La Bible, hébraïque ou Septante? (2/2)


Ceci continue la partie 1 :



LES MANQUES :

Bible Annotée sur 1Samuel 17.12 :

Tout le passage versets 12 à 31 est destiné à expliquer la présence de David au camp et à préparer ainsi le récit du combat dès la fin du verset 31. Les Septante omettent tout ce morceau, ainsi que le versets 41 à 50 et 55 à 58. David est introduit ici comme un personnage déjà connu (chapitre 16), mais les détails donnés sur sa famille, qui sont une répétition de ceux déjà donnés au chapitre 16, semblent indiquer que ce passage est tiré d'un autre document. L'adjectif démonstratif cet rappelle qu'il a déjà été parlé de lui.


Bible Annotée sur Exode 40.32 :

Le verset 32 manque dans les LXX. ainsi que le verset 28, la fin du 29 et les versets 30 et 31 (une partie de ces passages se trouvant au chapitre 38).


Bible Annotée sur Josué 10.21 :

Dans le camp. Ces mots manquent dans les Septante. En tout cas ils ne peuvent désigner qu'un camp provisoire en comparaison de celui de Guilgal.


Bible Annotée sur Josué 19.34 :

Et à Juda [par] le Jourdain. On ne connaît aucune ville du nom de Juda au sud du lac de Génézareth; c'est donc de la tribu de Juda qu'il est question. Comment cela est-il possible? On a pensé que Juda désignait ici le territoire de Jaïr, de l'autre côté du Jourdain, {#No 32:41 De 3:14} car Jaïr, tout en étant Manassite par sa grand' mère, fille de Makir, était de la tribu de Juda par son ancêtre paternel, Hetsron petit-fils de Juda. Mais pourquoi parler ici d'un territoire situé. au-delà du Jourdain et ne pas indiquer le Jourdain lui-même comme limite? Nous pensons plutôt que Juda et Nephthali, ayant tous deux le Jourdain pour limite orientale, pouvaient communiquer par ce fleuve sans être obligés de passer par les tribus qui les séparaient. Les Septante n'ont pas le mot Juda, ce qui ôte toute difficulté à ce passage.


Bible Annotée sur 1Samuel 17.12 :

Tout le passage versets 12 à 31 est destiné à expliquer la présence de David au camp et à préparer ainsi le récit du combat dès la fin du verset 31. Les Septante omettent tout ce morceau, ainsi que le versets 41 à 50 et 55 à 58. David est introduit ici comme un personnage déjà connu (chapitre 16), mais les détails donnés sur sa famille, qui sont une répétition de ceux déjà donnés au chapitre 16, semblent indiquer que ce passage est tiré d'un autre document. L'adjectif démonstratif cet rappelle qu'il a déjà été parlé de lui.


Bible Annotée sur Job 31.1 :

Attention à une vierge. Ceci nous transporte en plein sermon sur la montagne, {#Mt 5:27-28} et s'élève, en fait de délicatesse, bien au-dessus de ce qui a été dit aux anciens. Les Septante ont retranché ces quatre versets, probablement parce qu'ils les trouvaient d'un rigorisme exagéré. Les scrupules que Job exprime ici n'ont guère pu naître que chez un homme d'élite qui avait profité de la discipline de la loi (dixième commandement). Au reste, les regards ne sont pas séparés ici des péchés auxquels ils peuvent conduire.


Bible Annotée sur Proverbes 1.16 :

Ce verset manque dans les Septante, qui le remplacent par #Esa 59:7; aussi a-t-on pensé que nous avions ici, dans le texte hébreu, une importation postérieure du passage d'Esaïe. A tort, car notre verset a sa place bien marquée dans le contexte. Il se rattache logiquement à ce qui précède: leurs pieds correspond à ton pied (verset 15), et à ce qui suit: répandre le sang correspond à leur propre sang (verset 18). #Ro 3:15 cite notre verset, mais peut-être d'après #Esa 59:7, où il semble déjà être cité.


Bible Annotée sur Proverbes 1.16 :

Ce verset manque dans les Septante, qui le remplacent par #Esa 59:7;







LES DIVERGENCES :

Bible Annotée sur Osée 11.1 :

Dès l'Egypte j'ai appelé... Notre traduction dès l'Egypte nous paraît répondre mieux au texte que la traduction ordinaire: hors de l'Egypte. Quand Dieu veut parler de la sortie d'Egypte, il dit non: J'ai appelé, mais: J'ai tiré. Le verset 2 d'ailleurs ne permet pas le sens de faire sortir; car on voit bien là que le but de l'appel divin n'est pas la sortie d'Egypte, mais le service de Dieu. Quand Matthieu cite ce verset, {#Os 2:15} il le fait d'après la version des Septante qui a traduit: hors de.

 

Bible Annotée sur Amos 9.12 :

Ces versets 11 et 12 sont cités par Jacques, #Ac 15:16-17, dans le concile de Jérusalem, comme parole des prophètes. La citation apostolique diffère notablement du texte des Septante, qui lui-même s'écarte déjà sensiblement du texte hébreu c'est-à-dire qu'il y a une grande divergence entre le texte d'Amos et la citation de Jacques. La pensée fondamentale reste néanmoins la même sous cette différence de formes. Jacques trouve avec raison dans la parole d'Amos (qu'il ne cite que comme un exemple, entre beaucoup d'autres déclarations prophétiques semblables) l'annonce de l'entrée des païens dans l'Eglise par le seul fait de l'adoration du nom de Jéhova.

 

Bible Annotée sur Genèse 46.26 :

Soixante-et-dix. C'est le nombre total des membres de la famille patriarcale établis en Egypte, en comptant cette fois Joseph et ses deux fils et enfin Jacob lui-même. Ce nombre a peut-être aux yeux de l'auteur une valeur symbolique. Remarquons aussi que chacune des servantes a la moitié du nombre des descendants de sa maîtresse. L'auteur aura voulu arriver à des chiffres symétriques. Le morceau correspondant des LXX diffère du texte hébreu en plusieurs points: huit noms ne sont pas les mêmes dans les deux listes; un nom, Huppim, fils de Benjamin, manque dans les LXX; d'un autre côté, à Joseph se rattachent cinq noms de plus: Makir, fils de Manassé, Palam et Santalaam, fils d'Ephraïm, Galaad, fils de Makir, et Edom, fils de Santalaam. On voit que les LXX suivent les descendants de Joseph jusqu'à la cinquième génération. Ils font de même de ceux de Benjamin: au lieu de dix fils, Benjamin aurait eu trois fils, cinq petits-fils et un arrière-petit-fils, qui portent les noms attribués aux fils dans le texte hébreu. Quant aux nombres indiqués, les LXX parlent aussi de soixante-six personnes descendues avec Jacob en Egypte; mais grâce aux cinq petits-fils et arrière-petits-fils qu'ils attribuent à Joseph, ils indiquent soixante-quinze au lieu de soixante-dix comme nombre total. Dans #Ac 7:14, Etienne, suivant la version des LXX, parle aussi de soixante-quinze personnes. Le nom de Huppim, fils de Benjamin, omis dans les LXX, devait précédemment s'y trouver, car en faisant le compte de leur liste, on arrive aux chiffres soixante-cinq et soixante-quatorze, ait lieu de soixante-six et soixante-quinze. Il est difficile d'expliquer ces divergences entre le texte hébreu et le texte grec. En ces cas, il nous semble qu'il faut donner raison au texte hébreu; les LXX auront en ce qui concerne Joseph et Benjamin corrigé le texte primitif pour le rendre plus conforme à #No 26 où sont indiqués les noms des pères de toutes les sous-tribus israélites (mischpachoth). Cependant la généalogie de Benjamin est loin d'être identique dans les deux passages. D'après les versets 6, 26 et 27, il semblerait que nous ayons ici le catalogue de ceux qui descendirent en Egypte avec Jacob. Mais ce ne peut être le cas, d'après les données de la liste elle-même. Ruben, qui n'avait que deux fils quelques mois auparavant, {#Ge 42:37} se trouve ici en avoir quatre (verset 9). Les deux fils de Pérets, Hetsron et Hamul, ont dû naître en Egypte, leur père étant né peu avant le départ pour ce pays; comparez #Ge 38:1, note, et #Ge 38:29. La difficulté ne serait pas expliquée si l'on supposait que l'événement raconté au commencement du chapitre 38 s'était passé avant que Joseph eût été vendu. Juda, en effet, qui n'avait que vingt ans lors de la vente de Joseph et quarante-deux ou quarante-trois lors de la descente en Egypte (comme cela résulte de #Ge 30:24, note; #Ge 41:47 45:6), ne saurait avoir eu déjà avant d'y venir des petits-fils comme Hetsron et. Hamul, qui, d'après le chapitre 38, auraient pu être ses arrière-petits-fils. Enfin il n'est pas possible que Benjamin, qui paraît dans tout ce récit comme un très jeune homme, ait eu déjà dix fils, ou même (selon les LXX) des petits-fils et des arrière-petits-fils. L'intention de cette liste a donc été de conserver les noms de tous ceux qui sont devenus chefs de famille dans chaque tribu. Elle n'a certainement pas été fabriquée d'après celle de #No 26; car cinq de ces noms ne se retrouvent pas dans les Nombres, sans doute parce que les familles issues de ces hommes s'étaient éteintes de bonne heure.

 

Bible Annotée sur Exode 1.1 :

Nous admettons, avec Exode #Ex 12:40, que le séjour des Israélites en Egypte fut de 430 ans, malgré les objections que l'on a fait valoir contre cette date. La version grecque des LXX corrige le texte original en faisant rentrer dans ces 430 ans les 215 ans que les patriarches passèrent dans le pays de Canaan depuis la vocation d'Abraham jusqu'au départ de Jacob pour l'Egypte. Paul parait suivre cette opinion #Ga 3:17; mais en examinant le texte grec, on se convainc facilement que les LXX ont fait une correction et que l'hébreu est le vrai texte original. C'est ce que confirme la prophétie #Ge 15:13-16 qui annonce à Abraham en chiffres ronds que sa postérité sera asservie pendant quatre cents ans dans un pays étranger.

 

Bible Annotée sur Exode 12.40 :

Quatre cent trente ans. Au lieu des mots en Egypte, les LXX disent, corrigeant le texte: en Egypte et dans le pays de Canaan et le texte samaritain, pour améliorer cette correction: dans le pays de Canaan et en Egypte. D'après ces deux versions, par conséquent, les 430 ans devraient se compter non depuis l'établissement de Jacob en Egypte, mais depuis l'appel d'Abraham, {#Ge 12} et comme il s'est écoulé 215 ans de la vocation d'Abraham à l'entrée de Jacob en Egypte, il ne resterait que 215 ans, au lieu de 430, pour le séjour des Israélites dans ce pays. Plusieurs critiques modernes défendent ce dernier chiffre et condamnent le texte massorétique. Mais en adoptant le chiffre de 215 ans pour le séjour en Egypte, on rend plus difficile à expliquer l'immense accroissement de la nation israélite pendant ce temps; et l'on met l'Exode en contradiction avec #Ge 15:13, où Dieu annonce à Abraham un exil et une servitude qu'auront à subir ses descendants pendant quatre cents ans. On allègue sans doute le petit nombre de générations indiquées dans quelques listes généalogiques; ainsi, dans la généalogie #Ex 6:16 et suivants, quatre générations seulement entre Lévi et Moïse. Nous avons discuté cette question (voir la note sur ce passage). Un grand nombre de généalogies présentent pour le même temps beaucoup plus de générations: #No 26:29 et suivants; #Ex 27:1 Jos 17:3 (de Joseph à Tsélophcad), six; #Ru 4:18 et suivants; #1Ch 2:5-10 (de Juda à Nahason), six; #1Ch 2:20 (de Juda à Betsaléel), sept; #1Ch 7:20 et suivants (de Joseph à Josué), dix. Tsélophead, Nahason, Betsaléel, Josué, sont tous des contemporains de Moise. Ce chiffre de dix générations (en comptant chaque génération à quarante ans) convient en gros au chiffre de 430 ans, mais il serait beaucoup trop fort pour une durée de 215 ans seulement. Saint Paul parait accepter la chronologie des LXX, #Ga 3:17. Mais cela n'est pas parfaitement sûr, puisqu'il peut dater l'époque de la promesse non du moment où elle a commencé (avec Abraham), mais de celui où elle a fini (au départ de Jacob pour l'Egypte). Il se trouverait ainsi en parfait accord avec l'Exode (texte hébreu).

 
Bible Annotée sur 1Samuel 13.20 :

Ce tableau paraît si exagéré qu'on a proposé soit de corriger le texte, soit même de le traduire en ce sens que les Israélites ne pouvaient fabriquer les instruments de labourage. Ce sens paraît être celui qu'ont adopté les Septante. Le verset 21 qui, en hébreu, ne présente aucun sens, signifierait dans ce cas qu'ils pouvaient seulement les aiguiser. Nous ne nous sommes pas permis d'introduire ce sens dans la traduction.

 

Bible Annotée sur 1Samuel 14.18 :

Fais approcher l'arche. La présence de l'arche est ici un trait tout-à-fait inattendu et le terme fais approcher, qui s'applique ordinairement à l'éphod, dans lequel le souverain sacrificateur portait l'Urim et le Thummin, étonne également. De là la correction des Septante: Apporte l'éphod. Pour défendre le texte ordinaire, il faudrait supposer que le sacrificateur ne devait consulter l'Urim que devant l'arche, symbole de la présence divine.

 

Bible Annotée sur 2Chroniques 26.8 :

Les Ammonites. Les LXX lisent ici les Méunites, comme au verset 7.

 

Bible Annotée sur 2Chroniques 28.1 :

Vingt ans, ou plutôt, d'après les Septante et d'autres versions: vingt-cinq ans. Voir #2Ro 16:2, note.

 

Bible Annotée sur Esdras 4.10 :

Osnappar. Comme il s'agit ici (voir la suite du verset) des étrangers transportés dans la ville, de Samarie et lieux circonvoisins, et que nous savons par #2Ro 17:24 que c'est Asarhaddon qui a opéré ce transfert, on pourrait penser que Osnappar n'est qu'un autre nom ou un surnom de ce roi. Mais les Septante ne l'ont pas entendu ainsi, car ils ont rendu Osnappar par Assénaphar, et Asarhaddon par Asaradan, deux noms trop différents l'un de l'autre pour qu'on puisse les identifier. D'ailleurs Osnappar, bien que grand et illustre, n'est pas appelé roi. Il est donc plus naturel de le regarder comme un général ou satrape qui dirigea cette vaste transplantation de peuplades de l'extrême Orient en Samarie et à l'occident de l'Euphrate.

 

Bible Annotée sur Néhémie 3.20 :

Baruc, fils de Zabbaï, répara avec ardeur. Ces deux derniers mots étonnent, car nulle part dans tout le chapitre n'est indiquée la disposition dans laquelle ont travaillé les diverses escouades; puis les LXX semblent n'avoir pas eu sous les yeux le mot que nous rendons ainsi. On a proposé de lire, avec une très légère modification, héhara: vers la montagne, dans la direction de la montée (au lieu de héhéra).

 

Bible Annotée sur Esther 1.1 :

Le caractère historique du livre d'Esther a été assez vivement contesté. Il n'est pas difficile, il est vrai, d'identifier le roi Assuérus (Ahaschvérosch) avec l'un des souverains les plus connus de la Perse, c'est-à-dire avec Xerxès premier, et non pas, comme le voulaient les Septante, avec Artaxerxès Longuemain.

 

Bible Annotée sur Esther 10.3 :

Quant au chiffre de 75000 personnes tuées, les Septante ne parlent que de 15000, soit qu'ils aient eu sous les yeux un autre texte, soit, ce qui est plus probable, qu'ils aient voulu diminuer la défaveur qui pouvait rejaillir d'un pareil massacre sur les Juifs aux yeux des Gentils. Mais il n'y a rien dans ce total de 75000 personnes qui dépasse les proportions que prennent en Orient des événements analogues. Puis il ne faut pas perdre de vue l'immensité de l'empire….Une dernière remarque: Le livre d'Esther présente dans les Septante et la Vulgate un certain nombre de morceaux qui ne se trouvent pas dans le texte hébreu.

 

Bible Annotée sur Psaumes 20.9 :

Le psaume se termine par une invocation. Les Septante et plusieurs interprètes modernes traduisent: Eternel, délivre le roi! Qu'il (l'Eternel) nous exauce au jour où.... Cette leçon fait l'effet d'une correction du texte primitif. D'après notre traduction, conforme au texte hébreu, le titre de Roi est appliqué ici à l'Eternel. Le peuple qui vient de prier pour son roi, se rappelle (et c'est ici pour lui un nouveau motif de confiance) que son vrai Roi est l'Eternel, et qu'il ne manquera pas de défendre sa propre cause.

 

Bible Annotée sur Psaumes 40.6 :

A ces mots: Tu m'as percé les oreilles, les Septante substituent ceux-ci: Tu m'as formé un corps. Cette leçon, issue peut-être d'une faute de copiste, a été admise d'autant plus facilement, qu'elle oppose aux victimes lévitiques le corps même de l'homme, destiné à être consacré à Dieu. C'est cette idée que développe l'épître aux Hébreux, en citant notre psaume. {#Heb 10:5}

 

Bible Annotée sur Proverbes 3.11 :

11 et 12 Après les conseils adressés à l'homme dont les affaires prospèrent, en voici qui regardent celui que visite l'adversité. Ces versets sont cités #Heb 12:5, d'après les Septante, qui, au lieu de comme un père (oukeav), ont lu il châtie (jakeïv). Ils expriment l'idée qu'expose Elihu, dans les chapitres 32 à 37 de Job: les épreuves que Dieu envoie aux siens ont pour mobile l'amour, et pour but le perfectionnement du fidèle.

 

Bible Annotée sur Proverbes 21.6 :

Quelques interprètes préfèrent admettre une légère correction du texte, déjà reproduite par la traduction des Septante: Ce sont des pièges mortels. {#1Ti 6:9}

 

Bible Annotée sur Jérémie 11.15 :

Pour rendre le texte de ce verset intelligible, les Septante y avaient déjà apporté quelques modifications, et leur exemple est généralement suivi. Nous n'avons pas cru nécessaire de recourir à ce moyen. Dans ce verset, Jérémie reproche à Israël d'allier les formes extérieures de la religion à une vie de péché; comparez avec le chapitre 7.

 

Bible Annotée sur Ezéchiel 48.35 :

Ainsi que nous l'avons signalé dans quelques notes, nous nous sommes partout conformés, dans la traduction, au texte hébreu tel que la tradition juive nous l'a transmis. Ce texte nous paraît, principalement dans les neuf derniers chapitres d'Ezéchiel, avoir une supériorité marquée sur le texte souvent arbitraire de la traduction grecque dite des Septante, d'après lequel la plupart des commentateurs croient devoir corriger le texte hébreu. Un seul passage {#Eze 40:49} fait peut-être exception.

 

Bible Annotée sur Malachie 2.3 :

Je ferai manquer vos semences. Les semences que le peuple répand sur ses terres sont indirectement celles des sacrificateurs, puisque ceux-ci en retirent la dîme. C'était menacer à la fois le peuple et les sacrificateurs de la famine. Les LXX et la Vulgate ont lu zeroa (bras, épaule), au lieu de zérâ (semence), ce qui signifierait ou bien: Je vous ôterai l'épaule des victimes (qui rentrait dans la portion attribuée au sacrificateur); ou bien: Je tancerai votre bras; en vous rendant incapables d'accomplir votre office à l'autel. Le texte hébreu ne permet que le sens adopté.

 



Nous voyons que la version des Septante contient plusieurs erreurs, elle ajoutent plusieurs mots, versets ou même livres. Elle retranche également plusieurs paroles. Et elle divergent en plusieurs points avec le texte original. Et bien évidemment, les auteurs du Nouveau Testament n'ont pas vérifiés si la traduction était conforme au texte de base :

 

Johnson sur Actes 7.14 :

Soixante-quinze personnes. On peut retrouver le détail du nombre de personnes qui allèrent en Egypte, dans #Ge 46:27 La version des Septante, celle qui est citée par Christ et les apôtres, et donc par Etienne ici, ajoute, après les soixante-six: "Et Joseph eut neuf fils nés en Egypte." Ces neuf ajoutés aux soixante-six font bien les soixante-quinze dont parle Etienne. Pourquoi ce passage est omis dans de nombreux textes hébreux, on ne le sait pas, mais Etienne suit simplement le texte reçu par Christ, les apôtres, et les Juifs en général.

 

Bible Annotée sur Proverbes 3.11 :

11 et 12 Après les conseils adressés à l'homme dont les affaires prospèrent, en voici qui regardent celui que visite l'adversité. Ces versets sont cités #Heb 12:5, d'après les Septante, qui, au lieu de comme un père (oukeav), ont lu il châtie (jakeïv). Ils expriment l'idée qu'expose Elihu, dans les chapitres 32 à 37 de Job: les épreuves que Dieu envoie aux siens ont pour mobile l'amour, et pour but le perfectionnement du fidèle.

Bible Annotée sur Hébreux 1.6 :

Les mots: que tous les anges de Dieu l'adorent, se lisent #De 32:43 dans la version grecque des Septante, mais non dans le texte hébreu. Ceci n'était pas pour empêcher notre auteur de se fonder sur ce passage, car nous avons remarqué déjà (Introduction) qu'il cite régulièrement la version des Septante sans la contrôler d'après le texte hébreu.

 

Bible Annotée sur Hébreux 10.7 :

-La traduction grecque des Septante dont se servait l'auteur, au lieu des mots du Psaume: "Tu m'as ouvert les oreilles," porte ceux-ci: Tu m'as formé un corps.

Que ce soit le texte original des Septante, ou que ce soit une variante qui doive son origine à une faute de copiste (les critiques sont divisés sur cette question, parce qu'en effet quelques anciens manuscrits des Septante portent: "Tu m'as formé les oreilles"), notre auteur cite ici comme toujours la version qu'il avait sous les yeux, sans en corriger les fautes d'après l'hébreu. (Voir l'Introduction) Calvin remarque à ce sujet: "Les apôtres n'ont pas été si scrupuleux à réciter les propres mots, moyennant qu'ils se gardassent de faussement abuser de l'Ecriture à leur profit."


Bible Annotée sur Joël 2.29 :

Aussi cette promesse a-t-elle paru si invraisemblable aux auteurs de la traduction des Septante, qu'ils ont ajouté le mot mes qui n'est pas dans le texte (mes serviteurs...) et trouvé le moyen d'appliquer ainsi cette expression non plus aux esclaves proprement dits, mais à tous les Israélites, hommes et femmes, en général. Ce mes a passé dans la citation de Pierre, #Ac 2:18.

 

Bible Annotée sur Psaumes 40.6 :

A ces mots: Tu m'as percé les oreilles, les Septante substituent ceux-ci: Tu m'as formé un corps. Cette leçon, issue peut-être d'une faute de copiste, a été admise d'autant plus facilement, qu'elle oppose aux victimes lévitiques le corps même de l'homme, destiné à être consacré à Dieu. C'est cette idée que développe l'épître aux Hébreux, en citant notre psaume. {#Heb 10:5}

 

 

Comment ce fait-il que les auteurs du Nouveau Testament, qui étaient sensé être inspiré par le Saint-Esprit, n'ont pas réussit à éviter ces lacunes?

 

 




14/09/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 58 autres membres