iman Shaltut, ex-Recteur de l'Université d'Al-Azhar, la plus grande et prestigieuse Ecole Musulmane du monde, dit : "Le mot, tawaffa, a été utilisé dans le Saint Coran dans le sens de la mort tant de fois que c'est devenu sa première signification. Ce mot est employé dans son sens différent seulement lorsqu'il y a une indication claire quant à l'autre signification."  ..."Le mot tawaffaaytani dans ce verset particulier signifie principalement la mort naturelle qui est connue à tout le monde. Les personnes arabophones comprennent ceci et seulement cette signification du mot en suivant le contexte. Par conséquent, il n'y a pas autre chose que la mort de Jésus qui est indiqué dans ce verset, ainsi il est inexact et incorrect pour déclarer que le Messie Jésus était vivant et non mort. Al Rislah Shaltut, Sheikh Mahmud

Al-Ustaz Mustafa al-Maraghi, déjà cité, commentant le verset où est employé le terme tawaffa pour Jésus dit : Tawaffa signifie la mort ordinaire, et le raf (élevant) est pour l'âme après la mort. La signification est 'Je vous ferais mourir (mumitu-ka), et après la mort (maut) Je t'établirai dans une position exaltante en Ma présence ', comme lorsque Dieu dit du prophète Idris: 'Il l'a établi à un état élevé'. Tafsir al-Maraghi

Le Mufti Muhammad Abduh, indique au sujet du terme tawaffa utilisé pour Jésus : "Tawaffa, ici signifie causer la mort, dans la signification évidente et compréhensible." Al-Manar

L'érudit musulman, Ahmad Al-Ajuz déclare : "Jésus est certainement mort sur terre selon les mots de Dieu inni mutawaffi-ka qui signifient que 'Je vous ferai mourir (mumitu-ka). La mort (maut) est quelque chose qui est liée pour se produire, comme lorsque Dieu dit par la langue de Jésus : ' La paix soit sur moi le jour où je suis né et le jour où je mourais'." Ahmad al-Ajuz

Le grand savant musulman ibn Hazm, écrit :  "Jésus, la paix soit sur lui, n'a ni été tué, ni crucifié, mais Dieu l'a fait mourir et l'a élevé vers Lui. Le Tout-Puissant a dit : ' ils ne l'ont pas tué ou ne l'ont pas crucifié '; et 'Je le ferai mourir et l'exalterai vers Moi '; et 'Je (Jésus) fus témoin contre eux aussi longtemps que je fus parmi eux. Mais quand Tu me fit mourir, c'est Toi qui fus leur observateur' et 'Allah prend le âmes (yatawaffa) à l'heure de la mort '. Ainsi il y a deux genres de wafat : sommeil et mort. Jésus dans ses mots 'Mais quand Tu me fit mourir' (falamma tawaffaita-ni) ' ne se rapportait pas au sommeil, mais il est correct que par wafat il signifiait la mort." Mahalli fil-Fiqh

Allama Jubai est rapporté comme disant : "Ce verset prouve que Dieu a causer la mort (amata) de Jésus et a provoqué sa mort (tawaffa-hu), et alors Il l'a élevé vers Lui."

Abu Hayyan Nahwi, écrit : "Ce verset prouve que Dieu a fait mourir Jésus (tawaffa-hu wafat al-maut) avant de l'élever."



Facealislam emploie selon ses propres termes (dans plusieurs de ces articles), un raisonnement circulaire. C'est bien de citer des musulmans qui affirment que Jésus est mort selon le Coran mais ces citations vides de preuves sont superflues.

Notez que d'après Facealislam, Ibn Hazm croyait que Jésus est passé par la mort. Pourtant Ibn Hazm a dit de façon catégorique :

Quiconque dit que Jésus a été tué sera comme quelqu'un qui a quitté la juste religion ou un mécréant. (Ibn Hazm, 'Ilm al-Qalam, 56-57, cité par Harun Yayha dans Jesus did not die).

On voit que l'appréciation d'Ibn Hazm sur Jésus ne vient guère appuyer l'avis défendu avec âpreté par Facealislam.

Ibn Taymiyya, dans son livre de réfutation des Chrétiens, relate l'avis d'Ibn Hazm selon lequel ceux qui ont propagé la nouvelle que Jésus fut tué ont sciemment menti :

On dit que ces livres ont été écrits par Marc, Luc, Jean et Matthieu. Or aucun de ces quatre personnages n'a vu la crucifixion de Jésus, ni aucun des Apôtres, ni aucun des élèves de ceux-ci. Seul un petit groupe de personnes a assisté à ce qu'ils ont cru être la crucifixion de Jésus. Certains ulémas mutazilites, ainsi que Ibn Hazm et d'autres, sont d'avis que ce groupe savait que le crucifié n'était pas Jésus, mais ont délibérément menti en répandant la nouvelle que c'est lui qui a été crucifié. Cependant, la plupart des ulémas sont d'avis que même ceux qui ont assisté à la crucifixion ont été dans l'illusion (Ibn Taymiyya, Al-Jawâb us-sahîh man Baddala Dîn al-Masîh 1/275).

Encore un démenti concernant la position d'Ibn Hazm sur la crucifixion de Jésus……

Aussi, Facealislam prend comme source un site anglophone qui dit ceci :

Imam Ibn Hazm adopted the apparent significance of the verse, and believed in his (Jesus') death." (Jalalain, under verse 3:55)

Or, nous constatons, en lisant Tafsîr ul- Jalalayn, sourate 3.55, qu'il n'est nullement fait mention de Ibn Hazm :

http://quran.al-islam.com/Tafseer/DispTafsser.asp?nType=1&bm=&nSeg=0&l=arb&nSora=3&nAya=55&taf=GALALEEN&tashkeel=1


Quant à l'avis de Wahb Ibn Munabbih, il n'est pas authentique. Rappelons rapidement qui était Wahb :

« Il y a (dans les exégèses) ce qui peut faire partie de ce qui a été recueillit chez les gens du livre tel ce qui a été transmis de la part de k'ab, Wahb ibn Munabbih, Ibn Ishâq, ainsi que d'autres qui prennent chez les Gens du livre………Il (wahb) recueillit beaucoup de choses des livres des Isra'iliyât. Il a écrit un livre sur la prédestination. Ensuite, il regretta de l'avoir écrit et revint sur ceci. Hormis cela, il était compté au nombre des personnes de grande fiabilité et de droiture. (Ibn Taymiyya, introduction aux fondements de l'exégèse du Coran, page 72.)

Ibn Hajar dit : Et cela est indiqué que Wahb ibn Mounbbih ainsi que d'autres  recopiait à partir des histoires Israélites. Ibn Hajar, fath al-Bari, commentaire sur le hadith 4357 d'al-Bukhari.


Dr. Muhammad Ibn Muhammad Abu Shahbah, professeur des sciences coraniques et du Hadîth à l'université al-Azhar et à l'université Umm al-Qura écrit à propos de Wahb:


Hammad Ibn Salamah a dit qu' Abû Sinan a dit: J'ai entendu Wahb Ibn Munabbih dire : "J'ai eu d'habitude d'avoir cette position concernant Qadar jusqu'à ce que je lise quelques soixante-dix livres des "Livres des prophètes". "Quiconque s'impute à lui-même une partie quelconque de sa volonté a commis un Kufr. Par conséquent, j'ai abandonné ma position "[voir, Fath al-Bari, Volume 2 p. 171, Edition Munir]. Et je n'ai jamais vu quelqu'un l'accuser de fabrication ou de mensonges excepté certaines personnes des générations postérieures [muta'akhkhirun] comme indiqué auparavant. Il avait l'habitude de rapporter massivement des livres des ahl Ahl-ul-Kitâb et il semble qu'il avait une très grande confiance en leurs livres et en leurs croyances et contes. Au début de sa carrière, Ibn Kathîr a rapporté de lui de nombreux rapports plein de sagesse et de beaucoup d'enseignements et d'histoires qui couvrent une vingtaine de parchemins presque dépourvus de comptes outrageux. Il a également fait état de ses nombreux récits dans son Tafsîr dont la plupart sont parmi les isra'iliyyat. Nous ne nions pas qu'à cause de lui [Wahb] les livres de Tafsîr incluent des isra'iliyyat et beaucoup de fausses histoires, mais ce que nous nions est [l'accusation] que ce serait lui qu'il les a fabriqué exprès même si cependant nous ne l'acquittons pas de sa responsabilité d'être l'une des voies qui a fait transmettre ces histoires aux musulmans et les a introduit dans le Tafsîr alors que le Coran est innocent d'elles et nous souhaitons qu'il ne l'ait pas fait. (Dr. Muhammad Ibn Muhammad Abu Shahbah, Al-Isrâ'îliyyât wal-mawdû`ât fî Kutub At Tafsîr, éditions Maktabat As-Sunnah, Le Caire 1408 A.H., pp. 105)


Ainsi, Wahb était quelqu'un qui expliquait le Coran, en utilisant la Bible. En effet, Wahb se basait souvent sur la Bible :

" Dans la Bible se trouve......J'ai lu dans la Thora........" (Ibn al-Jawziy, l'histoire des compagnons et des pieux prédécesseurs, pages 331 à 335)

Et nous savons que les recueils provenant des Gens du Livre ne sont pas authentiques. En effet, ibn Taymiyya dit :

C'est ainsi que 'Abdullah bnu 'Amr a acquit, le jour de Yarmûk, deux montures chargées d'écrits parmi ceux des gens du livres. Il s'est exprimé en puisant dans ces ouvrages d'après ce qu'il a pu comprendre de ce hadith concernant l'autorisation pour cela. Mais ces traditions israélites sont citées comme exemples d'illustration non pas comme article de foi. Ces traditions sont de trois sortes : L'une d'elles : Celle dont on connaît l'authenticité avec ce que nous avons entre nos mains [comme preuve] qui atteste sa véracité. Ceci est authentique. La deuxième : ce dont on connaît le côté mensonger avec ce que nous avons entre nos mains [comme preuve] qui le contredit. La troisième : Ce sur quoi on s'est tût. Il ne fait partie ni de la première sorte ni de la deuxième. Nous ne lui accordons pas foi et nous ne le traitons pas de mensonge. Ibn Taymiyya, Introduction au fondement de l'exégèse, Editions Sabil, 2004, pp 147.



Ainsi, bien que Wahb était une personne fiable, digne de confiance, celui-ci recueillait quand même des histoires des Gens du Livre. Remarquez aussi que Wahb Ibn Munabbih donne un avis identique aux chrétiens, à savoir la mort de Jésus pendant 3 jours et sa résurrection.

Remarque : Le Père Zakaria dit (ici) que c'est Idris qui a rapporté que Jésus est mort 3 jours et qu'il a ressuscité, alors que c'est Wahb Ibn Munabbih, Idris ne fit que rapporter : "Wahb a dit" et non pas "j'ai dit". Nous nous demandons pourquoi le Père Zakaria a fait cela. Peu être parce qu'il sait que l'avis de Wahb n'est pas authentique.

Remarquez aussi qu'Ibn Ishâq ne rapporte pas son avis, mais celui des chrétiens. Ainsi, ce que disent Ibn Ishâq et Wahb ibn Munabbih ne constitue pas à proprement parler un avis authentique islamique, mais ceux des Gens du Livre, ce qui n'est authentique du point de vue de l'exégèse islamique qu'à condition d'être confirmé par le Coran ou la Sunna.

Maintenant que nous avons vu les avis non authentiques rapportés par les exégètes, nous allons voir les avis qui sont authentiques :

- El Warraq dit : Dieu l'a fait mourir seulement sur la terre, et ceci n'est pas la véritable mort
- Al Rabi3 : La mort de Jésus est le sommeil
- El Hassan dit : Dieu l'a endormi. Dieu l'a fait mourir seulement sur terre. Il est au ciel. Le Prophète (sws) a dit au juifs : "Jésus n'est pas mort, il reviendra vers vous avant le jour du jugement"
- El Zabir dit : Dieu dit qu'il le suspendra
- Ibn Zayd dit : Dieu dit qu'il le suspendra, et il ne mourra qu'après avoir tué l'Antéchrist.

Ces personnes étant de grands savants et ils ne puisaient pas leurs informations chez les Gens du Livre (du moins de manière générale) mais dans le Coran et la Sunna, ce sont leurs dires qui sont authentiques du point de vue islamique. 

Maintenant il nous faut nous tourner vers Ibn Abbâs. Qu'a-t-il réellement dit ?

Ibn Abbâs et Ad-Dhahik rapportent le hadîth suivant :

« Lorsque Dieu décida d'élever à Lui Jésus fils de Marie, celui-ci entra dans la maison où se trouvaient douze de ses disciples. Jésus entra chez eux, la tête ruisselante d'eau et leur dit : « Il en est parmi vous qui me renieront douze fois après avoir cru en moi » Il dit ensuite : « Qui de vous accepte de prendre mon apparence et d'être tué à ma place et il sera avec moi au même degré (au Paradis) ? » Un jeune homme se leva alors et dit : « Moi ». Il lui dit : « Assieds-toi ». Il répéta la même question et c'est le même jeune homme qui se leva et répondit par oui. Jésus lui dit de s'asseoir une nouvelle fois et répéta la même question. Une fois encore, ce fut le jeune homme qui se leva et répondit par oui. Il lui dit alors : « oui, ce sera toi ! » Dieu lui donna l'apparence de Jésus, tandis que celui-ci fut élevé au Ciel par une ouverture dans la maison. Les soldats vinrent alors et emmenèrent le jeune homme qu'ils prirent pour Jésus ; ils le tuèrent et le crucifièrent. Certains des disciples de Jésus le renièrent douze fois après avoir ajouté foi en lui. Les chrétiens se divisèrent alors en trois catégories. La première a dit : « Dieu demeura parmi nous, autant qu'il voulut, ensuite il est monté au ciel » ; ce sont le Jacobites. La deuxième a dit : « Le fils de Dieu resta parmi nous, autant qu'il voulut, puis Dieu l'éleva à Lui » ; ce sont les Nestoriens. La troisième a dit : « Le serviteur et Messager de Dieu vécut parmi nous, autant que Dieu voulut, puis Dieu l'éleva à Lui » ; ce sont les monothéistes. Les deux premières sectes se liguèrent contre les monothéistes et les tuèrent. L'Islam (l'unicité) se dissipa alors jusqu'au moment ou Dieu envoya Muhammad, sur lui la grâce et la paix ». Ibn 'Abbâs a dit : « C'est la le sens de la parole du Très-Haut : « Nous aidâmes donc ceux qui crurent contre leur ennemi, et ils triomphèrent. » » (61,14).  Tafsir d'Al-Qurtubi sur le verset 3.55. Cette chaîne de transmission remontant à Ibn 'Abbâs est authentique selon les conditions de Muslim. Le Hadîth est aussi rapporté par An-Nasâ'î

Ibn Abbâs, Jubayr et As-Suddy : La signification de "ils ne l'ont certainement pas tué" est qu'ils ne l'ont pas tué bien qu'ils (les juifs) pensaient être certains de l'avoir tué. Tafsîr At-Tabarî & Al-Qurtubî  sur le verset 4.157.

Ainsi, nous voyons bien qu' Ibn Abbâs affirme que Jésus n'a pas été tué ni crucifié, mais qu'il a été élevé vivant au ciel par Dieu. Cela veut dire que lorsqu' Ibn Abbâs dit que la signification du mot tawafa est celle de la mort, Ibn Abbâs ne parlait pas de la mort au sens propre mais de la mort du sommeil, comme cela est rapporté par le Prophète (sws) qui disait à son réveil :

Abû Hourayra (que Dieu l'agrée) rapporte : Le Messager de Dieu  disait quand il était réveillé : «  Louange à Dieu qui nous a rendu la vie après nous avoir donné la mort et c'est vers lui que nous retournerons (Al-hamdu li Allâh illadhi ahyana ba'da maa amatana; wa ilayhi al-nushu)» (Rapporté par Al-Bukhârî, n° 6312 et Muslim, n° 2711).

Ainsi, Ibn Abbâs ne pouvait parler que de ce sens, à savoir une mort de Jésus identique à celle que nous avons dans notre sommeil. Et ce Hadîth est cité par tous les exégètes comme étant la preuve la plus authentique concernant le fait que Jésus n'est pas mort mais qu'il est dans un état de sommeil. Les exégètes citent aussi ces deux versets :

6.60
Et, la nuit, c'est Lui qui prend vos âmes (yatawaffakum), et Il sait ce que vous avez acquis pendant le jour. Puis Il vous ressuscite le jour afin que s'accomplisse le terme fixé. Ensuite, c'est vers Lui que sera votre retour, et Il vous informera de ce que vous faisiez.

39:42
Allah reçoit (prend) les âmes (tawaffa)  au moment de leur mort ainsi que celles qui ne meurent pas au cours de leur sommeil. Il retient celles à qui Il a décrété la mort, tandis qu'Il renvoie les autres jusqu'à un terme fixé. Il y a certainement là des preuves pour des gens qui réfléchissent. 

Ainsi, dans ces versets il y a deux types de personnes : Ceux dont Dieu prend les âmes et ne les rend pas, leurs terme est donc fixé, elles sont mortes. Et ceux dont Dieu prend les âmes et les rend, ce sont ceux qui ne sont pas encore mortes, ceux dont leur terme n'est pas encore fixé. Pour savoir à quelle catégorie Jésus appartient, nous devons savoir si le terme de Jésus est fixé ou non. Or étant donné que Jésus reviendra pour tuer l'antéchrist, qu'il sera un signe de la fin du monde (43.61) et qu'il mourra, on en déduit que Jésus n'a pas encore atteint son terme fixé. Aussi Jésus dit que tant qu'il vivra il fera la prière et l'aumône (19.31). Et lorsque Jésus reviendra pour tuer l'antéchrist et pour vivre avec les musulmans, il sera vivant. Or, si le terme de Jésus était fixé, il ne pourrait plus faire la Zakat, car Dieu dit qu'au moment de la mort, nos actions sont terminées :

63.10-11
Et dépensez de ce que Nous vous avons octroyé avant que la mort ne vienne à l'un de vous et qu'il dise alors : «Seigneur ! Si seulement Tu m'accordais un court délai: je ferais l'aumône et serais parmi les gens de bien». Allâh cependant n'accorde jamais de délai à une âme dont le terme est arrivé. Et Allah est Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites.

On en déduit que comme Jésus fera encore l'aumône lorsqu'il reviendra, il ne peut avoir atteint son terme fixé. Ainsi, Jésus ne peut être mort, et il est forcément compris dans la catégorie de ceux qui sont tawafa seulement dans leurs sommeils, comme l'indiquent les versets 6.60 et 39.42. Ainsi, la majorité des exégètes ont raison de dire que c'est l'avis le plus authentique. Nous en concluons que les deux seuls avis affirmant que Jésus est mort ou mourut ne sont pas authentiques car n'étant pas issus d'une opinion islamique (car nous étudions la mort de Jésus selon l'Islam et non pas selon le Christianisme), et que tout les avis islamiques enseignent que Jésus n'est pas mort, Ibn Abbâs y compris.


Pour ce qui est du verbe Tawaffa, à proprement parler, il n'implique pas nécessairement la mort comme l'explique Sheikh Abû Al-A'la Mawdudî dans son Tafsîr :

L'expression utilisée est mutawaffika. Le sens primitif de Tawaffa est de prendre ou de recevoir. « Prendre l'âme d'une personne » constitue le sens figuré plutôt que le sens littéral du terme. Ici, le mot est utilisé dans le sens du « rappel », par exemple, le rappel d'un fonctionnaire de son travail.   (Mawlana Sayyid Abû Al-A'la al-Mawdudi, Tafhîm Al-Qur'ân, 1:230-31.)



Ahmad Simozrag explique:

1- Wafat ici ne désigne pas nécessairement la mort. Ce mot peut avoir plusieurs sens tels que : rappeler, endormir, suspendre le cours de la vie. On trouve le même verbe ''tawaffa'' dans d'autres endroits du Coran avec une signification autre que la mort. Exemple : « wa houwa alladhi yatawaffakum billeil » (Et c'est Lui qui vous rappelle la nuit/ qui vous endormit la nuit/ qui suspend le cours de votre vie durant la nuit/ qui prend vos âmes la nuit) « Allah yatawaffa al anfus hina mawtiha wallati lam tamut fi manamiha » (Allah reçoit les âmes au moment de leur mort. Il reçoit aussi celles qui dorment sans être mortes » s39 v42

2-Les exégètes dont Tabari parlent de « wafat nawm » (endormissement de sommeil ou assoupissement ».

3-Wafat peut signifier ''appréhension'', ''reprise'', ''récupération'', ''entrer en possession de''. Al-Qortobi affirme que Dieu a élevé Jésus au ciel après l'avoir endormi. D'après cet exégète, le mot « tawaffaytani » signifie : Tu m'as rappelé, Tu m'as repris. Pour expliquer le sens du verbe ''tawaffa'', l'auteur cite l'exemple de celui qui recouvre, récupère ou entre en possession de son bien (tawaffaitu mêli, ghabadtuhu) (je suis entré en possession de mon bien, je l'ai récupéré, recouvré).

Le mot « tawaffaytani » doit être interprété à la lumière de l'autre verset affirmant que Jésus n'a pas été tué et n'a pas été crucifié. Ce verset oppose un démenti catégorique aux allégations des Juifs sur la prétendue mort de Jésus sur la croix.



Ibn Taymiyya écrit dans Al-Jawâb Us-Sahîh (vol.2, p.83) au sujet de la signification de ce terme: Ceci comprend trois formes ; la première : prendre dans le sommeil ; la seconde : prendre dans la mort et la troisième : prendre le corps et l'âme tous ensembles"


Et quand bien même, l'on accepterait que l'expression utilisée en Coran 3 :55 implique nécessairement la mort de Jésus alors rien ne prouve que cette mort a déjà eu lieu. Dieu dit:

"Inni moutawafika wa rafi3uka illay", c'est-à-dire, "Je vais te prendre (ou t'endormir ou te faire mourir) et t'élever vers Moi..."

Dans la langue arabe il y a ce qu'on appelle al-muqaddam wal mouakhar, un procédé de permutation, lorsque deux mots changent réciproquement de place dans une phrase. On avance le dernier et on fait reculer le premier. Aussi, le "wa" n'implique pas nécessairement un ordre chronologique, donc le verset peut être compris comme une élévation en premier temps, puis une mort (après avoir tué l'antéchrist). Ainsi, le "wa" implique la possibilité que le mot "mutawafika" (interprété dans le sens de mort) s'applique après le mot "rafi3uka", autrement dit l'élévation de Jésus avant sa future mort. Exemples :

69.4
Les Tamud et (wa) les Aad avaient traité de mensonge le cataclysme.

Or, les Aad sont venu avant les Tamud (7.74), pourtant les Tamud sont cités avant les Aad. Ainsi le "Wa" n'implique pas un ordre chronologique.

50/12-14 :
Avant eux, le peuple de Noé, les gens d'Ar-Rass et les Tamud crièrent au mensonge, de même que les Aad et Pharaon et les frères de Lot, et les gens d'Al-Aïka et le peuple de Tubbaa. Tous traitèrent les Messagers de menteurs. C'est ainsi que Ma menace se justifia.

Non seulement Thamud est placé avant Aad, mais aussi Pharaon est placé avant Lot alors que ce dernier vécut avant Pharaon. Ainsi Jésus peut mourir après l'accomplissement de sa mission en vertu du verset 3.55. C'est une opinion relatée dans le Tafsîr d'al-Tabarî :

Qattada et d'autres : Cela fait partie de ce qui est proche et de ce qui est éloigné, son sens est : « Je vais t'élever et te faire mourir » La mort de Jésus sera après l'avoir élevé. Tafsir al-Tabari sourate 3.55.


Le Mufti Taqî Uthmanî écrit en synthétisant cette interprétation:

Cependant, certains commentateurs authentiques, du Saint Coran l'ont aussi interprété dans le sens de "donner la mort", mais ils ne veulent pas dire que la mort de Sayyidna Isa (A.S) surviendra des mains de ses ennemis. Le vrai sens du verset, selon ses commentateurs est le suivant: Allâh le Tout-Puissant a dit deux choses pour réconforter Jésus à un moment où les Juifs étaient sur le point de le tuer. L'une : Que sa mort, ne viendra pas de leurs mains dans le sens d'un assassinat mais que ce sera une mort naturelle. Deux: dans le but de le sauver des plans maléfiques de ces gens, Allâh le Tout-Puissant, élèvera Jésus vers Lui. Cette explication est exactement ce qui a été rapporté de Sayyidna Ibn 'Abbas, r.a, tel que cité par  As-Suyuti dans son al-Durr al-Manthur v. 2, p. 36 sur l'autorité de plusieurs rapporteurs. L'essence de ce Tafsîr ou explication est que tawaffi signifie donner la mort, mais il y a un élément de priorité et d'ordre à prendre compte dans les mots utilisés. Le fait de (je vais t'élever) survient en premier et (je vais te donner la mort) plus tard. (....) Cela signifie que l'élévation vers Allah ne dureras pas éternellement, elle sera temporaire, puis il reviendra en ce monde mortel et l'emporteras sur les ennemis et plus tard, décédera de façon naturelle. (Mufti Taqi Uthmâni, Ma'ariful Qu'ran, volume 2, p.79)


Ainsi, même si Ibn Abbâs parlait de la mort réelle de Jésus, il s'agirait alors de celle d'après son retour sur terre.

Pour terminer, le Coran, lorsqu'il parle de la mort des Prophètes utilise des termes tels que "mawta" ou "qataluhu" ou des sens dérivés: 26.81; 40.34; 21.34; 2.133 34.14; 29.24....

On ne voit pas pourquoi il y aurait une exception pour Jésus si Dieu avait réellement voulu informer les gens de sa mort.

Nous continuons avec la partie : Jésus a t-il été crucifié selon l'islam?



Tounsidu20, Moussa Youssouf


01/04/2008
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 58 autres membres