Les conséquences du non retour de Jésus


 

Un grand problème dans la doctrine de nos amis chrétiens, est le fait que Jésus avait promit à ses disciples de revenir bientôt. Pourtant, 2 000 ans se sont écoulés, et Jésus n'est pas  venu. Comment expliquer cela ? C'est la question qui nous embarrasse.

Lisons ce que les auteurs des évangiles ont fait dire à Jésus :

 

Marc 13

1  Lorsque Jésus sortit du temple, un de ses disciples lui dit : Maître, regarde quelles pierres, et quelles constructions !

2  Jésus lui répondit : Vois–tu ces grandes constructions ? Il ne restera pas pierre sur pierre qui ne soit renversée.

3  Il s'assit sur la montagne des oliviers, en face du temple. Et Pierre, Jacques, Jean et André lui firent en particulier cette question:

4  Dis–nous, quand cela arrivera–t–il, et à quel signe connaîtra–t–on que toutes ces choses vont s'accomplir ?

5  Jésus se mit alors à leur dire : Prenez garde que personne ne vous séduise.

6  Car plusieurs viendront sous mon nom, disant ; C'est moi. Et ils séduiront beaucoup de gens.

7  Quand vous entendrez parler de guerres et de bruits de guerres, ne soyez pas troublés, car il faut que ces choses arrivent. Mais ce ne sera pas encore la fin.

8  Une nation s'élèvera contre une nation, et un royaume contre un royaume ; il y aura des tremblements de terre en divers lieux, il y aura des famines. Ce ne sera que le commencement des douleurs.

9  Prenez garde à vous–mêmes. On vous livrera aux tribunaux, et vous serez battus de verges dans les synagogues ; vous comparaîtrez devant des gouverneurs et devant des rois, à cause de moi, pour leur servir de témoignage.

10  Il faut premièrement que la bonne nouvelle soit prêchée à toutes les nations.

11  Quand on vous emmènera pour vous livrer, ne vous inquiétez pas d'avance de ce que vous aurez à dire, mais dites ce qui vous sera donné à l'heure même ; car ce n'est pas vous qui parlerez, mais l'Esprit–Saint.

12  Le frère livrera son frère à la mort, et le père son enfant ; les enfants se soulèveront contre leurs parents, et les feront mourir.

13  Vous serez haïs de tous, à cause de mon nom, mais celui qui persévérera jusqu'à la fin sera sauvé.

14  Lorsque vous verrez l'abomination de la désolation établie là où elle ne doit pas être, –que celui qui lit fasse attention, –alors, que ceux qui seront en Judée fuient dans les montagnes ;

15  que celui qui sera sur le toit ne descende pas et n'entre pas pour prendre quelque chose dans sa maison ;

16  et que celui qui sera dans les champs ne retourne pas en arrière pour prendre son manteau.

17  Malheur aux femmes qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en ces jours–là !

18  Priez pour que ces choses n'arrivent pas en hiver.

19  Car la détresse, en ces jours, sera telle qu'il n'y en a point eu de semblable depuis le commencement du monde que Dieu a créé jusqu'à présent, et qu'il n'y en aura jamais.

20  Et, si le Seigneur n'avait abrégé ces jours, personne ne serait sauvé ; mais il les a abrégés, à cause des élus qu'il a choisis.

21  Si quelqu'un vous dit alors : Le Christ est ici, ou : Il est là, ne le croyez pas.

22  Car il s'élèvera de faux Christs et de faux prophètes ; ils feront des prodiges et des miracles pour séduire les élus, s'il était possible.

23  Soyez sur vos gardes : je vous ai tout annoncé d'avance.

24   Mais dans ces jours, après cette détresse, le soleil s'obscurcira, la lune ne donnera plus sa lumière,

25  les étoiles tomberont du ciel, et les puissances qui sont dans les cieux seront ébranlées.

26  Alors on verra le Fils de l'homme venant sur les nuées avec une grande puissance et avec gloire.

27  Alors il enverra les anges, et il rassemblera les élus des quatre vents, de l'extrémité de la terre jusqu'à l'extrémité du ciel.

28  Instruisez–vous par une comparaison tirée du figuier. Dès que ses branches deviennent tendres, et que les feuilles poussent, vous connaissez que l'été est proche.

29  De même, quand vous verrez ces choses arriver, sachez que le Fils de l'homme est proche, à la porte.

30  Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera point, que tout cela n'arrive.

 

Matthieu 24

1  Comme Jésus s'en allait, au sortir du temple, ses disciples s'approchèrent pour lui en faire remarquer les constructions.

2  Mais il leur dit : Voyez–vous tout cela ? Je vous le dis en vérité, il ne restera pas ici pierre sur pierre qui ne soit renversée.

3  Il s'assit sur la montagne des oliviers. Et les disciples vinrent en particulier lui faire cette question : Dis–nous, quand cela arrivera–t–il, et quel sera le signe de ton avènement et de la fin du monde ?

4  Jésus leur répondit : Prenez garde que personne ne vous séduise.

5  Car plusieurs viendront sous mon nom, disant : C'est moi qui suis le Christ. Et ils séduiront beaucoup de gens.

6  Vous entendrez parler de guerres et de bruits de guerres : gardez–vous d'être troublés, car il faut que ces choses arrivent. Mais ce ne sera pas encore la fin.

7  Une nation s'élèvera contre une nation, et un royaume contre un royaume, et il y aura, en divers lieux, des famines et des tremblements de terre.

8  Tout cela ne sera que le commencement des douleurs.

9  Alors on vous livrera aux tourments, et l'on vous fera mourir ; et vous serez haïs de toutes les nations, à cause de mon nom.

10  Alors aussi plusieurs succomberont, et ils se trahiront, se haïront les uns les autres.

11  Plusieurs faux prophètes s'élèveront, et ils séduiront beaucoup de gens.

12  Et, parce que l'iniquité se sera accrue, la charité du plus grand nombre se refroidira.

13  Mais celui qui persévérera jusqu'à la fin sera sauvé.

14  Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin.

15  C'est pourquoi, lorsque vous verrez l'abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, établie en lieu saint, –que celui qui lit fasse attention !

16  alors, que ceux qui seront en Judée fuient dans les montagnes ;

17  que celui qui sera sur le toit ne descende pas pour prendre ce qui est dans sa maison ;

18  et que celui qui sera dans les champs ne retourne pas en arrière pour prendre son manteau.

19  Malheur aux femmes qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en ces jours–là !

20  Priez pour que votre fuite n'arrive pas en hiver, ni un jour de sabbat.

21  Car alors, la détresse sera si grande qu'il n'y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu'à présent, et qu'il n'y en aura jamais.

22  Et, si ces jours n'étaient abrégés, personne ne serait sauvé ; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés.

23  Si quelqu'un vous dit alors: Le Christ est ici, ou : Il est là, ne le croyez pas.

24  Car il s'élèvera de faux Christs et de faux prophètes ; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s'il était possible, même les élus.

25  Voici, je vous l'ai annoncé d'avance.

26  Si donc on vous dit : Voici, il est dans le désert, n'y allez pas ; voici, il est dans les chambres, ne le croyez pas.

27  Car, comme l'éclair part de l'orient et se montre jusqu'en occident, ainsi sera l'avènement du Fils de l'homme.

28  En quelque lieu que soit le cadavre, là s'assembleront les aigles.

29  Aussitôt après ces jours de détresse, le soleil s'obscurcira, la lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlées.

30  Alors le signe du Fils de l'homme paraîtra dans le ciel, toutes les tribus de la terre se lamenteront, et elles verront le Fils de l'homme venant sur les nuées du ciel avec puissance et une grande gloire.

31  Il enverra ses anges avec la trompette retentissante, et ils rassembleront ses élus des quatre vents, depuis une extrémité des cieux jusqu'à l'autre.

32  Instruisez–vous par une comparaison tirée du figuier. Dès que ses branches deviennent tendres, et que les feuilles poussent, vous connaissez que l'été est proche.

33  De même, quand vous verrez toutes ces choses, sachez que le Fils de l'homme est proche, à la porte.

34  Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera point, que tout cela n'arrive.

 

 


Les auteurs des évangiles font dire à Jésus que toutes les épreuves de la fin du monde se produiront durant la même génération, et qu'à ce moment-là, Jésus descendra. Or ceci est une énorme erreur. Facealislam conscient de cela, a tenté une réponse :

 

Par rapport à Matthieu 24:34, il y a trois réponses possibles. Une première est de considérer le fait que, le terme "génération" est en grec geneous , lequel est un synonyme de gènes qui peut signifier race. Par conséquent, la compréhension est que la race des Juifs à qui Jésus s'adressait ne passerait pas jusqu'à ce que cela arrive.

Une deuxième est que, Jésus a pu ne pas s'être référé à sa génération intrinsèquement, mais à la génération qui serait témoin des signes que le Christ a prévu comme devant se produire avant son avènement. (Cf. Matthieu 24:15-33)

Une troisième est que, le Christ a pu tout simplement ne pas s'être référé à son avènement. Plutôt, le Christ a pu s'être référé à sa venue dans le jugement contre Jérusalem. Le Christ avait prévu que le Temple et les habitants de Jérusalem seraient détruits. Ceci est confirmé à la lumière de ce qui est dit ailleurs dans les Saintes Ecritures :

Ils produisirent de faux témoins, qui dirent : Cet homme ne cesse de proférer des paroles contre le lieu saint et contre la loi ; car nous l'avons entendu dire que Jésus, ce Nazaréen, détruira ce lieu, et changera les coutumes que Moïse nous a données. Tous ceux qui siégeaient au sanhédrin ayant fixé les regards sur Etienne, son visage leur parut comme celui d'un ange. Actes 6:13-15

Bien que ces hommes aient essayé d'accuser faussement Etienne, il y avait une certaine vérité dans ce qu'ils disaient puisque Jésus avait prévu la destruction du Temple :

 Comme Jésus s'en allait, au sortir du temple, ses disciples s'approchèrent pour lui en faire remarquer les constructions. Mais il leur dit : Voyez–vous tout cela ? Je vous le dis en vérité, il ne restera pas ici pierre sur pierre qui ne soit renversée. Matthieu 24:1-2

Comme il approchait de la ville, Jésus, en la voyant, pleura sur elle, et dit : Si toi aussi, au moins en ce jour qui t'est donné, tu connaissais les choses qui appartiennent à ta paix ! Mais maintenant elles sont cachées à tes yeux. Il viendra sur toi des jours où tes ennemis t'environneront de tranchées, t'enfermeront, et te serreront de toutes parts ; ils te détruiront, toi et tes enfants au milieu de toi, et ils ne laisseront pas en toi pierre sur pierre, parce que tu n'as pas connu le temps où tu as été visitée. Luc 19:41-44

Par conséquent, il n'y a aucune prévision fausse mais seulement une interprétation fausse sur la Sainte Bible.


http://facealislam.free.fr/jesus-fausse-prediction.htm





Facealislam semble se moquer de ses lecteurs. Sa réponse ne tient sur rien. Pour prouver cela, nous allons citer ce que dit la Bible Annotée. Mais avant, qu'est-ce que la Bible Annotée ? La Bible Annotée est un exégèse de la Bible fait par des savants chrétiens, et il s'agit de l'une des meilleurs explication de la Bible. Pour preuve, voici ce qui est dit à son propos :

 

Malgré son titre sans prétention et son grand âge, la Bible Annotée, ou Bible de Neuchâtel, reste une œuvre inégalée. Elle se compose d'une traduction française originale de l'Ancien Testament, et d'un commentaire accompagnant chaque verset ou presque. Les premiers fascicules ont paru au début de l'année 1879, sous une désignation collective et anonyme :

La Bible annotée, par une société de théologiens et de pasteurs ; l'ouvrage complet fut achevé au début de l'année 1900.

(Une édition en 5 volumes parut chez Attinger, 1889 ; mais d'après une lettre de F. Godet à l'abbé Le Camus, datant de 1900, il semble que les dernières notes venaient d'être ajoutées, ou peut-être une ou deux années auparavant.)

Le comité de rédaction se réunissait sous la direction de Frédéric Godet et comprenait notamment :

 

    * Félix Bovet (1824-1903), pour la traduction

    * Charles Monvert (1842-1904), historien

    * Henri de Rougemont (1839-1900), écrivain, secrétaire du comité

    * Augustin Gretillat (1837-1894), théologien

    * Louis Aubert (1856-1936), théologien

    * Georges Godet (1845-1907), fils de Frédéric et principal rédacteur

 

    Conçue au départ dans le but de mettre à la portée des simples fidèles une exégèse de l'Ancien Testament, la Bible Annotée n'en est pas moins, encore aujourd'hui, bien supérieure, sur le plan de l'érudition et de la qualité exégétique, à bon nombre de commentaires plus modernes. C'est qu'elle a su réunir, sous la tutelle de Frédéric Godet, deux qualités qui devraient toujours être les marques du véritable protestantisme évangélique : l'honnêteté intellectuelle et la piété. Le succès immédiat rencontré par les célèbres notes n'a guère cessé depuis plus d'un siècle, puisqu'elles sont toujours réclamées dans les librairies bibliques. La traduction française du texte hébreu eut même une singulière aventure : on la retrouve par morceaux entiers dans la Bible Crampon, version catholique bien connue. David Lortsch, auteur d'une Histoire de la Bible s'exprime ainsi à son sujet :

"Traduction excellente, qui observe un juste milieu entre la liberté et le littéralisme. Au point de vue du mouvement, de la coloration du style, il y a un progrès réel sur Segond."

 

http://epelorient.free.fr/ba_page.html

http://members.aol.com/_ht_a/epelorient/ba_page.html

http://www.levangile.com/Annotee/Biographie-Frederic-Godet.php

 



Il est donc reconnu que la Bible Annotée est une œuvre qui fait largement autorité chez les savants chrétiens (réformés), et que c'est la meilleure exégèse de la Bible. Intéressant, il semble que Facealislam utilise souvent la Bible Annotée pour répondre à des allégations. Par exemple, Facealislam a utilisé la Bible Annotée dans pas moins de 15 articles :

 

http://facealislam.free.fr/tounsidu20-bapteme.htm

http://facealislam.free.fr/Tounsidu20-jesus-peche.html

http://facealislam.free.fr/Tounsidu20-jesus-roi.htm

http://facealislam.free.fr/moussa_youssouf-islamVSchristianisme.htm

http://facealislam.free.fr/tounsidu20-shirk-jure.htm

http://facealislam.free.fr/reponse_Simozrag8.html

http://facealislam.free.fr/reponse_Simozrag3.html

http://facealislam.free.fr/tounsidu20-ismael-isaac.htm

http://facealislam.free.fr/deluge-120.html

http://facealislam.free.fr/tounsidu20-droite-dieu.htm

http://facealislam.free.fr/reponse_Simozrag10.html

http://facealislam.free.fr/jean-petit.htm

http://facealislam.free.fr/isaie%20.htm

http://facealislam.free.fr/reponse_Simozrag1.html

http://facealislam.free.fr/bethleem_herode.html

 



Maintenant que nous savons que la Bible Annotée est l'une des toutes meilleure exégèse Biblique fait par des savants chrétiens, et que facealislam utilise souvent la Bible Annotée, voyons ce que dit la Bible Annotée sur les versets de Matthieu 24.29-34 et Marc 13.30 :

 

Bible Annotée sur Matthieu 24.29 :

29 à 51 Le retour de Christ. Exhortation à la vigilance.

Jésus a commencé à #Mt 24:27 à décrire les signes de sa dernière venue, et il va continuer, répondant ainsi à la seconde question des disciples. (#Mt 24:3, note; comp. #Mt 24:4, note.) Ici se présente une difficulté qui a fait le tourment des exégètes. Ceux d'entre eux qui rapportent ces mots: l'affliction de ces jours-là, à la ruine de Jérusalem, {#Mt 24:15-22} doivent arriver à cette conclusion: ou que Jésus a placé le moment de son retour aussitôt après cette grande catastrophe, et que par conséquent il s'est trompé et a induit en erreur ses disciples; ou bien que les évangélistes ont fait une confusion en rapportant ce discours. {Voir #Mt 24:34, note.} Car toutes les tentatives faites pour se de la et débarrasser de ce mot précis: aussitôt après, ont manqué leur but. Mais est-il possible d'attribuer à Jésus une telle erreur? Sans parler parfaite connaissance de l'avenir de son règne qu'il manifeste dans tous ses discours, l'opinion que nous examinons le mettrait en contradiction directe avec lui-même, à ne considérer que ses propres paroles dans notre chapitre. En effet, comment concilier avec cette idée les catastrophes qu'il voit dans l'avenir, {#Mt 24:5 et suiv.} et dont il dit si nettement: "ce n'est pas encore la fin?" {#Mt 24:6} Comment admettre que, dans sa pensée, "l'Evangile du royaume sera prêché à toutes les nations de la terre," avant la destruction de Jérusalem, que "alors viendra la fin?" {#Mt 24:14} Quelle contradiction, enfin, entre la déclaration si positive que nul, si ce n'est le Père, ne connaît le temps du retour du fils de l'homme {#Mt 24:36} et cette déclaration non moins positive que ce retour aura lieu aussitôt après la ruine de Jérusalem! Convaincus de ces impossibilités, d'autres interprètes renoncent à attribuer au Sauveur l'erreur dont il s'agit, et ils la mettent sur le compte de l'évangéliste, qui aurait confondu les deux prédictions de la ruine de Jérusalem et du retour de Christ. Cette idée devra être examinée à l'occasion de #Mt 24:34, Mais ici, il n'est nullement nécessaire de l'admettre. En effet, les mots l'affliction de ces jours-là ne doivent point être rapportés à #Mt 24:15-22, qui décrivent les jugements de Dieu sur le peuple juif, mais bien à ceux qui précèdent immédiatement, {#Mt 24:23-28} et qui mentionnent les faits caractéristiques de l'histoire du royaume de Dieu jusqu'aux jugements qui marqueront l'avènement du fils de l'homme. Encore une fois,  #Mt 24:27,28 ne peuvent pas avoir un autre sens. Or c'est bien aussitôt après l'affliction ou la tribulation de ces jours là qu'on verra "le fils de l'homme venir sur les nuées du ciel." {#Mt 24:30 et suiv.} Il faut voir dans cette description à la fois une peinture symbolique des dernières catastrophes et une prophétie de la rénovation des cieux et de la terre. {#Ap 21:1} Tous les écrivains sacrés dépeignent les grands événements du monde moral sous l'image de puissantes commotions de la nature. {#Esa 34:4 Eze 32:7 2Pi 3:7} Dès qu'on veut presser ces images et y chercher un sens allégorique, on tombe dans l'arbitraire et l'on a autant d'opinions que d'interprètes.

 

Bible Annotée sur Matthieu 24.34 :

D'après la suite logique de ce discours, toutes ces choses ne peuvent désigner que celles dont Jésus vient de parler, {#Mt 24:29-33} et dont il continue à parler, {#Mt 24:36} c'est-à-dire sa dernière venue pour le jugement du monde. Mais comment peut-il l'annoncer comme devant s'accomplir du vivant même de cette génération? Pour échapper à cette difficulté, on a cherché à donner à ce dernier terme un sens inusité; ainsi par exemple la race humaine, la nation juive, la création, les disciples de Jésus en général ou l'Eglise. Ces interprétations sont inadmissibles. {Comparer #Lu 11:50,51} D'autres conservent au mot cette génération son sens naturel, mais commentent notre verset de cette manière: "Cette génération ne passera point avant que ces choses aient commencé d'arriver, elle en verra les premiers signes, par exemple dans l'établissement du royaume de Dieu sur la terre," etc. Cette tentative vient échouer contre l'inexorable clarté de ces paroles: toutes ces choses. Il ne nous resterait donc qu'à attribuer au Sauveur l'erreur d'avoir confondu l'époque de son retour avec celle de la ruine de Jérusalem; mais nous avons déjà montré {#Mt 24:29, note} que cela n'est pas possible. Or, comme ce v 34 ne peut absolument se rapporter qu'à la ruine de Jérusalem, et non au retour de Christ, on est inévitablement poussé à la conclusion qu'il se trouve ici inséré hors de sa place. On objectera peut-être que cette supposition n'est pas probable, parce que le même fait se reproduit dans les évangiles de Marc et de Luc. Mais cette conformité s'explique fort bien en admettant que les trois évangélistes ont reproduit ce discours d'après la tradition apostolique, où s'était glissée cette confusion. Nous croyons qu'en rejetant cette hypothèse on se met en présence d'une difficulté que nulle exégèse ne peut résoudre. {Voir #Mr 13:30, note.}

 

Bible Annotée sur Marc 13.30 :

Le terme: cette génération ne peut s'entendre que dans son sens naturel, désignant les contemporains de Jésus. {Comparer: #Mt 24:34, note.} D'un autre côté, les mots: toutes ces choses renferment les prédictions que Jésus vient de faire sur son retour dans la gloire; {#Mr 13:26,27} faut-il en conclure que Jésus a annoncé sa seconde venue comme devant avoir lieu du vivant de la génération d'alors? Voir, sur cette question, #Mt 24:34, note. L'exégèse rationaliste s'en tenant strictement à ce texte et à d'autres indications de ce discours, {#Mt 24:29} n'hésite point à répondre affirmativement. C'est là attribuer au Sauveur une erreur qui ôterait, non seulement à ce discours, mais en général à ses prédictions sur l'avenir de son règne, toute autorité. Le fait que les apôtres eux-mêmes attendaient le retour de Christ de leur vivant (#1Th 4:15-17, notes; #1Co 15:51, note) ne saurait être invoqué à l'appui de cette opinion. Quoi que l'on pense de ces espérances prochaines de la primitive Eglise, on ne peut en attribuer l'origine à Jésus-Christ lui-même qu'en tant qu'il avait laissé ignorer à ses disciples le jour et l'heure de son retour, afin de les maintenir dans une sainte vigilance. Il va déclarer ici même, {#Mr 13:32} aussi bien que dans #Mt 24:36, que ce jour et cette heure nul ne les connaît, pas même le Fils, mais Dieu seul. Et, dans ce même discours, il fixerait ce grand événement final comme devant s'accomplir dans sa génération même, et coïncider avec la ruine de Jérusalem, trente-sept ans après! Quelle contradiction! Et cette contradiction se retrouverait dans toutes les prédictions du Sauveur relatives à l'avenir lointain de son règne, en particulier dans la plupart de ses paraboles. Ce n'est donc pas à Jésus, mais aux évangélistes qu'il faut attribuer l'erreur. En rapportant ce discours prophétique, ils ont donné à cette parole une place inexacte. Recueillie par la tradition apostolique et écrite vingt ou trente ans plus tard, telle parole du Sauveur a pu être insérée hors de sa place. Une saine critique doit la lui rendre. Il en est ainsi de cette déclaration, qui ne peut se rapporter qu'à la destruction de Jérusalem et à la ruine de la théocratie.

 

 

Ainsi selon les savants chrétien, ce sont Matthieu et Marc qui se sont trompés, et Jésus n'a jamais affirmé que la fin du monde surviendrait de leur vivant. Ajoutons à cela la parole de Paul :

 

1 Thessaloniciens 4.15 :

15  Voici, en effet, ce que nous vous déclarons d'après la parole du Seigneur : nous les vivants, restés pour l'avènement du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui sont morts.

 

Bible Annotée sur 1 Thessaloniciens 4.15 :

Quelle est cette parole du Seigneur, sur laquelle Paul fonde l'instruction qui va suivre? Est-ce #Mt 24:31? ou une autre parole de Jésus, qui lui était parvenue par tradition, comme le pense Calvin (comp., par exemple, #Ac 20:35)? ou l'une des révélations que Paul avait reçues directement du Seigneur? {comp. #1Co 7:10-12,25 1Co 11:23 Ga 1:12} ou enfin simplement la Parole du Seigneur que Paul annonçait en ceci, comme dans tout son enseignement? Les opinions peuvent varier sur ces suppositions; mais, au fond, la déclaration de l'apôtre reste la même: ce qu'il va nous apprendre sur les scènes futures du jour de Christ est la Parole du Seigneur. Nous les vivants qui sommes laissés pour la venue du Seigneur, ... à prendre ces paroles dans leur sens le plus simple, elles signifient que Paul attendait la venue du Seigneur comme imminente et supposait qu'elle le trouverait encore au nombre des vivants. L'événement n'a point confirmé cette prévision. Certains exégètes modernes font grand état de l'erreur que l'apôtre aurait commise en ceci. Pour éluder la difficulté et sauvegarder l'autorité de la parole apostolique, faut-il admettre avec plusieurs commentateurs que, quand l'apôtre dit nous, il parle dans un sens communicatif, comme s'il disait: les hommes, ceux qui vivront? Non, cela est forcé, et l'exégèse ne doit jamais recourir à des expédients. Il faut encore moins supposer, avec Calvin, que Paul, tout en sachant par quelque révélation spéciale que Christ ne viendrait pas de si tôt, enseignait cependant son retour prochain pour que les fidèles fussent prêts à toute heure. Non, il faut simplement tenir compte de l'état d'esprit des premiers disciples et des conditions dans lesquelles se posait à eux la question du retour de Christ? Leur Maître avait positivement refusé de répondre à leurs demandes sur l'époque de sa venue, et avait voulu les laisser dans une complète incertitude. {#Mr 13:32 Ac 1:7} Ce n'était qu'à cette condition que l'esprit d'attente, de vigilance, de prière, si nécessaire à la vie des fidèles ici-bas, pouvait exercer sur eux, dès l'origine, sa puissante et salutaire influence morale. {#Lu 12:35-40 Mt 24:42-51 25:13} Après ce refus de toute révélation, d'une part, et ces solennels avertissements, de l'autre, les disciples devaient, pour obéir à Jésus, l'attendre chaque jour, et nous le devons comme eux, au lieu d'imiter tant de chrétiens légers qui disent avec le mauvais serviteur: "Mon maître tarde à venir," {#Mt 24:48} et en prennent occasion d'oublier la vigilance et de négliger leur devoir. Aussi, est-ce dans cette disposition d'esprit que nous trouvons tous les serviteurs de Christ. (#1Co 15:51, note; #1Pi 4:7 1Jn 2:18 Jas 5:8) Il faut même reconnaître franchement que toute l'Eglise primitive attendait le retour imminent du Seigneur, selon ses enseignements: "Veillez, car vous ne savez ni le jour, ni l'heure." Le langage de Paul dans notre passage ne dit pas autre chose. Il n'enseigne pas que lui et ses lecteurs vivront au retour de Christ; il en suppose la possibilité, et il le devait. Ce qui vient d'être indiqué était tellement sa pensée, qu'il prend le plus grand soin, ici même, {#1Th 5:1 suiv.} de proclamer, dans les termes exprès dont s'était servi Jésus-Christ, la complète incertitude, le redoutable inattendu de l'apparition du Souverain Juge. {Comparer #2Th 2:1 suiv.} Au reste, le but de l'apôtre est de rassurer ses lecteurs au sujet de ceux qui dorment, en leur déclarant qu'ils n'auront aucun désavantage relativement aux vivants, puisque, par une glorieuse résurrection, le Seigneur les ramènera avec lui et tous ses rachetés, {#1Th 4:16,17} sans que les uns "devancent" les autres.

 

 

Ainsi, comme le disent des exégètes, Paul se serait trompé en citant une parole de Jésus disant qu'il allait bientôt venir.

 

 

En somme les savants Protestants disent que Matthieu, Marc et Paul ont commis une erreur. Ils donnent comme preuve le fait que Matthieu et Marc ont écrit leur évangile 20 à 30 ans après le départ de Jésus. Pour Paul, on lui attribue l'erreur à cause du fait qu'il aurait copié une parole de Jésus qui ne serait pas authentique. Mais si les apôtres de Jésus peuvent commettre des erreurs, cela signifie qu'ils en ont probablement commis d'autres, dans d'autres passages. Pourtant, Jésus était censé avoir dit que le Saint Esprit allait leur apprendre toutes choses et tout ce qu'il leur a dit :

 

Jean 14:26 

Mais le consolateur, l'Esprit–Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera TOUTES CHOSES, et vous rappellera TOUT CE QUE JE VOUS AI DIT.

 

 

Ce qui signifie que les apôtres devaient avoir une certaine science, et à moins de reconnaitre en le saint esprit un savoir limité, celui-ci avait pour rôle de rappeler aux apôtres tout ce que Jésus leur avait dit. Il y a donc trois solutions :

 

1) Matthieu, Marc et Paul ont commit l'erreur, et si le paraclet est le saint esprit, alors Jésus a aussi fait une erreur sur la science du saint esprit.

Conséquence : les évangiles de Matthieu et de Marc, les épitres de Paul et toutes les paroles de Jésus n'ont aucune valeur, ainsi que la totalité de la Bible qui a été inspiré par un saint esprit ignorant.

 

2) Matthieu, Marc et Paul ont commis l'erreur, et si le paraclet n'est pas le saint esprit, alors Jésus n'a pas commis d'erreur.

Conséquence : les évangiles de Matthieu et de Marc, les épitres de Paul n'ont aucune valeur,

 

3) Jésus a commit l'erreur.

Conséquence : Toutes les paroles dites de Jésus n'ont aucune valeur.

 

 

Pour en lire plus sur la fausse prédiction de Matthieu 23 : The Bible error about the end of times




Retour



29/04/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 58 autres membres